Agence haitienne de presse (AHP)
www.ahphaiti.org
Captez Radio Solidarité,  le meilleur son sur les ondes et sur le net
radiosolidaritehaiti.net
         Sur CVL:     605- 475-6891
Et sur audio Now: 712-432707

Nouvelles du 31 juillet 2014
Avortement  pour faute de quorum de la séance prévue  jeudi au sénat de la République où le dossier des amendements à la loi électorale devait être à l'ordre du jour.

 
Port-au-Prince, le 31 juillet 2014 – (AHP) – Le Sénat n’a pu plancher ce jeudi sur les amendements à la loi électorale, faute de quorum, lors d'une séance prevue à cet effet.

Sur les 20 sénateurs que compte cette assemblée amputée d’un tiers de ses membres (30), seuls 13 d'entre eux ont répondu à l’appel nominal et deux autres avaient notifié leur absence.

Le président de l’assemblée, Dieuseul Simon Desras n’a fait que constater que la séance ne pouvait avoir lieu. Il a  aussitôt annoncé une nouvelle  séance pour la semaine prochaine,   appelant du coup  les sénateurs à faire preuve de responsabilité. .

Le vice-président du Grand Corps, Andrice Riché  très remonté, a fulminé  contre ses collègues de l’opposition qui n’ont pas pris part à la séance, l’empêchant ainsi d’avoir lieu.

Pour lui, ces parlementaires ne sont pas des hommes mais des fainéants à court d’argument et indignes de la position qu’ils occupent. Autoritaire, le sénateur de l'organisation du peuple en lutte  a menacé: "si j'avaisrênes du pouvoir, il aurait trouvé un moyen d’organiser les élections".

De son côté, le sénateur Edwin Zenny, a indiqué que les pro-gouvernementaux vont désormais se concerter  en vue de débloquer la situation.

Le parlementaire n’écarte pas la possibilité que lui et d’autres collègues démissionnent si cela peut contribuer à faire avancer le processus.

Pour sa part, le sénateur Moïse Jean-Charles de l’opposition a indiqué que l’échec de la séance de ce jeudi enterre de manière définitive la question de la loi électorale. Selon lui, l’attention doit maintenant etre focalisé sur  la cour de Cassation et le  CSPJ.

Son collègue Pierre Francky Exius déplore pour sa part que le président du Sénat ait procédé à l’appel nominal alors que lui et d’autres collègues rendaient visite au député Arnel Bélizaire, en grève de faim à la salle de séance de la chambre basse depuis 11 jours.



Le  président Michel Martelly demande une nouvelle fois  aux sénateurs de voter les amendements à la loi électorale Il appelle également les parlementaires à voter 51 projets de loi  en souffrance au Grand corps pour  permettre le renforcement des institutions du pays.

Port-au-Prince, le 31 juillet 2014 – (AHP) - Le président Michel a une nouvelle fois jeudi appelé les sénateurs à plancher sur les amendements à la loi électorale afin que les élections puissent avoir lieu avant la fin de l’année.

Le chef de l’Etat dément être en conflit avec les législateurs qu’il tient pourtant pour responsables de la situation difficile dans laquelle se trouve une grande majorité de citoyens.

Michel Martelly déplore que le projet de loi électorale n’ait toujours pas été adopté au Sénat où il est introduit depuis 124 jours alors qu’il a été voté en quelques heures à la chambre des députés.

Certains efforts consentis par l’Exécutif pour améliorer les conditions de vie des citoyens ne peuvent aboutir en raison des blocages au niveau du parlement particulièrement au Sénat où plus d’une cinquantaine de lois n’ont pas été votées, a affirmé le président Michel Martelly qui affirme être prêt à faire tout ce qui est possible pour le bien du pays.

Le gouvernement informe avoir décaissé, à travers la banque de la république d’Haïti, 160 millions de gourdes pour alimenter le compte du programme des nations-unies pour le développement, chargé de gérer le fonds fiduciaire multi-donateur des élections.

Le gouvernement dit appuyer le processus électoral et s’engage à y apporter son soutien financier et logistique en vue de la tenue d’élections libres, crédibles, transparentes à la fin de l’année suivant le calendrier établi par le conseil électoral.

Dans une note de presse en date du 30 juillet, le premier ministre Laurent Lamothe a rappelé l’urgente nécessité du vote par le Sénat du projet de loi électorale, déjà votée par la chambre des députés.

Le chef du gouvernement a appelé  toutes les parties impliquées dans le processus électoral à participer aux prochaines élections à la realisation desquerles le gouvernement continue d’œuvrer, a-t-il dit.


La PAPDA très préoccupée par la situation socio-politique du pays, rend l'Exécutif responsable de la conjoncture actuelle

Port-au-Prince, le 31 juillet 2014 – (AHP) – L'économiste Camille Chalmers  s'est déclarée jeudi préoccupé par la crise socio-politique qui constitue, selon lui, une grave menace pour la stabilité du pays.

Il dénonce entre autres le fait que les couches les plus vulnérables du pays n'aient pas accès aux services de base, en raison d'une carence de moyens économiques.

La situation économique est de surcroît aggravée par une grave crise politique, a dit Chalmers qui se déclare pessimiste quant à la tenue des élections legislatives et municipales à la fin de l'année 2014.

Pour le responsable de la plateforne haïtienne de plaidoyer pour un dévelopement alternatif (PAPDA), l'exécutif est en grande partie  responsable de la conjoncture actuelle du pays, en raison de ses choix politiques et économiques.   Et c'est  au premier chef à lui qu'll revient , a-t-il dit, de trouver des  solutions  aux problèmes  qui handicapent le pays.

Il en appelle à la conscence  patriotique des acteurs pour une réorganisation de   la vie socio-politique et économique du pays .

Les avocats Newton St Juste et André Michel écrivent aux responsabls des parlements américain, français et canadiens dans le dossier  de la gestion des fonds de ces 3 pays par l'ancien président Bil Clinton et  le premier ministre Jean Max Bellerive

Port-au-Prince, le 31 juillet 2014 – (AHP)Les avocats Newton Louis St Juste et André Michel ont inmformé jeudi avoir  saisi par une correspondance, les Parlements canadien, américain et français  pour solliciter la formation d’une Commission d’enquête sur  les taxes des Citoyens canadiens, américains et français  gérées par l’ancien Président américain Bill CLINTON et l’ancien Premier Ministre Haïtien Jean Max BELLERIVE à travers la Commission Intérimaire pour la Reconstruction d’Haïti (CIRH).
 
Les 2 avocats rappellent aux Parlementaires des trois pays dits amis d’Haïti que la gestion de ces Fonds suscite depuis 2 ans de grandes préoccupations dans l’opinion publique internationale. 

Ils ont rappelé que selon un article publié le 23 décembre 2012 dans le New-York Times et titré « « Where Did the Money Go? » », les fonds mobilisés après le 12 janvier 2010 par la Communauté Internationale en Haïti sont estimés à 9,5 Milliards de dollars américains.

L’article de Mary Anastasia O’Grady : « Bill, Hillary et la débâcle d’Haïti », publié dans le très prestigieux Wall Street Journal le 18 mai 2014, en référence à un article de TOUT-HAITI, fait même état de présomptions de favoritisme voire de corruption dans l’attribution de certains contrats financés par ces Fonds.
 
Cette initiative, coïncide avec la visite en Haïti de Jean-Pierre BEL, Président du Sénat français du 28 juillet au 2 aout 2014 en solidarité avec le Peuple Haïtien après le séisme du 12 janvier 2010.
 
Newton Louis St Juste et André Michel informent  qu’une imposante délégation canadienne visitera Haïti à la fin du mois d’aout 2014 pour se renseigner sur place des résultats de l’Aide massive de la Communauté Internationale et notamment de l’Aide Canadienne mobilisée en Haïti après le 12 janvier 2010.
 
Le Congrès  américain avait adopté la semaine dernière une loi favorisant la transparence dans la reconstruction d'Haïti    Il s'agit une loi destinée à faire la lumière sur la façon dont les fonds américains sont utilisés dans les efforts de reconstruction d’Haïti.

La loi, dite de transparence,  prévoit la  soumission d’un rapport annuel, au congrès, par le secrétaire d’Etat américain sur l'état de redressement et de développement des projets post-séisme en Haïti, financés par les états Unis d’Amérique.


Policiers renvoyés ou  mis en isolement, sanctions  contre policiers coupables de graves brutalités lors du carnaval des fleurs, traitements de dizaines de dossiers: bilan des acivités de la PNH pour le mois de juillet
Port-au-Prince, le 31 juillet 2014 – (AHP)3 policiers ont été placés en isolement, l’Inspection Générale de la Police Nationale d’Haïti recommande le renvoi de 3 autres policiers pour homicide, vol à main armé et trafic de stupéfiants.

 50 dossiers d’enquêtes ont été expédiés à la direction générale de la PNH et 9 autres dossiers  acheminés au parquet pour des suites légales: bilan des opérations réalisées par l’inspection Générale de la PNH au cours du mois de juillet.

Le porte-parole de l’IGPNH, Marc Wilkens Jean informe que l’inspection générale n’a pas  encore été touchée du dossier du policier arrêté la semaine dernière, lors de l’opération de la direction départementale du Sud Est, pour son  appartenance à un réseau de malfaiteurs spécialisé dans de vol de voitures en république Dominicaine.

Le dossier aurait été transféré directement au parquet.

Le commissaire divisionnaire renouvelle par ailleurs  l’engagement de l’IGPNH à continuer de travailler au professionnalisme d’une institution policière saine respectueuse des droits et de la dignité de la personne

Dans un autre registre, l’Inspection Générale de la Police Nationale d’Haïti (IGPNH), déclare par ailleurs qu'il a été constaté une augmentation des brutalités policières lors du  premier jour  du carnaval des fleurs.

Le porte-parole de l’IGPNH,  Marc Wilkens Jean  estime , toutefois, que ces actes de brutalités n’ont pas été commis par des policiers chargés d’assurer la sécurité sur le parcours carnavalesque mais plutôt par des policiers attachés à des VIPs.

Il informe que des mesures drastiques ont été prises contre des policiers qui ont commis des actes  répréhensibles.
Marc Wilkens Jean  a fait savoir que L’IGPNH prendra également  de nouvelles mesures en vue d’éviter  que ces genres d’actions se reproduisent au cours des prochaines festivités carnavalesques.



Le président Michel Martelly dresse un bilan satisfaisant de sa participation a un sommet Caricom/ Japon a Trinidad et Tobago


Port-au-Prince, le 31 juillet 2014 – (AHP) – Le Président Michel Martelly a présenté ce jeudi le bilan de son voyage les 27 et 28 juillet dernier a Trinidad and Tobago, où il a participé au sommet CARICOM-Japon, organisé sur l'environnement, les changements climatiques, et le renforcement de la coopération entre les pays de la CARICOM et le Japon.

Le chef de l'État a fait savoir que durant son séjour, il a rencontré le Premier Ministre Japonais autour de la conjoncture politique du pays, et le Premier Ministre de Trinidad and Tobago, avec lequel il a signé plusieurs accords sur l'énergie.

Michel Martelly indique avoir signé un accord avec le gouvernement Trinidadien autorisant l'exploration et la recherche pétrolière en Haïti.


M. Martelly fait savoir que d'autres accords ont été signés pour la construction et la gestion de facilités portuaires pour le stockage et la distribution de produits pétroliers a Miragoane, et pour la construction d'usines de fabrication de bombonnes de propane (GPL).

Le Chef de l'État souligné en outre qu'un accord visant l'établissement de stations service de la compagnie Trinidadienne National Petroleum (NP) en Haïti.
                                                                                              
Le Président Michel Martelly a également fait état de sa visite le 29 mars dernier a Bahamas, où il a signé plusieurs accords sur l'investissement, le commerce et l'agriculture entre les deux pays.

Michel Martelly annonce la visite prochaine du chef de l'opposition Bahaméenne en Haïti, afin de développer une nouvelle coopération visant a renforcer et structurer l'opposition haïtienne.

                    Une délégation du MOPOD rend une nouvelle visite à la chambre basse au député Arnel Belizaire en grève de la faim: des députés pressent le  president  de la chambre d'organiser une séance pour  statuer sur le mouvementd'Arnel Bélizaire

Port-au-Prince, le 31 juillet 2014 – (AHP) – Une délégation du MOPOD, mouvement démocratique de l’opposition démocratique, a rendu visite ce jeudi au député Arnel Bélizaire, en grève de faim à la salle de séance de la chambre basse depuis 11 jours.

C’est la deuxième fois que le MOPOD rend visite au député de Delmas/Tabarre depuis qu’il a entamé sa grève

Conduite par le coordonnateur général du MOPOD, l’agronome Jean-André Victor, cette délégation entendait manifester sa solidarité avec le parlementaire qui, selon M. Victor, défend une cause juste.

La libération des prisonniers politiques que réclame l’élu de Delmas/Tabarre, fait partie des revendications du MOPOD, affirme l’agronome Victor.

Dans une correspondance adressée au président de la chambre basse Stevenson Jacques Timoléon et daté du 31 juillet, des députés l’ont sommé de prendre des mesures en vue de l’organisation en urgence d’une séance spéciale pour statuer sur la grève de la

 faim de leur collègue Bélizaire afin d’y trouver une issue.

Déplorant que le bureau de la chambre des députés ne soit pas interpellé par ce mouvement de protestation, les députés signataires de la correspondance soulignent que cette grève risque d’avoir des conséquences néfastes sur le système organique d’Arnel Bélizaire.

Plusieurs parlementaires ont accusé des députes pro-gouvernementaux de banaliser  ou d'ironiser sur la grève du député Belizaire.
                                                                                             




Nouvelles du 30 juillet 2014
Aucun changement  dans la politique de livraison des visas au consulat des Etats-Unis à Port-au-Prince, en depit de petits retards enregistrés ces tout derniers jours

Port-au-Prince, le 30 juillet 2014 – (AHP) – Le consulat des Etats-Unis à Port-au-Prince a fait savoir ce mercredi que le processus d'interviews pour des demandes de visas, se poursuit comme à l'accoutumée et que les rendez-vous sont maintenus à l'heure indiquée.

Cette précision a éte fournie suite à un ralentissement enregistré dans  la livraison des visas, en raison "d'un petit problème  au niveau de l'imprimante".

" Si un visa est approuvé, il va être imprimé aussi vite que possible", a indique à Radio Solidarité un responsable du consulat, faisant savoir que des visas  ont été justement  imprimés ce mercredi et qu'il devrait en être de même pour demain jeudi.

Il a donc souligné qu'il n'y a aucun changement  et que la livraison des visas va continuer.

Le Consulat invite les concernés à consulter le site " travel.state.gov" qui est régulièrement mis à jour.
Incertitudes autour de la tenue d'une séance sur le vote des amendements à la loi électorale: incertitudes egalement sur l'organisation d'élections le 26 octobre

Port-au-Prince, le 30 uillet 2014 – (AHP) – Il est de plus en plus incertain que des élections puissent encore  être organisées à la date initialement prévue, le 26 octobre 2014, pour renouveler deux tiers du Sénat, l'ensemble des deputés et des conseils municipaux.

Les retards accumulés sont si importants que de nombreux secteurs doutent que lesdites élections se tiennent avant la fin de l'année.

La question est serieusement agitée dans les couloirs du Conseil électoral provisoire qui a un nouveau président en la personne de Max Mathurin qui a presidé le CEP ayant organisé les joutes de 2006.

Ce dernier
avait annoncé pour   ce mercredi une rencontre avec les conseillers électoraux,  en vue de débattre de la question, et chercher à savoir quoi faire, en l'absence d'une loi électorale dont l'opposition au Sénat et en dehors du Parlement, conditionne les amendements à la formation d'un CEP, selon l'esprit de l'article 289 de la constitution.

Justement, quant à la séance prévue ce jeudi au Sénat pour tenter d'obtenir une entente entre tous les senateurs en faveur du vote des amendements, elle très hypothétique.

Le sénateur Wetzner Polycarpe, membre du groupe des 6, affirme que cette séance pourrait être reportée, en raison de la visite du président du sénat français, Jean Pierre Bel.

Selon des sources généralement bien informées en dehors des principales formations politiques de l'opposition qui avancent à pas prudents, craignant  que les élections soient taillées sur mesure, avec  ont-ils dit, un CEP dont les 3/4 des membres  seraient acquis à  la cause gouvernementale,  il y aurait aussi d'importantes personnalités du pouvoir qui seraient,  pour des interêts majeurs, favorables à un dysfonctionement total du parlement pour permettre au chef de l'Etat de diriger par décret à partir de janvier 2015.

Le Miami Herald , dans un article daté du 24 juillet, croit savoir qu'en tant qu'évenuel candidat à la présidence, le premier minisre Laurent Lamothe serait le premier à benéficier d'un report des élections  à l'année prochaine et d'une gouvernance par décrets. Il n'aurait  dans ce cas, pas besoin d'un certificat de décharge pour la gestion des fonds publics, qu'il n'obtiendrait probablement pas aujourd'hui du Sénat.

Beaucoup croient cependant qu'un tel scénario
pourrait précipiter le pays dans un gouffre très profond, si des  garanties ne sont pas données et  de réelles  mesures adoptées pour la tenue d'élections vraiment libres, honnêtes et démocratique, et où toutes et tous ont les mêmes chances de gagner.  Et cela, avant le départ des parlementaires.

La communauté internationale qui finance les élections et qui parait confortable avec la façon d'avancer du processus, devrait peut-être, jouer plutôt de  son influence, pour éviter l'organisation d'élections truquées, à l'issue desquelles,   la population soit obligée de manifester comme en1990, en 2006 et 2011,  cette dernière fois, avec beaucoup de violences , pour réclamer la publication des résultats des urnes.


Bientôt un vaccin contre le chikungunya: des scientifiques de l'Université d'État de Caroline du Nord y travaillent actuellement

Caroline du Nord, le 30 juillet 2014 – (AHP) – Des scientifiques de l'Université d'État de Caroline du Nord (USA)  travaillent avec une société de biotechnologie pour développer le premier vaccin contre le virus du chikungunya.

Raquel Hernandez et son mari, Dennis Brown, ont travaillé sur un vaccin contre le virus qui cause la maladie depuis les années 1990 et asurent  avoir la"formule" pour prevenir le chikungunya.

"Avec les cas enregistrés  Floride, nous savons desormais que le virus a déjà atteint le territoire américain, et c'est seulement une question de temps pour qu'il ateigne les zones tempérées.

De fait, 25 cas ont été decouverts dans le New-Jersey.

Le Chikungunya qui touche de nombreux pays de la caraïbe dont Haïti a été identifié la première fois ,  en Afrique de l'Est dans les années cinquante.

Ce virus, pour lequel il n'existe pas de vaccin ou de traitement, a été détecté  fin mai aux États-Unis

Raquel Hernandez a déclaré à l'agence Efe que la technologie utilisée pour développer le vaccin a eu l'approbation de la Food Administration (FDA),et des tests de laboratoire sur des souris a ont éte realisés «avec succès».

"Nous sommes convaincus que ce vaccin aura des effets l'homme comme c'est le cas sur les souris, qui ont les mêmes symptômes que les humains quand ils atrapent  chikungunya," at-il dit.

Selon les Centers for Disease Control and Prevention (CDC), jusqu'au 29 Juillet  601 cas  de
chikungunia ont été enregistrés aux États-Unis.

La France est  également  touchée par la maladie.


-Le président du sénat Français Jean Pierre Bell a entamé mardi une visite de 5 jours dans le pays. il doit s'entretenir  avec entre autres  le présidednt Michel Martelly  et le président de l`assemblée nationale, Dieuseul Simon Desras

-10e jour de grève de la faim pour le député de Delmas-Tabarre Arnel Belizaire.  Le parlementaire continue entre autres de réclamer la démission du président du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire  et la libération de militants de l'opposition considères comme des prisonniers politiques.

L'état de santé du sénateur  serait stable, à en croire le sénateur Francisco de la Cruz. Le député Jusclair Dorgilles denonce pour sa part  ce qu`il appelle l'indifférence du bureau de la chambre basse face a cette situation.

-Fin du carnaval des fleurs 2014: des dizaines de milliers de personnes ont investi le champ-de-Mars, malgre la grave situation socio-éconmique. Selon un bilan partiel fourni par la police pour  les deux premiers  jours, 2 personnes ont trouvé la mort, plusieurs dizaines d'autres blessées blessés et une dizaine d'interpellations. Le porte-parole adjoint de l'Institution, Garry Desrosiers, promet pour très bientôt, un bilan definitif .

Nouvelles du 29 juillet 2014
Poursuite du massacre des Palestiniens: la communauté internationale impuissante  jusqu'ici à freiner la furie meurtrière

Port-au-Prince, le 29 juillet 2014 – (AHP) –Le massacre des Palestiniens se poursuit  dans  l'indifferénce ou l'impuissance presque  de la communauté inernationales : 100 palestiniens dont des enfants ont été tués pour la seule journée de mardi.

La voix du président palestinien Mamoud Abbas résonne comme une voix prêchant dans le désert quand il appelle Israel à cesser de massacrer son peuple.

De fait, Tsahal semble determinée à tout detruire, humains et infrastrucures. Même des centrales électriques ont éte visées au cours de la journée de mardi considérée comme la plus meurtrière depuis le début de l'offensive israélienne le 8 juillet.

On rapporte qu'à  l'hôpital Al-Shifa de Gaza,  un patient qui arrive sur deux est déjà mort .

Les grandes puissances telles les Etas-Unis et la France tout comme l'ONU paraissent impuissantes à freiner la rage de destruction du premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, encore plus meurtrière  après  la mort de chaque  soldat israélien, considérant probablement qu'un palestinien, -une femme ou un enfant palestinien-, n'est pas une personne humaine.

En effet, au moins 1 200 Palestiniens dont de nombreux femmes et enfants  ont été tués depuis le 8 juillet, et plus de 7 000 autres  blessés. Alors que, côté israélien, 53 soldats et trois civils ont trouvé la mort.

La trêve humanitaire  annoncée ne semble pas pour demain. De fait, le va-t-en-guerre Netanyahu, a appelé les Israéliens  à se préparer à « une longue campagne » à Gaza.

Du côté du Hamas on affirme haut et fort que  « sans l'arrêt de l'agression et la levée du siège », le blocus israélien imposé depuis 2006 à l'enclave palestinienne, il n'y aura pas de trêve.

Va-t-on finalement assister à la disparition du peuple palestinien, considéré comme seul, face a  cette vague d'indifférence, au nom du droit des Israelien de se défendre.

Si les autorités israéliennes considèrent les tirs de roquettes du Hamas comme des actes  extrémistes et terroristes . Il n'en reste pas moins vrai que pour de nombreuses organisations de droits humains, viser des zones ou vivent des civils, tuer des femmes et des enfants, n'est pas moins à inscrire sur la liste des actes terroristes, et des crimes de guerre.

Entre temps, la police israélienne utilise des insecticides pour empêcher des manifstations de palestinens comme s'il s'agissait de rats ou de moustiques.

La police utilise particulièrement un liquide nauséabond baptisé "dirty water" ou "eau sale" , une sorte de liquide pestilentiel, impossible à nettoyer pendant deux ou trois jours.

Au-delà de Gaza, c'est une bonne partie du monde  qui est en ébullition: 3 ans après le printemps arabe qui a emporté le colonel Kadafi, la Lybie  est au bord du gouffre: incendie à Tripoli, chaos à Benghazi, en raison de combats atroces entre milices.

On ne peut pas dire que la la situaton est plus  reluisante en Irak et en Afganistan.

Enre temps, la guere fait rage en Ukraine entre l'armée régulière et les separatistes  pro-Russes.

Au moins 22 civils ont été tués mardi dans des combats à l’arme lourde entre forces ukrainiennes et séparatistes dans l’est de l’Ukraine, au moment où les Européens et les Américains  renforcent leurs sanctions contre la Russie.

Le Congrès  américain a adopté la loi favorisant la transparence dans la reconstruction d'Haïti

Washington , le 29 juillet 2014 – (AHP) –Près de cinq ans après le séisme dévastateur qui a ravagé le pays au début de l’année 2010, le Congrès américain a adopté    une loi destinée à faire la lumière sur la façon dont les fonds américains sont utilisés dans les efforts de reconstruction d’Haïti.

La loi, dite de transparence,  prévoit la  soumission d’un rapport annuel, au congrès, par le secrétaire d’Etat américain sur l'état de redressement et de développement des projets post-séisme en Haïti, financés par les états Unis d’Amérique.

Le projet de loi a été parrainé par le sénateur Bill Nelson, de la Floride, qui,  comme beaucoup, ont exprimé des préoccupations au sujet du manque de transparence dans les projets financés par le gouvernement des États-Unis, et la lenteur des décaissements de l'aide à Haïti, où le séisme a tué plus de 300 000 personnes  et fait 1,5 million de sans-abri.

Beaucoup en Haïti et ailleurs critiquent l'utilisation des fonds décaissés en faveur d'Haïti et  croient même que la partie la plus subtantielle a eté detournée par ceux  qui ont géré ces fonds.

Le vote de cette  loi est salué par plusieurs groupes, y compris, le Service mondial juif américain (AJWS, Québec) qui fournit un soutien financier direct aux organisations locales en Haïti.

Les États-Unis et d'autres  partenaires de la communauté internationale s'étaient engagés à fournir à Haïti un montant de plus de 10milliards de dollars sur 10 ans mais, cette promesse tarde à se concrétiser.


Le bureau de comptabilité du gouvernement américain a noté qu'au 30 Juin 2013, l'Agence américaine pour le développement international avait déboursé seulement 31 pour cent des fonds destinés à la reconstruction Haïti.

Et le congrès, n'avait pas eu de renseignements suffisants pour assurer un suivi efficace des projets.


Par aileurs, bien que plus de 90 pour cent des personnes déplacées ont quitté les camps, il y a encore quelque 103 565 personnes vivant dans 172 camps éparpillés dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince.


Il faut toutefois souligner que les personnes dites relogées vivent dans des conditions infrahumaines et sans infrastructures,    comme à  Canaan sur la route des rares zones touristiqus du pays.
 

Nouvelles du 25 juillet 2014
Convalescent depuis 3 jours et absent du CEP: le président du Conseil électoral provisoire tente de rassurer sur son état de santé

Port-au-Prince, le 25 juillet 2014 – (AHP) – Convalescent depuis 3 jours, le président du conseil électoral provisoire Max Mathurin ne se serait pas présenté depuis, au Conseil électoral provisoire qu'il dirige depuis le début de la  semaine.

Il n'en fallait pas plus pour que les rumeurs les plus folles  courent autour de son état de santé. Certaines d'entre elles veulent qu'il ait le chikungunya, d'autres  qu'il aurait des crises de nerfs, d'autres  rumeurs supertieuses, celles-là, affirment  que Mathurin aurait  été frappé par des  rivaux.

Dans un contexte pré-électoral on ne peut plus fragile, où l'opposition est scptique quant à la réalisation d'élections honnêtes avant la fin de l'année,
M. Mathurin qui a remplacé Marie Cluny Dumay Miracle comme représentant du Parlement, a dû intervenir ce vendredi pour faire savoir  que son état de santé n'inspirait aucune inquiétude, mais qu’il allait profiter de la période carnavalesque pour se reposer, avant de regagner le conseil.

"Pour l’instant, je suis les recommandations de mes médecins et je serai apte à reprendre le  travail dans les prochains jours, a dit le nouveau president du CEP, assurant que les activités continuent au conseil électoral, et qu'il est en contact avec les autres conseillers, pendant que son directeur de cabinet s’occupe de faire le suivi d'un ensemble de dossiers.

Bien que les conseillers électoraux réputés proches du pouvoir soient en majorité, Max Mathurien a pu être élu président du CEP, dans l'objectif d'apporter un peu de credibilité à un conseil décrié.

Il fallait aussi, sous pression externe, apporter quelques modification au processus. Et pour ce faire, Mathurin était l'homme idéal pour avoir présidé le CEP qui a realisé les élections générales de 2006, a indiqué vendredi une source proche de l'oganisme électoral qui croit qu'il fallait changer Frizto Canton pour éviter de le mettre dans une situation où il n'aurait pas d'autres choix que de se désavouer.

 Se présentant comme un homme de consensus et un symbole d’unité, Max Mathurin affirme qu’il va travailler dans l’intérêt de toutes les parties.

Mais la confiance ne semble pas au rendez-vous dans le camp de l'opposition

Le député Patrick Joseph affirme qu’il est encore prématuré de dire si l’accession de Max Mathurin à la tête du CEP est un pas positif.

Il faut voir le CEP à l’œuvre avant de se prononcer, a dit le parlementaire qui affirme douter que la date du 26 octobre, initialement prévue pour le premier tour du scrutin, puisse être respectée.


L’organisation des élections cette année, est une nécessité, a dit croire dans le même temps  Patrick Joseph, soulignant que dans le cas contraire, le pays risque de plonger dans une crise encore plus profonde.

L’avocat et militant politique de l’opposition, Newton Louis Saint-Juste a, de son côté, indiqué que les conditions ne sont pas réunies pour l’organisation d’élections crédibles et transparentes dans le pays.


Dénonçant l’utilisation de l’appareil étatique à des fins de propagande politique, alors que la campagne électorale n’a même pas encore démarré, Me Saint-Juste a aussi déploré le fait que les candidats du pouvoir disposent de gros moyens contrairement aux autres compétiteurs.

 Nous sommes dans un contexte mafieux et non propice à l’organisation de bonnes élections, a indiqué l’homme de loi, rappelant qu’il ne suffit pas d’avoir une loi électorale pour avoir de bonnes élections.

La directrice de l’institut Mobile d’Education Démocratique, Kettly  Julien a, quant à elle, salué la décision du conseil électoral d’autoriser les partis politiques qui ne l'ont pas encore fait, à s’inscrire au CEP dans la perspective des prochaines élections.

Il s’agit d’une bonne décision, a dit Madame Julien même si elle doute que les élections puissent avoir lieu à la date prévue, soit le 26 octobre 2014.


Ketly Julien s’est aussi félicité que le CEP ait décidé d’évaluer certaines dispositions qui ont été adoptées par le conseil a 7 membres qu’avait présidé Me Frizto Canton. Elle a aussi rappelé que les examens pour le recrutement des membres des BEC et des BED ont été entachés d’irrégularités.

Madame Julien dit souhaiter que les conseillers électoraux fassent preuve d’honnêteté dans la réalisation des prochaines élections en vue notamment du renforcement des institutions.


-Lancement d'une nouvelle organisation civile pour faire la mobilisation en faveur de la libération des prisonniers d'opinion

Port-au-Prince, le 25 juillet 2014 – (AHP) – Présentation ce vendredi d’une nouvelle organisation de la société civile. Baptisée comité de mobilisation pour la libération des prisonniers politiques, elle entend défendre les droits des personnes emprisonnées à cause de leurs opinions politiques.

Son coordonnateur général Jean-Pierre Félicien déplore qu’un an après leur arrestation, les frères Florestal continuent de croupir en prison à cause de leurs opinions politiques et promet d’organiser des sit-in, des manifestations et des marches pacifiques de manière régulière afin de porter les autorités compétentes à libérer l‘ensemble des prisonniers d’opinion.

"Des sit-in seront  organisés devant juste devant la résidence des autorités judiciaires dont le ministre Jean-Renel Sanon, pour lesforcer à entendre raison, a dit M. Félicien.

Le comité de mobilisation pour la libération des prisonniers politiques bénéficient de l’appui des avocats et militants politiques de l’opposition, André Michel et Newton Louis Saint-Juste.

Me Michel accuse l’équipe en place d’utiliser la répression comme arme de combat politique. Il promet de toujours accompagner les militants de l’opposition emprisonnés à cause de leurs conviction.s

Naomie Florestal, la sœur des prisonniers Josué et Enol Florestal,  appelle une fois de plus les autorités judiciaires à libérer ses deux jeunes hommes qui, confie-t-elle, représentaient les piliers de la famille, notamment du point de vue économique.
Elle affirme n’avoir pas les moyens de continuer à les entretenir en prison n’ayant plus de mère et un père aveugle.

Naomie Florestal soutient que ses frères n’ont rien à voir avec la mort de Frantzy Duverseau (2012) contrairement aux accusations dont ils avaient faits l’objet.

Pourquoi garde-t-on mes frères en prison pendant que la famille Duverseau a reconnu qu’ils n’ont rien à voir avec le décès de Frantzy, s’est-elle interrogée, appelant à l’aide les organisations de droits humains.

Le cout de l'organisation du carnaval des Fleurs  est de 85 millions de gourdes, financé à 85% par le secteur privé, selon le président du comité d’organisation

Port-au-Prince, le 25 juillet 2014 – (AHP) – Le président du comité d’organisation du carnaval, Grégory Sabba a affirmé vendredi que les préparatifs vont bon train pour la tenue de la 3e édition du carnaval des fleurs à Port-au-Prince, les 27, 28 et 29 juillet.

La construction des stands est pratiquement achevée, a dit M. Sabba, rappelant que cette année, ce sont en tout 142 stands qui ont été construits au Champ-de-Mars. Ils ont chacun une capacité de recevoir 120 personnes et sont loués au prix de 350 mille gourdes l’unité.

13 groupes musicaux, 15 bandes à pied et 3 chars allégoriques participeront au défilé, a indiqué Grégory Sabba, soulignant que plus de 6700 policiers seront mobilisés pour assurer la sécurité dans le périmètre du site du carnaval. Le cout de l'organisation est de 85 millions de gourdes financé à 85% par le secteur privé, selon le président du comité d’organisation.

Plusieurs ouvriers, dont des peintres et des charpentiers s’activent au Champ-de-Mars où ils sont en train de mettre les dernières touches dans la préparation des stands. Ils assurent que tout sera prêt avant le premier  jour de carnaval.

Pour eux, l’organisation du carnaval constitue une opportunité de se faire un peu d’argent et préparer la nouvelle rentrée scolaire.
Le parti KAN PEP LA dénonce la décision des autorités haïtiennes d’organiser des festivités carnavalesques pendant la commémoration du 99e anniversaire du débarquement des militaires américains en Haïti lors de la première occupation du pays à partir du 28 juillet 1915.

C’est comme s’ils invitaient les citoyens à faire la fête pendant ce jour de deuil, s'est indigné  Francoeur Pierre, cadre du parti.

Il invite les citoyens à une journée de réflexion qui aura lieu ce samedi 26 juillet au local de la faculté des sciences humaines à Port-au-Prince où les débats porteront sur l’impact de l’occupation sur le système électoral et les leçons à tirer de la première occupation américaine, afin de pouvoir, a-t-il dit, débarrasser le pays des nouveaux occupants d’ici un an.

L’avocat et militant politique de l’opposition Me Newton Saint-Juste affirme n’être pas convaincu que l’organisation du carnaval des fleurs soit effectivement financée par le secteur privé des affaires comme le président du comité du carnaval tente de le faire croire.

Qu’ont-elles à  gagner ces entreprises qui financeraient  le carnaval tout en restant dans l’anonymat, s’est interrogé
M. Saint-Juste qui appelle le comité du carnaval à faire le jour sur le financement de l’évènement.


Selon lui, il ne s’agit que d’un prétexte au blanchiment d’argent.

 

L’assassinat du puissant chef de Gang Mackendy François alias « ti kenken continue de susciter ds réactions: fruit de l'impunité, selon RNDDH

Port-au-Prince, le 24 juillet 2014 – (AHP) -L’assassinat du puissant chef de Gang Mackendy François alias « ti kenken » tué jeudi, continue de susciter des organisations de droits humains.

 La plateforme des organisations haïtiennes de défense des droits humains (POHDH), par la voix de son secrétaire exécutif, Anthonal Mortimé, dénonce le fait que Ti kenken ait été neutralisé et tué par l’un de ses pairs, alors que la police n'a jamais pris de dispositions pour démanteler ce puissant gang.

M. Mortimé dénonce l'existence de ramifications entre certains hommes politiques et des réseaux mafieux. Il appelle la police à prendre des dispositions pour démobiliser tous les réseaux de malfaiteurs afin de rétablir la paix.

Il dénonce du coup  le laxisme du parquet de Port-au-Prince dans le lancement d’une enquête en vue de faire la lumière autour du double assassinat  de Daniel et Girldy Larèche Dorsainvil, le 8 février dernier, meurtres attribués a ce puissant gang.

Anthonal Mortimé appelle la population à presser les autorités concernées de prendre des dispositions en vue de garantir la sécurité dans le pays.

Le directeur exécutif du RNDDH estime que l`assassinat de Ti kenken est la résultante  de la politique d'impunité  dans le pays, affirmant que les membres de ce gang agissaient au vu et aux su de tous à Martissant.

Pierre Esperance  appelle les autorités policières a démanteler le gang de Martissant et à procéder à l'arrestaion de ses membres, y compris ceux qui ont avoué avoir assassiné leur chef.


Nouvelles du 24 juillet 2014

Une délégation du MOPOD rend visite au député Arnel Bélizaire en grève de la faim depuis 4 jours à la chambre basse: plusieurs secteurs secteurs expriment des doutes quant à la volonté des autorites de donner suite  aux revendications du députés

Port-au-Prince, le 24 juillet 2014 – (AHP) -
Une délégation du mouvement patriotique de l’opposition démocratique a rendu visite ce jeudi au député Arnel Bélizaire, en grève de la faim depuis 4 jours à la salle de séance de la chambre basse.

C’est le coordonnateur adjoint du comité exécutif du MOPOD, le Dr Turneb Delpé qui a conduit cette délégation.
Turneb Delpé affirme qu’il était nécessaire que le MOPOD apporte sa solidarité avec le parlementaire qui, estime-t-il, a des revendications justes, notamment, la libération des prisonniers d’opinion et la démission du président du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire CSPJ.

Il dit souhaiter que d’autres secteurs y compris les parlementaires de l’opposition, apportent leur solidarité à l’élu de Delmas/Tabarre. Pour le Dr Delpé, l’opinion nationale et internationale devrait être touchée par la cause que défend le parlementaire.

Le député de Léogane, Me Jean Danton Léger affirme qu’il est solidaire, même si ce n’est que de façon passive, de son collègue Bélizaire.

Me Léger doute cependant que le geste du député de Delmas/Tabarre soit compris par les secteurs  qui peuvent donner suite à ses revendications.

Il lui demande de penser à changer de stratégie si d’ici la fin de cette semaine, aucune suite n’est donnée à ses requêtes.

Plusieurs députés du bloc pro-gouvernemental ont  essayé de banaliser jeudi la grève du collègue Beéizaire qu'ils assimilent à une manoeuvre politique.

Amendements à la loi électorale: le député Jean Danton Léger fait des propositions au groupe des 6, dont la demande de demission duprésident Martelly qui devrait  laisser sa place au président du Sénat si les élections n'ont pas lieu au plus tard le 15 mars

Port-au-Prince, le 24 juillet 2014 – (AHP) – Le député Jean Danton Léger informe avoir écrit depuis le 6 juin aux membres du groupe des six sénateurs de l’opposition pour leur demander de plancher sur les amendements à la loi électorale.

Le parlementaire explique avoir demandé aux sénateurs de mettre des garde-fous pour éviter que le chef de l’Etat ne dirige le pays, ne serait-que qu’une journée, par décret.

Il indique  que la loi électorale devrait clairement préciser que si les élections ne sont pas réalisées d’ici le 15 mars, le président Michel Martelly devrait démissionner et laisser sa place au président du Sénat à la tête d’un gouvernement dont la mission serait d’organiser avant la fin de l’année 2015, des élections générales anticipées.

L’élu de Léogane rappelle par ailleurs que son mandat de 4 ans, qui a débuté en juin 2011, devrait prendre fin en juin 2014.

"Si nous avons accepté de partir le 2e lundi de janvier, c’était dans le but d’harmoniser le temps électoral au temps constitutionnel dans le cas où les élections se réaliseraient avant la fin de cette année", souligne le parlementaire.

Par ailleurs, l’accession de Max Mathurin à la présidence du CEP laisse indifférent le mouvement patriotique de l’opposition démocratique, MOPOD.

Le coordonnateur général adjoint de son comité exécutif, le Dr Turneb Delpé rappelle que les élections de 2006 organisées par un CEP dirigé par M. Mathurin n’ont pas été exemptes de tout reproche.

Le dirigeant politique dit croire que si M. Mathurin ne se laisse pas influencer par l’Exécutif, il pourrait ne pas résister à la communauté internationale qui, estime-t-il, dispose d’un agenda politique qui ne cadre pas avec les aspirations du peuple haïtien.

Turneb Delpé affirme que les 6 principaux partis de l’opposition qui ont refusé de s’inscrire au CEP devraient bientôt avoir une réunion pour évaluer la situation.

Entretemps, l’Office National d’Identification, ONI se prépare à fermer à partir du 26 juillet, le registre électoral. Tout citoyen qui sollicite après cette date, une carte d’électeur, ne sera pas  habilité à voter lors des prochaines législatives partielles et municipale, a indiqué le DG de l’ONI, Jean-Baptiste Saint-Cyr.

Une décision conforme à l’arrêté convoquant le peuple dans ses commices pour le dimanche 26 octobre, a-t-il dit, n’écartant pas la possibilité que ce délai soit prolongé si les élections ne devaient pas être réalisées à la date prévue.

Il affirme que l’ONI est prêt, du point de vue technique et opérationnel, à remettre les données au CEP,  rappelant qu’entretemps le processus d’enregistrement des citoyens se poursuit.

Un 2ème groupe de jeunes haïtiens quittent le pays  le 1er août pour le Mexique en vue d’entamer leur premier cycle d’études universitaires, dans le cadre de l’exécution d’un programme de bourses d’études, suite à un protocole d’entente entre les gouvernements haïtien et mexicain.

Port-au-Prince, le 24 juillet 2014 – (AHP) – Un groupe de 94 jeunes haïtiens doit laisser le pays le 1er aout prochain à destination du Mexique en vue d’entamer leur premier cycle d’études universitaires dans le cadre de l’exécution d’un programme de bourses d’études suite à un protocole d’entente entre les gouvernements haïtien et mexicain.

Il s’agit de la 2e cohorte d’étudiants qui laissera le pays après un premier groupe, l’an dernier. Le 3e groupe débutera sa formation en 2015.

Apres une formation en langue espagnole et en culture mexicaine pendant 6 mois, ces jeunes devraient intégrer des universités mexicaines pour des études de premier cycle, en agronomie, administration d’entreprise, génie civil et tourisme, entre autres.

Ils ont été choisis parmi près de 500 postulants et sont originaires des différentes régions du pays, informe l’ambassadeur du Mexique en Haïti, José Luis Alvaro.

Le diplomate a fait savoir  que son pays dispose d’un budget de 9 millions de dollars US pour la mise en œuvre de ce programme de bourses en faveurs de 300 jeunes haïtiens sur une période de 3 ans.

Le ministre haïtien des affaires étrangères, Duly Brutus a remercié le gouvernement mexicain pour le respect de ses engagements vis-à-vis des jeunes haïtiens.

Il rappelle que ce programme de bourdes répond à une préoccupation du président Michel Martelly qui, dit-il, veut donner aux jeunes haïtiens, la possibilité de recevoir une formation universitaire afin qu’ils puissent participer au développement du pays.

Il affirme que des dispositions seront adoptées pour permettre à ces jeunes d’intégrer l’administration publique ou le secteur privé des affaires dès leur retour dans le pays.

Le ministre de la communication salue les dernières avancées opérées dans le processus électoral et presse ceux qu'il appelle les sénateurs jusqu’au-boutistes »  à  plancher sur le vote de l’amendement à la loi électorale
Port-au-Prince, le 24 juillet 2014 – (AHP) –Le ministre de la communication Rudy Hériveau a salué jeudi les dernières avancées opérées dans le processus électoral.

Il a exhorté ceux qu’il appelle « les sénateurs jusqu’au-boutistes »  à  plancher sur le vote de l’amendement à la loi électorale en vue de favoriser l’accélération du processus électoral et la tenue des prochaines élections  à la fin de l’année pour éviter ainsi que le pays ne plonge dans le chaos.

« Il est fondamental que le personnel politique soit renouvelé mais le seul moyen d’y parvenir est le chemin des urnes », a indiqué Rudy Hériveau.

Il a, par ailleurs, fait savoir que plus d’une centaine de partis politiques se sont déjà fait inscrire pour les prochaines compétitions électorales.

Rudy Hériveau appelle les autres partis de l’opposition à rejoindre ceux qui l'ont déjà fait pour des élections inclusives dans le pays.

Le ministre de la communication a qualifié par ailleurs de réussite la dèrnière édition du programme gouvernemental « gouvènman an lakay ou »qui s’est tenu à North Miami School le 19 juillet dernier.

M. Hériveau s’en est pris aux déclarations selon lesquelles ce programme n'a été qu'un show médiatique ce . "Il s'agit d'une stratégie du gouvernement visant à créer un lien de proximité avec la population afin d’avoir une idée de ses condition de vie, prendre en compte ses doléances et y apporter des réponses concrète, a dit le ministre qui n’était pas en mesure de fournir trop de détails sur le budget alloué pour l’organisation de cette 9ème édition de gouvènman an lakay ou ».

-Un présumé chef de gang  Mackendy François alias Ti Kenken a été tue tôt ce jeudi matin à Martissant.  Selon un  porte-parole de la police, il a ete abattu par un de ses lieutenants. Le nommé Doy Jr. aurait avoué avoir commis l'acte. 

L`inspecteur Garry Desrosiers a fait savoir pour sa part    que ce gang était impliqué dans l`assassinat du policier Walky Calixte, en 2012.


-Le conseil haïtien des acteurs non-étatiques appelle le CEP a revoir le processus de recrutement des membres des BEC et BED. son secrétaire exécutif Edourd Paultre exhorte le Conseil a rouvrir la période d`inscriptions pour les autres partis désireux de prendre part aux prochaines joutes électorale.

-le président du CSPJ reconnait avoir modifié la liste des magistrats qui lui a été soumise par la commission de certification. Le président de l`Association Nationale des Magistrats Haïtiens Me Durin estime que Me Arnel Alexis Joseph est allé `au-delà de l`indécence`

-La ministre de l`économie et des finance a fait hier mercredi l`exposé des motifs du projet de budget 2014-2015 à la chambre basse. La ministre était munie cette fois de l`avis de conformité  délivré la cour supérieure des comptes et du contentieux administratif.

-Le président de la commission finances a la chambre basse Cholzer Chancy annonce que ladite commission s'est déjà mise au travail en vue d`une analyse minutieuse du projet de budget.

-Vive tension ce jeudi a Miragaone où  des habitants manifestaient pour continuer de réclamer une meilleure distribution du courant  électrique.


"Les ambassadeurs américains Pamela White et James Brewster visitent le parc industriel CODEVI
 
Le jeudi 24 juillet 2014, l’Ambassadeur des Etats-Unis en Haiti, Madame Pamela White, et l’Ambassadeur des Etats-Unis en République Dominicaine, Monsieur James Brewster ont visité le parc industriel CODEVI en compagnie des représentants du CODEVI.

Les ambassadeurs ont visité plusieurs usines de fabrication de vêtements et différentes installations à l’intérieur du parc y compris des centres de santé, une station de radio et des centres de formation.  Ils ont également fait le tour du marché binational de Ouanaminthe.
De gauche à droite :  M. Fernando Capellan, Responsable du parc industriel CODEVI, l’Ambassadeur des Etats-Unis en République Dominicaine, Monsieur James Wally Brewster, l’Ambassadeur des Etats-Unis en Haiti, Pamela A White et Mme Mercedes C. Capellan devant un arbuste qu’ils viennent de planter.
 
L’Ambassadeur White a félicité CODEVI qui compte onze années réussies de développement économique réussies et a exprimé l’engament des Etats-Unis à assurer que le CODEVI et ses employés continuent d’aider à renforcer l’économie d’Haiti.  L’Ambassadeur White a également souligné l’importance de la sécurité dans la région.  Selon l’Ambassadeur, l’accent sur de tels aspects essentiels, aide «à lutter contre la publicité négative qui porte atteinte aux accomplissements réalisés en Haiti et qui menace de saper l’avenir».
 
L’Ambassadeur Brewster a déclaré que le succès du CODEVI doit être considéré comme un excellent exemple pour les entreprises commerciales nationales. Il a indiqué "la proximité d’Haïti avec les Etats-Unis et la République Dominicaine, combinée avec les mesures d'incitation à l'exportation créées par les actes HOPE et HELP, avec la pléthore de capital humain disponible, font de Ouanaminthe, Dajabon, et d'autres villes frontalières l'un des premiers emplacements stratégiques pour la fabrication et l'exportation".
 
Le parc industriel CODEVI s’est installé depuis 2003 dans la ville Ouanaminthe dans le département du Nord-est d’Haiti.  Le parc fabrique des vêtements destinés à l’exportation dont des jeans, des uniformes et des tricots


Nouvelles du 23 juillet 2014.


Le dossier des amendements à la loi électorale devrait être mis en discussion au cours d`une séance prévue le 31 juillet au Sénat

Port-au-Prince, le 23 juillet 2014 – (AHP) – Le président du Sénat Simon Dieuseul Desras a annoncé mercredi  la tenue, le 31 juillet prochain, d’une séance  au Senat autour de plusieurs points dont le vote de l’amendement de la loi électorale.

Le parlementaire qui a salué l’arrivée de Max Mathurin à la tête de l’organisme électoral, estime que la constitution du nouveau bureau du CEP a favorisé certaines évolutions enregistrées dans le cadre du processus électoral.

Il estime que les expériences  accumulées par  M. Mathurin en matière électorale lui permettront d’organiser de bonnes élections dans le pays.

Le Conseil présidé  par Max Mathurin  avait organisé les élections générales de févier 2006. Plusieurs secteurs estiment que sous son instigation, certaines décisions prises par le CEP à  7 membres seront  minutieusement evaluées poiur decider de l'opportunité de les maintenir ou de les évacuer.

Le vice-président du CEP Andris Riché dénonce ce qu'il appelle les tergiversations du Groupe des 6 qu'il appelle à voter les amendements.

L'un des sénateurs membres du groupe des 6, Wetsner Polycarpe, affirme que le groupe ne se laissera pas intimider par des  pressions et  continue d`exiger la formation d`un nouvel organisme électoral dans l`esprit de l`article 289 de la constitution, avant de se pencher sur les amendements a la loi électorale.


Toutefois, des responsables politiques et des parlementaires estiment d'ores  et déjà, que les concours organisés à travers le pays pour recruter les membrse des bureaux électoraux departementaux et communaux, ont ete entâchés de graves fraudes et irrégularités.

Selon de nombreux témoignages, les textes d'examens circulaient plusieurs jours avant la tenus du concours et auraient même eté transmis à des candidats réputés partisans du pouvoir

Nouvelles du 22 juillet 2014
Rencontre trilatérale Haïti, République dominicaine et Union européenne: Danilo Medina a dit au président Martelly qu'il était temps de se regarder dans les yeux pour travailler au  renforcement  des deux  pays

Punta Cana, le 22 juillet 2014 – (AHP) –Le président dominicain Danilo Medina  a fait savoir  mardi au président Michel Martelly qu'il était temps de se regarder dans les yeux, se serrer la main et travailler main dans la main pour le renforcement de chacun de leurs deux  pays".

C'est ainsi que   le chef de l'Etat dominicain, Danilo Medina a conclu une réunion trilatérale à Punta cana entre la République dominicaine, Haïti et Union européenne.

Les deux présidents se sont engagés à travailler conjointement  de façon à résoudre les maux qui touchent les deux pays.

Danilo Medina a demandé au président du Conseil de l'Union européenne, Herman Van Rompuy, de soutenir  un projet de construction de deux hôpitaux à la frontière entre les deux pays, en notant que ce serait une façon d'améliorer la qualité des soins fournis  aux populations vivant le long de la zone frontalière.

 M. Van Rompuy a immediatement offert son soutien à la proposition de la Médina et malgré les félicitations adressées au président dominicain, pous la loi de naturalisation et et le programme de régularisation des  étrangers, il a insisté pour que les deux programmes soient exécutés avec un sens d'humanité.

«Je ne veux pas entrer dans un débat sur une question concernant la souveraineté nationale, mais je pense que nous sommes tous d'accord que c'est une préoccupation qui nécessite une solution humaine", a déclaré M. Van Rompuy..

Pour sa part, le président Michel Martelly a indiqué  que le problème migratoire  n'a été créé ni par le gouvernement haïtien ni par le gouvernement dominicain, mais il a dit  espérer que les deux pays sortiront victorieux à la fin de ces efforts conjoints pour résoudre ce problème et d'autres problèmes auxquels ils sont confrontés.

Il a fait savoir que ce n'est pas par hasard qu'ils ont hérité de problèmes qui remontent à des centaines d'années.

La presse dominicaine a relevé que le président Martelly et son premier ministre sont arrivés  avec une heure et 14 minutes de retard à la réunion  à l'Hôtel Hard Rock où attendaient le président dominicain Danilo Medina et Président du Conseil de Union européenne, Herman Van Rompuy pour commencer une réunion.


L’expert indépendant des Nations-Unies aux droits humains appelle  les différents acteurs poliiques du pays à trouver un terrain d’entente en vue de résoudre la crise politique et éviter que le pays ne plonge dans le chaos


Port-au-Prince, le 22 juillet 2014 – (AHP) – L’expert indépendant des Nations-Unies aux droits humains en Haïti, Gustavo Gallón a présenté, ce mardi, le rapport de sa deuxième visite officielle dans le pays.

L’expert indépendant a, à l'occasion,  appelé  les différents acteurs concernés à trouver un terrain d’entente en vue de résoudre la crise politique et éviter que le pays ne plonge dans le chaos.

Il estime que les différentes crises politiques qu’a connues le pays ont  contribué à de nombreuses violations des droits de l’homme.

« Il est donc nécessaire de trouver un accord de base sur les règles du jeu électoral  entre les forces politiques », a martelé M. Gallón.

Au cours de cette visite, M. Gallón a rencontré des autorités gouvernementales, des responsables  de l’Office de la protection du citoyen, de la société civile et du système des nations unies, des journalistes et des membres de différents partis politiques.

Cette visite d’évaluation sur la situation des droits de l’homme était basé sur 5 axes prioritaires dont  les droits socio-économiques et culturels de la population, la détention préventive prolongée, la question électorale, l’impunité et les violations des  droits humains provoquées par des raisons politiques, les catastrophes naturelles et le choléra. 

M. Gallón estime que la situation des droit de l’homme reste très critique dans le pays, en dépit des avancées réalisées par les autorités comme : le lancement du plan d’action triennal pour l’accélération de la réduction de la pauvreté et la préparation du plan national des droits de l’homme.


Le carnaval des fleurs se tient du 27 au 29 juillet: le budget pour l'organisation de ces festivités toujours pas connu

Port-au-Prince, le 22 juillet 2014 – (AHP) – Jour J-5 pour le début du carnaval des fleurs 2014. Cette activité  lancée sous le gouvernement ds Duvalier et reprise depuis 3 ans par l'administration Maretlly se déroulera cette année les 27, 28, 29 juillet prochain au champs de mars.

Mais oujours aucun budget connu pour l'organisation  de ces festivités. Le président du comite du carnaval Gregory Sabbat se contente d'assurer que le budget financé majoritairement, a-t-il dit,  sera inferieur à celui des années précédentes.

La tenue de  cette activité suscite de nombreuses interrogations chez les citoyens sur les éventuelles retombées  économiques. 

Si certains estiment que ce carnaval pourrait être bénéfique a l`économie du pays, en créant des opportunités pour le secteur des affaires,   pour les petits commerçants et le monde musical.

Toutefois, d’autres pensent qu'aucune enquête connue  n'a été menée sur les retombées du carnaval haïtien

Pour eux donc, le déroulement de ce qu’il considère comme un carnaval de trop, ne peut être que déficitaire pour le pays,  compte tenu entre autres des jours de congé qu’il entraine. C'est comme plus 1 moins 2, a dit un économiste..

Puisque  par arrêté présidentiel, la journée du lundi 28 juillet est décrété fériée a partir de midi; et celle de Mardi dans toute son intégralité.

Coté culturel, une douzaine de groupes musicaux ont été retenus pour créer l’ambiance au cours de ces trois jours. Parmi lesquels, des ténors comme T.vice , Djakout, Carimi, Kreyòl la, Barikad et Rockfarm… mais aussi des révélations comme le jeune groupe  « Chalè »   emmené par Rodyman.

Toutefois , certains de ces groupes ne seraient pas satisfaits du cachet promis, soit 25.000 dollars Une entente aurait finalement éte trouvée.  Les plus gros cylindrés  devraient recevoir 25.000 dollars plus un cachet dont le montant n'a pas été défini.


=Ouverture ce mardi de la 3ème édition de l'université d'été de l'organisation politique  Fanmi Lavalas au siège de la Fondation Docteur Aristide à Tabarre. Le thème retenu cette année; Investir dans l`humain pour la décolonisation mentale. La coordonnatrice de Fanmi lavalas Maryse Narcisse plaide en faveur d`une prise de conscience nationale en vue de permettre au pays d`emprunter  rée3lement la voie du développement

=Clôture ce mardi d`un atelier de travail  de deux jours organisé par le club de Madrid sur les expériences de dialogue national et d’accord politique.  Une activité qui visait à aider les acteurs politiques à trouver de bonnes formules pour résoudre leurs différends.


Le secrétaire général du club de Madrid, Carlos Westendorp, a appelé tous  les acteurs à faire des sacrifices en vue de sortir le pays de sa mauvaise situation.

=Le sénateur Francisco de la Cruz appelle l'actuel CEP à acheminer au parlement une nouvelle loi électorale en vue de l'organisation des élections cette année. le parlementaire dénonce ce qu'il appelle le manque de volonté du chef de l'état pour organiser le scrutin dabns l'échéance prévue.

=Présentation ce mardi a l`hôtel Royal Oasis aux membres du secteur des affaires, du projet de budget 2014-2015 par la ministre de l`économie et des finances Marie Carmelle Jean marie . La ministre qualifie de réaliste ce budget qui s'élève à  122 milliards de gourdes.

=L'union des parents d'élèves progressistes haïtiens appelle le Ministère de l'Education nationale à prendre les dispositions nécessaires pour garantir la rentrée académique 2014-2015 comme prévu le 8 septembre prochain. Le secrétaire général de l'UPEH Leo Litholu dénonce les conditions dans lesquelles se déroule le processus de corrections des textes et les irrégularités relevées lors du déroulement des examens d`état, cette année.

=Évasion mardi soir de la garde à vue du commissariat de police de Miragoane. 4 détenus ont pu échapper a la vigilance des policiers qui montaient la garde. ces derniers ont été places en isolement, ont annoncé les autorités policières de la région.

Nouvelles du 21 juillet 2014
Le CEP complété avec l'installation des 4 nouveaux membres: l'ancien président de CEP Max Mathuin préside désormais le bureau de l'organisme électoral, mais plusieurs secteurs plitiques continuent de croire quer ce conseil n'est pas suffisamment crédible pour organiser des élections

Port-au-Prince, le 21 juillet 2014 – (AHP) – Un nouveau bureau a été mis en place ce lundi à la tête du conseil électoral provisoire pour la gestion des opérations électorales devant conduire à la réalisation des législatives partielles et municipales avant la fin de l’année.

C’est Max Mathurin, représentant du Parlement, qui assure désormais la présidence du conseil en remplacement de Me Fritzto Canton en poste depuis presque deux mois.

C’est la première fois, sous la présidence Martelly  que le conseil n’est pas dirigé par un représentant de l’Exécutif après Josué Pierre-Louis, Emmanuel Ménard et Fritzto Canton.

L’élection du nouveau bureau a eu lieu peu après l’installation de 4 nouveaux conseiller électoraux : Max Mathurin, Yolette Mingual, nouvellement nommés, Me Néhémie Joseph qui avait refusé de prêter serment en mai parce que le Sénat n’avait pas encore entériné sa nomination et Léopold Berlanger qui s’était aussi abstenu de prêter serment estimant que le CEP n’avait pas encore tous ses membres.

Désormais, les neuf membres du CEP sont à leur poste et Chantal Raymond assure la vice-présidence du conseil pendant qu’Applys Félix et Pierre  Simon Georges jouent respectivement les rôles de secrétaire général et trésorier du CEP.

Lors de la cérémonie d'instalation des nouveaux venus, le désormais ex-président du CEP Fritzto Canton avait rappelé qu’ils ont un devoir d’obligation, tout indiquant que le conseil (qu’il a dirigé depuis deux mois) n’est pas un congrès d’ambassadeurs qui reçoit des instructions.

Fritzto Canton qui faisait ses dernières déclarations avant l'élection du nouveau bureau, a également fait savoir que les décisions déjà prises au conseil (à 7 membres) seront évaluées à la lumière de la constitution et certaines seront maintenues mais d’autres révisées, a-t-il dit, précisant que tout sera fait « dans le respect des normes et des collègues ».

Max Mathurin, qui fut president du CEP qui a organisé les elections générales de 2006  etdont certans secteurs politiques se méfie pour avoir été soutenu par le bloc des parlementaires pro-gouvernementaux PSP, a donné la garantie qu’il va travailler à l’organisation d’élections libres, honnêtes, inclusives, transparentes et démocratiques, estimant que les élections que le conseil qu’il a présidé entre octobre 2005 et décembre 2007 ont été les meilleures jamais organisées dans le pays.

Max Mathurin a faqit savoir  qu’il n’est pas revenu au CEP pour satisfaire ses propres fantasmes mais pour servir le pays qui, dit-il, a besoin de tous ses fils.

Yolette Mengual également critiquée et soupçonnée d'allégeance au pouvoir pour avoir été un fonctionnaire de la primature avant d'ariver à ce poste a, elle aussi promis de travailer à la  réalisation d'un scrutin libre, honnête et inclusif.

Au CEP, je vais continuer le combat que je mène depuis 25 ans, en faveur de l’émergence d’une meilleure société où les institutions démocratiques jouent pleinement leur rôle, a promis la militante féministe.

Le premier ministre Laurent Lamothe salue l’installation des 4 nouveaux membres du conseil électoral provisoire et réitère son engagement à accompagner, dans la limite de ses attributions, le processus électoral.

S’exprimant au nom du premier ministre, le porte-parole de la Primature Me Kedlaire Augustin a dit souhaiter que l’installation du CEP permette de débloquer réellement la situation, appelant les sénateurs de l’opposition à plancher sur les amendements à la loi électorale.

Me Augustin a indiqué par ailleurs que les membres des partis qui affirment douter que les élections seront réalisés cette année ,sont tous en campagne.

Le sénateur de l’opposition Moïse Jean-Charles a fait savoir pour sa part que  le dossier du CEP est  désormais relégué au second plan dans les débats au niveau de son assemblée.

Il souligne qu’il est nécessaire de plancher d’abord sur la nomination de madame Wendelle Coq Thélot au CSPJ avant de revenir aux questions portant sur les élections notamment le vote des amendements à la loi électorale.

Me Coq est arrivé à  la Cour de Cassation de manière illégale avant d’intégrer le CSPJ pour favoriser le contrôle du CEP par l’Exécutif, croit savoir le parlementaire.

Il a d’ailleurs assuré que l’environnement électoral n’est pas favorable à la bonne tenue du scrutin sachant que les candidats de l’opposition de pourront pas faire campagne en toute sécurité, rappelant qu’il a été agressé à deux reprise en mai dernier.

Toutefois, le coordonnateur de l'OPL, Sauveur Pierre Etienne, a  estimé que les conditions sont réunies, avec la présence des 9 membres du CEP, pour que son organisations s'inscrive en vue des prochaines éections. Il a promis que ce sera le raz-de-marée depuis les élections législatives et locales jusqu'à la présidentielle.

La grève des magistrats paralyse les activites dans les 18 juridictions du pays: ils réclament la publication du rapport d’enquête sur la mort d'un juge décédé dans des conditions jugées suspectes et le renouvellement du mandat de dizaines de juges arrivé à terme

Port-au-Prince, le 21 juillet 2014 – (AHP) – Les activités sont paralysées dans les tribunaux des 18 juridictions du pays en raison d’une grève de 3 jours lancé par l’Association Nationale des Magistrats Haïtien qui réclame la publication du rapport d’enquête sur la mort du juge Jean-Serge Joseph et le renouvellement du mandat de dizaines de juges arrivé à terme.

Les membres de l’ANAMAH avaient déjà fait la grève le 14 juillet dernier pour ces mêmes revendications.

Le président de l’ANAMAH, Me Durin Duret affirme que le mot d’ordre de grève est respecté dans toutes les juridictions du pays. Et en conséquence , les assises criminelles qui auraient dû avoir lieu ce lundi ont été reportées à jeudi.

Me Duret dénonce l’attitude des autorités judiciaires qui veulent, a-t-il dit, pratiquer la politique de la table-rase pour remplacer des juges honnêtes et compétents patr ds corrompus.

 Cette stratgie va nuire davantage  à l’indépendance du pouvoir judiciaire, a dit Me Duret rappelant qu’une réunion avec les membres du CSPJ autour de la question s’est achevée en queue de poisson.

Une entente a certes été trouvée avec le ministère des finances pour le paiement par étapes, des arriérées de salaires dues depuis 21 mois mais Me Duret a assuré que ce n’est pas en lançant des os aux magistrats qu’ils vont leur faire revenir sur leur mouvement.

"Nous voulons des garanties quant au renouvellement des mandats des juges et le rapport sur la mort du juge Joseph", a-t-il martelé.

En raison de ce mot d’ordre de grève, le dossier des Frères Florestal contre des membres de la famille présidentielle accusé de corruption, n’a pu être mis à l’ordre du jour ce lundi à la Cour d’appel de Port-au-Prince où devrait avoir lieu la communication des pièces.

Le dossier sera repris entièrement en octobre prochain, informent les avocats des frères Florestal, qui affirment comprendre le mouvement des magistrats.

Nous soutenons la décision des magistrats de faire la grève et nous croyons qu’il est nécessaire d’avoir un vaste mouvement social pour porter les dirigeants à comprendre que les Haïtiens ne sont pas des zombis, ont indiqué Newton Saint-Juste et André Michel.

Le porte-parole de la Primature, Me Kedlaire Augustin a assuré que le processus de nomination des juges est en cours. Il rappelle que les mandats d’une vingtaine de magistrats ont déjà été renouvelés.

Me Kedlaire Augustin dit espèrer que ce processus ne sera pas long, soulignant que le chef du gouvernement peut toujours passer des instructions formelles, dont il n’a pas donné la nature, afin que la justice puisse continuer, a-t-il dit, de fonctionner.


Le député Arnel Bélizaire  entame une grève de la faim à la salle de séance de la chambre basse: il réclame entre autres la libération des frères Florestal et la démission du président de la Cour de cassation

Port-au-Prince, le 21 juillet 2014 – (AHP) – Le député Arnel Bélizaire a entamé ce lundi une grève de la faim à la chambre basse.

Il s’agit d’un sacrifice qui va au-delà de mes intérêts personnels, a-t-il indiqué.

Vêtu d’un tailleur bleu noir, d’une chemise bleue et d’une cravate noire, le parlementaire s’est présenté avec des effets personnels dont un sac à dos visiblement bien rempli, des draps, un matelas, son oreiller et une arme à feu à la salle de séances où il est interdit d’accès pendant deux mois, accusé d'avoir agressé physiquement le ministre chargé des relations avec le parlement, Phelito Doran.

Le parlementaire a banalisé au passage  la  mesure disciplinaire  dont il fait l`objet .

L’élu de Delmas/Tabarre affirme qu’il restera à la salle de séances jusqu’à ce qu’il obtienne entre autres la libération des frères Florestal, considérés par l’opposition comme des prisonniers d’opinion, la démission du président de la Cour de Cassation Arnel Alexis Joseph, un magistrat reputé proche du chef de l'tEat, dont il conteste la légitimité.

Il réclame également que la lumière soit faite autour des fonds débloqués en appui au parlement et dit souhaiter que son geste permette à la majorité silencieuse de cesser de cautionner les violations de la constitution.

GARR-
Haïti: Brutalité policière à Anse-à-Pitre

Des agents de l'Unité Départementale de Maintien de l'Ordre (UDMO)
 
Des habitants de la commune frontalière d’Anse-à-Pitre (Sud-est) ont déploré l’agression physique dont a été victime Magdala Gabriel, 26 ans, une nourrice de 4 mois, de la part d’un policier de l’Unité Départementale de Maintien de l’Ordre (UDMO), le vendredi 18 juillet 2014. Cet incident est survenu suite à l’évasion le même jour de la prison du commissariat de cette commune de Gary, le mari de la victime,  a appris le GARR.

Le 17 juillet 2014, aux environs de 8 heures du soir, des agents de l’UDMO avaient procédé à l’arrestation de Gary qui aurait été impliqué dans le vol d’un véhicule en République Dominicaine. Arrivé au Commissariat, ce dernier s’est évadé quelques heures plus tard, le 18 juillet 2014.

 Des agents de l’UDMO ont perquisitionné la maison du fugitif. Ne l’ayant pas trouvé, l’un d’entre eux aurait tabassé sa femme, a rapporté un collaborateur du GARR dans la commune d’Anse-à-Pitre.

 Mme Gabriel qui a saigné à l’anus après cette bastonnade, a sévèrement critiqué le comportement des policiers.

 « J’étais toute émue quand l’un des policiers m’a enlevé temporairement mon bébé tandis qu’un autre me bousculait et me frappait rudement.», a-t-elle re0proché.

 La nourrice qui a l’air souffrant a indiqué être déjà détentrice d’un certificat médical en vue d’aller porter plainte contre ses bourreaux.

 Tout en condamnant cet acte de violation des droits de la personne, le GARR rappelle aux autorités policières que selon la Constitution haïtienne, la responsabilité pénale est personnelle. Il se demande comment la femme d’un présumé coupable peut-elle être punie à la place de son mari.

 Le GARR croit que les forces de l’ordre doivent toujours faire preuve de professionnalisme dans leur mission de protéger et de servir  la population.

Il exhorte les autorités judiciaires haïtiennes à diligenter une enquête autour de cette affaire susceptible de ternir l’image de l’institution policière

Note de presse



Premier Ministre Lamothe cherche à obtenir mieux de la destination touristique Labadie
 
Port-au-Prince, le vendredi 18 juillet 2014.-
Dans le cadre de sa tournée à Miami, la veille du programme « Gouvènman an lakay ou », le Premier ministre Laurent Lamothe, en compagnie de la ministre du Tourisme, s’est entretenu, ce vendredi, avec le président de la Royal Caribbean Cruises Ltd, Adam M. Goldstein.
 
En attendant la signature d’un protocole d’accord en août prochain, le chef du gouvernement et le président de la Royal Caribbean Cruise se sont mis d’accord à développer les villages se trouvant à proximité  de Labadie, d’y implanter des programmes sociaux au profit des villageois, et d’en promouvoir la production agricole et l’artisanat local.
 
Ils ont également discuté de l’extension des visites des croisiéristes dans d’autres destinations touristiques du pays, dont Sans-Souci, Citadelle. Ce qui va marquer une énorme différence dans d’autres zones du pays.
 
Le gouvernement investira 40 millions de gourdes dans les travaux de rénovation et de mise en valeur des ruines du Palais Sans-Souci, dans le cadre de son plan d’aménagement touristique, de développement du tourisme culturel et des industries créatives.
 
Au cours de sa tournée à Miami, le Premier ministre Lamothe a, également, visité le Consulat général d’Haïti à Miami, fraîchement rénové, dans la perspective d’améliorer les services à la communauté de la Floride, mais aussi offrir un meilleur visage du pays à l’étranger.

Bureau de communication de la Primature


-Lancement ce lundi par le Club de Madrid d’un atelier de deux jours sur les expériences de dialogue national et d’ accord politique. Cette activité vise à aider les acteurs politiques à trouver de bonnes formules pour résoudre leurs différends.

-Le Secrétariat Général de la Présidence porte à la connaissance du public en général que par arrêté présidentiel en date du 17 juillet 2014, sont déclarées fériées et chômées pour les festivités du carnaval des fleurs la journée du lundi 28 juillet 2014, à partir de midi et celle du mardi 29 juillet 2014, dans son intégralité.
 
Le Secrétariat de la Présidence souhaite déjà un joyeux Carnaval des Fleurs à tous les Haïtiens.

Nouvelles du 17 juillet 2014
République Dominicaine : Ban Ki-moon invite le Congrès à faire respecter les droits des victimes de la dénationalisation
 

Santo-Domingo, le 17 juillet 2014- (AHP) -Au cours d’une intervention au Congrès dominicain, le 16 juillet 2014, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a plaidé pour la reconnaissance de la nationalité dominicaine des victimes de l’Arrêt 168-13. Il a exhorté les législateurs dominicains à la compassion et à la compréhension en vue de trouver une solution au problème d’apatridie auquel font face des milliers de Dominicains/Dominicaines d’origine haïtienne.

Ban Ki-moon qui a mis l’accent sur la nécessité pour le Congrès dominicain de protéger les droits de tous ceux et toutes celles qui ont été dénationalisés, a demandé aux législateurs dominicains de mettre tout en œuvre pour que les victimes aient pleinement accès à leurs droits.
 
« Ce n’est pas facile, et cela demande un engagement fort et des consultations. Cela nécessite de la compassion en tant qu’êtres humains et en tant que dirigeants de ce pays pour protéger les droits humains.», a-t-il déclaré.
 
Rappelons que le 20 juin 2014, un groupe d’experts des Nations Unies s’était prononcé en faveur du droit à la nationalité des personnes nées en République Dominicaine qui n’étaient pas enregistrées à la naissance. Ils avaient appelé l’Etat dominicain à adopter des mesures légales pour restaurer la nationalité dominicaine à ces Dominicains/Dominicaines dont les droits fondamentaux ont été violés par l’Arrêt 168-13 du Tribunal constitutionnel dominicain.

                               


Haïti-Conseil de Gouvernement: l’EDH veut améliorer ses performances


Port-au-Prince, le jeudi 17 juillet 2014.- Le Directeur général de l'Electricité D’Haïti (EDH), M. Jean Érrol Morose, a annoncé, lors du 36e Conseil de Gouvernement, un ensemble de mesures visant à améliorer les capacités de production et de distribution de l’énergie électrique.

Ces dispositions devront aussi permettre à l’institution d’augmenter ses recettes et d’offrir un service de qualité à la population.


À cet effet, le Gouvernement accélère la réparation de la centrale hydroélectrique de Péligre et celle de Simon Bolivar de Carrefour qui apporteront, respectivement 54 et 40 mégawatts supplémentaires sur le réseau de l’EDH.

Un processus est également en cours pour remplacer progressivement, dans certaines zones, les anciens compteurs de 110 volts. L’EDH dispose ainsi d’un stock de 60 mille compteurs de 220 volts et de 30 mille compteurs de 110 volts qui devront lui permettre également de répondre aux nouvelles demandes.

Le Directeur Morose appelle, par ailleurs, la population à supporter ses efforts pour combattre les prises clandestines afin d’éviter les surcharges et l'endommagement des transformateurs placés par l'EDH dans les centres urbains. Aussi, cela permettra-t-il de réduire les pertes enregistrées par la compagnie qui s’élève à environ 400 millions de gourdes chaque mois, alors que les recettes atteignent difficilement les 200 millions de gourdes.

Cependant, Jean Érrol Morose a annoncé une nette augmentation du taux de facturation ainsi que du taux de recouvrement, d’où une certaine stabilisation du taux de perte.

Pour maintenir ces résultats positifs, le directeur général invite les clients à honorer leur dette, tout en annonçant la tenue, sous peu, d’une grande réunion d’experts autour de la problématique de l’énergie électrique en vue de trouver des solutions viables aux problèmes auxquels la compagnie est confrontée.

Déjà, Jean Érrol Morose plaide pour la réduction de la dépendance de la compagnie en matière de production, vis-à-vis des compagnies privées qui accentuent les pertes enregistrées par l’EDH. En effet, plus de 85 % de l’énergie distribuée dans la zone métropolitaine vient du secteur privé qui le vend autour de 40 centimes, alors que l’EDH est obligée de le revendre à 16 centimes ou, au meilleur des cas, à 31 centimes.

Le Gouvernement multiplie ses actions pour alimenter le pays en énergie électrique et en faciliter l’accès aux ménages. Durant le dernier mois, grâce à la diligence du Premier ministre Lamothe, l’EDH a pu procéder au remplacement de plus de quatre-vingt transformateurs endommagés sur les 500 dénombrés.

Des dispositions, annonce M. Morose, seront prises graduellement en vue de la réparation et/ou du remplacement des autres.

Bureau de communication

de la Primature



Nouvelles du 16 juillet 2014


L'Organisation politique Fanmi Lavalas fait choix du Dr Maryse Narcisse comme sa candidate à la présidence

Port-au-Prince, le 16 juillet 2014- (AHP) -L'Organisation politique Fanmi Lavalas  a fait choix cette semaine de la coordonatrice  de son comité exécutif comme candidate à la présidence dans le cadre ds elections à venir.

La nouvelle a éte rendue publique  mardi par le responsable de la commission de mobilisation de l'organisation,
Ansyto Felix, en marge de la journée de solidarité organisée a la Fondation Dr  Aristide avec les victimes de choléra et d'expropriations irrégulières opérées au centre-ville de Port-au-Prince.

Cette journée aq ete realisée dans le cadre du 61ème anniversaire  de l'ancien présient Aristide.

Me Felix   annoncé a par ailleurs  la publication prochaine de la liste des personnalités qui auront a représenter la formation plitique à différents niveaux.

La désignation de la coordinatrice de Fanmi Lavalas  comme prochaine candidate à la présidence de l'organisation commence à susciter des réactions.

De nombreux cadres et membres de la base ont affirmé avoir eté touchés de cette décision avant qu'elle ait éte rendue publique

Le député Sinal Bertrand a salué ce choix, soulignant qu'il n'a aucune réserve sur celle qui portera les couleurs du parti aux prochaines élections.

"C’est l’ancien président Jean-Bertrand Aristide qui a jeté son dévolu sur l’actuelle coordonnatrice du comité exécutif de son parti", a-t-il fait savoir,  tout en exprimant le le souhait que   M. Aristide qu'il considère come le leade le plus populaire du pays, acompagne  Maryse Narcisse durant la campagne électorale.

Le président de la commission santé de la chambre basse a egalement  fait savoir  que cette decision est de nature à dissiper certaines confusions.

En ce qui le concerne, le Dr Bertrand dit attendre l’installation de l’ensemble des 9 membres du CEP et le vote des amendements à la loi électorale pour s'engager dans la bataille électorale.

De son côté, le sénateur Moïse Jean-Charles croit savoir que  la désignation de Maryse Narcisse est un choix imposé par les Etats-Unis, que l’ancien président Jean-Bertrand Aristide a été, selon lui, obligé d’accepter.

Le parlementaire affirme prendre ses distances d'avec ce choix annonçant la création d’une nouvelle plateforme qui regroupera, a-t-il dit,  les principales organisations populaires et politiques  de la mouvance Lavalas.

Nul ne sait jusqu'ici quand auront lieu les élections legislatives, municipales et locales annoncées pour la fin de l'année, dans l'état actuel ds choses, où il n'y a pas pas une loi électorale et un conseil électoral intégral.

Pour beaucoup, on s'achemine vers des élections générales en 2015. Ce qui risque de donner lieu à un vide politique et une situation  où le chef de l'Etat pourrait vouloir diriger à coups de décrets. D'où un grave risque d'instablité.
Elections: l'UE confirme  avoir déjà mis à la disposition du gouvernement haïtien un montant de 5 millions d’euros

Port-au-Prince, le 16 juillet 2014- (AHP) - Le chef de la délégation de l’Union Européenne en Haïti, Javier Niño Perez a confirmé mercredi  que l’UE a déjà mis à la disposition du gouvernement haïtien un montant de 5 millions d’euros pour le financement des prochaines élections.

Grace à ce fonds, géré par le programme des nations-unies pour le développement, PNUD, l‘UE est, après le gouvernement haïtien, le plus grand bailleur de fonds pour ce qui est du financement du prochain scrutin, affirme M. Perez.

Entretemps, une nouvelle organisation politique a été présentée ce mercredi sur les fonds-baptismaux. Il s’agit de la plateforme politique  CANAAN.

Selon un 
de ses co-présidents, Jean Wilberson Timothée, elle regroupe plusieurs organisations, partis, groupements et entités sociales, économiques, culturelles et politiques d’inspiration chrétienne.

Il a fait savoir que  CANAAN est également ouvert aux autres entités désireuses de le rejoindre dans la perspective des prochaines élections.

La Présidence publie l’arrêté nommant les deux nouveaux membres du Conseil Electoral Provisoire

Port-au-Prince, mercredi 16 Juillet 2014 : Le Secrétariat Général de la Présidence informe le public en général et la presse en particulier que, par arrêté en date du 14 Juillet 2014, le Président de la République a nommé, sur requête du Pouvoir Législatif et du Conseil Supérieur du Pouvoir judiciaire, le citoyen Max Mathurin et la Dame Yolette Mingual, membres du Conseil Electoral Provisoire en remplacement respectivement de la Dame Marie Clunie Dumay Miracles et de la Dame Carole Floréal Duclervil.

Cette décision fait suite à l'accord d'El Rancho et va même au-delà des exigences dudit accord qui avait prévu, dans le cadre des négociations, un délai n'excédant pas dix (10) jours ouvrables pour satisfaire à toutes les conditions qui y sont prévues pour la réalisation des élections législatives et locales.

Par cette publication, le Secrétariat Général de la Présidence tient à rappeler que l'accord d'El Rancho a été signé depuis près de quatre (4) mois. Jusqu'à cette date, les amendements prévus à la loi électorale n'ont jamais été votés par le Sénat de la République.

L'Exécutif a pleinement rempli toutes ses obligations. Le CSPJ de même. Il appartient maintenant aux sénateurs de jouer pleinement leur partition en votant ces amendements tels qu'ils s'y sont engagés et ce, pour le triomphe de la démocratie.

Dossier augmentation des prix du carburant: le sénateur Moise Jean Charles accuse le gouvernement de proférer des menaces contre  l’ancien secrétaire d'état à l’économie, Alfred Metellus

Port-au-Prince, le 16 juillet 2014- (AHP) - Le sénateur Moise Jean Charles informe que  des menaces auraient été proférées  par le gouvernement a l'encontre de l’ancien secrétaire d'état à l’économie Alfred Metellus demis de ses fonctions lundi.

Selon  le parlementaire, M Metellus serait accusé de lui avoir communiqué des informations  sur l’augmentation éventuelle des prix du carburant et aussi d'autres informations confidentielles concernant  gouvernement
L'élu du nord a démenti ces accusations  , affirmant n’avoir jamais rencontré le concerné.

Pour Moïse jean-Charles,  le gouvernement s'était mêlé les pinceaux en envisageant une augmentation sur les prix du carburant. Une décision que les autorités ont été obligé d'abandoner après en avoir touche les responsables de l'ANADIPP, en depit du fait qu'elles compaient sur ces augmentations dans le cadre du budget 2014/2015 déjà dépisee au parlement.

Les syndicats de transports et des responsables politiques et populaires  avaient menacé de lancer un vaste mouvement de moblisation, si ls prix du carburant venaient à augmente


La 9e édition du programme " Gouvènman an lakay ou" se tient ce samedi  à Miami

Port-au-Prince, le 16 juillet 2014- (AHP) - Une délégation gouvernementale conduite par le premier ministre Laurent Lamothe doit laisser le pays ce week end à destination de Miami, pour la 9e édition du programme « Gouvènman an lakay ou » qui aura lieu ce samedi.

La délégation comprendra au moins 5 ministres dont ceux de la justice et du tourisme ainsi que des cadres de l’administration publique entre autres, les directeurs généraux de la DGI, des archives nationales et de l'ONI, a indiqué le directeur adjoint du cabinet du premier ministre et coordonnateur du programme « Gouvènman an lakay ou ».

Abel Nazaire affirme que la réalisation de ce programme à Miami témoigne de l‘importance que le gouvernement accorde à la diaspora dont les préoccupations notamment en terme de sécurité sont nombreuses.

La question du montant e 1,5 dollar  perçu  par l'Etat haïtien sur les transferts d'argent,  devrait aussi être abordée au cours des discussions .

Environ 2 millions de gourdes devraient être dépensées pour la réalisation du programme, affirme M. Nazaire soulignant que le secteur privé des affaires devrait grandement contribuer à son financement.

Les nations-unies n’ont pas uniquement une dette morale mais elles ont aussi une obligation légale vis-à-vis des victimes du choléra en Haïti.

Port-au-Prince, le 16 juillet 2014- (AHP) - C’est la réponse du président de la commission santé de la chambre des députés, Dr Sinal Bertrand prenant ainsi le contre-pied des déclarations du premier ministre Laurent Lamothe lors de la visite de 2 jours  du secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon en Haïti.

Dr Bertrand rappelle que si les casques bleus sont couverts par l’immunité, la resolution sur la base delaquelle, la mission des nations-unies a été déployée en Haïti prévoit des dédommagements en faveur des personnes victimes par le personnel onusien.

Il a également déploré que le secrétaire général de l’ONU continue de promettre de mobiliser des fonds en faveur des victimes du choléra, plus de 3 ans après l’apparition de la maladie dans le pays. Le temps n’est plus aux promesses, a lancéle parlementaire.

Le sénateur Moïse Jean-Charles a pour sa part réaffirmé sa volonté de continuer à œuvrer pour contraindre les troupes onusiennes à quitter le pays. Notre combat est certes difficile mais il va bon train, affirme le parlementaire qui soutient que c’est pour cela que le chef de l‘ONU a dû rentrer en Haïti.

Le parlementaire dit avoir le support de plusieurs collègues de pays contributeurs de troupes qui entendent forcer leurs gouvernements à rapatrier leurs soldats et policiers.

Moïse Jean-Charles dit avoir la capacité, la volonté et la détermination pour aller jusqu’au bout de son combat en faveur du retrait des casques bleus du pays.

Nouvelles du 15 juillet 2014

Le secrétaire général de l'ONU fait de nouvelles promesses dans le cadre de la lutte contre le choléra: promesses banalisées par des parlementaire et des hommes politiques qui réclament du concret

Port-au-Prince, le 15 juillet 2014 – (AHP) – Le secretaire général de l'ONU  Ban ki-moon a promis mardi de s`engager a aider Haïti  à trouver un montant de 2 milliards de dollars pour combattre le choléra, au terme d'une visite officielle de 48 heures dans le pays.

Il fait état de deux plans, l’un sur 10 ans, au coût de 2 milliards de dollars et l’autre sur 2 ans qui peut être implémenté grâce à un financement de 400 millions de dollars US.

Les Nations-unis sont très engagées aux côtés des autorités haïtiennes pour éradiquer le choléra, a tenté de faire croire Ban Ki-moon qui a souligné l’importance de la campagne d’assainissement lancée la veille dams le plateau central et les initiatives visant à protéger la population des maladies transmises par l’eau.

En moins de 4 ans, l’épidémie a fait plus de 8.500 morts sur environ 800 000 personnes infectées.

Larmes de crocodile

Ban a dit reconnaitre que rien ne peut dissiper les chagrins qu’éprouvent les proches des personnes mortes de choléra, , affirmant partager leur deuil  et placant sa visite dans le pays sous le signe de l’émotion et de l’espoir.


Plusieurs parlementaires ont dénoncé le "jusqu'auboutisme et la mauvaise foi du secrétaire général de l’ONU" qui continue de nier la responsabilité des casques bleus dans l’introduction du choléra en Haïti.

Le député  Guy Gérard Georges a banalisé en effet, les nouvelles promesses   faites par Ban Ki Moon, affirmant que ce dernier ferait mieux d`annoncer des mesures concrètes en vue d`aider a l`éradication du cholera.

" Il ferait mieux de presenter quelque chose de concret au lieu de contiuer à bercer les victimes. Qu'il nous dise plutot  le montant actuellement disponible, au lieu de continuer de promettre qu'il va chercher  400 millions ou  2 miliards pour combattre le choléra ", a lancé le député de Torbeck/Chantal.

Son collègue Eloune Doréus juge inacceptable qu’aucun mouvement de protestation n’ait été organisé pendant la visite de M. Ban Ki-moon en Haïti pour souligner  le mécontentement de la population face à l’attitude de l’organisation onusienne.

Le député Patrick Joseph a lui, souligné que les victimes du choléra n’ont d’interlocuteur en mesure de les défendre face aux nations-unies.

Nos dirigeants préfèrent s’appuyer sur la MINUSTAH pour se maintenir au pouvoir, reléguant les intérêts des citoyens au second plan, a-t-il dit.

Mardi, en marge de la cérémonie d’inauguration du centre « Sport pour l’Espoir »,  à laquelle Ban Ki-moon participait, des militants de plusieurs organisations populaires de l’opposition ont tenu un sit-in pour dénoncer la présence du secrétaire général de l’ONU qui, disent-ils, refusent de reconnaitre ses responsabilités dans l’introduction du choléra en Haïti.

Wisly Siméon de PROP et  David Oxygène de MOLEGHAF ont également critiqué les autorités haïtiennes qu’ils accusent de se ranger du côté des Nations-Unies et non des victimes du choléra.

De son côté, Me Mario Joseph, un des avocats des 5000 victimes du choléra, a fait savoir que M. Ban est venu les mains vides en Haïti avec des promesses creuses.

Pour lui, le secretaire général n'a aucun leadership ni aucun charisme, car tous ses appels en faveur de fonds, ont été ignorés

Mais l'ONU et lui-même n'ont pas le choix, ils devront  se débrouiller pour  dédommager les victimes",  a assuré Mario Joseph
Le président Michel  Martelly se féicite que Ban Ki-moon ait renouvelé la volonté de son organisation d'appuyer Haïti pour le renforcement de sa démocratie à traversl’organisation d’élections

Port-au-Prince, le 15 juillet 2014 – (AHP) – Le président Michel  Martelly s’est réjoui mardi que le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon     ait renouvelé la volonté de son organisation d'appuyer Haïti pour le renforcement de sa démocratie à travers notamment l’organisation d’élections libres et transparentes avant la fin de l’année.

Saluant la désignation par le CSPJ du nouveau représentant du pouvoir judiciaire au conseil électoral, Michel Martelly en a profité pour appeler le Sénat de la République à voter les amendements à la loi électorale afin que les élections puissent avoir lieu avant la fin de l’année.

Le secrétaire général de l’ONU a pour sa part, salué ce qu'il appelle  la volonté de l’administration  Martelly de réaliser les prochaines élections en octobre prochain.

Il appelle les dirigeants politiques à œuvrer pour que des élections libres, honnêtes et démocratiques puissent avoir lieu dans le pays.

Pour ce qui est de la MINUSTAH, Ban Ki-Moon a indiqué que  la mission onusienne est en train de réduire son personnel en uniforme mais assure que le pays pourra toujours compter sur l’appui des nations-unies.

Le député Guy Gérard Georges plaide lui aussi pour la tenue cette année d'élections législatives partielles et municipales pour qu’en janvier 2015, la 49e législature puisse être remplacée par la 50e.

Sinon, a-t-il dit, le pays va plonger davantage dans la crise. Toutefois, il a exprimé le souhait que les prochaines élections soient libres, honnêtes et démocratiques.

Le parlementaire a aussi souhaité que la mise en place promptement d'un CEP crédible, souligant  que le temps presse.

Inauguration  à Port-au-Prince du centre sportif  Sport pour l’Espoir » construit grâce à un financement du CIO

Port-au-Prince, le 15 juillet 2014 – (AHP) –
Le Comité Olympique haïtien a procédé ce mardi, à l’inauguration, sur la route nationale numéro un, d’un centre sportif baptisé «  Sport pour l’Espoir » construit grâce à un financement du CIO (Comité International Olympique), à Hauteur de 20 millions de dollars et pouvant accueillir pas moins de 14 disciplines sportives.


La cérémonie s’est déroulée en présence entre autres, du président Michel Martelly, du président du CIO, Thomas Bach et du secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, en visite depuis lundi dans le pays.

Le président du comité olympique haïtien, le Dr Hans Larsen a souligné que l’inauguration de ce centre marque le début d’une nouvelle ère pour le sport haïtien.

Saluant la présence du chef de l’Etat à la cérémonie d’inauguration, le Dr Larsen a plaidé en faveur de l’émergence d’une nouvelle promotion d’athlètes performants.

Le président du comité international olympique, Thomas Bach a indiqué qu’avec le centre « Sport pour l’Espoir », Haïti a la possibilité d’écrire une nouvelle page de sa riche histoire. Il s'est dit convaincu que ce centre va aider au développement de la communauté locale.

Rappelant que le sport est capable de changer le monde, le président du CIO a mis l’accent sur la nécessité que des partenariats soient établis en vue de promouvoir la santé, l’éducation sociale et les valeurs olympiques.

Pour sa part, le secrétaire général des Nations-Unies, Ban Ki-moon a salué l’attention portée à Haïti par le mouvement olympique qui a aidé à l’érection de ce centre appelé à permettre aux athlètes haïtiens  de se préparer dans de meilleures conditions. Il rappelle que le sport va au-delà des compétions.

Le président Michel Martelly a remercié le CIO pour le don de ce centre sportif à Haïti. Nous n’avions pas hésité une seconde lorsque le COH nous avait demandé de mettre à sa disposition l’espace devant l’accueillir parce que nous savons que le sport peut aider à changer des vies, à développer un pays.

La construction de ce centre est en droite ligne de la politique de mon administration qui veut associer le sport à l’éducation et à la formation, a ajouté Michel Martelly soulignant qu’il est essentiel de commencer par la formation des jeunes.

Michel Martelly a aussi déploré que le niveau du football haïtien soit en baisse et demande au ministre des sports de ne pas mettre un seul centime dans le football à moins d’être sur des résultats.


Manifestation pour réclamer l'electricité aux Cayes: deux camions-citernes dépêhés dans la ville pour remédier à la situation

Les cayes, le lundi 15 juillet 2014.- Plus d'un millier de personnes dont des hommes d'affaires  ont manifesté ce mardi pour la deuxième journée consécutive dans la 3eme ville du pays (Les Cayes)  pour réclamer de l'électricite dont les habitants affirment être privés depuis une semaine.

Ce mardi, les manifestants qui avaient à leur tête plusieurs figures connues de la ville, dont l'ancien sénateur et homme d'Affaires Jean Gabriel Fortuné, ont parcouru plusieurs rues, avant de se rendre devant la délégation départementale et le bureau régional de l'Electricité d'Haïti (EDH), en scandant des slogans anti-gouvernementaux.

Ils ont fait savoir que  ça risque de barder si le courant ne revient pas. " Si se pou kouran Okay la, cho cho nèt", ont martelé des manifestants.

Cependant, on apprend que deux camions-citernes remplis  de diesel ont été dépêchés mardi après-midi aux Cayes. Pour des cadres de  la compagnie nationale d'électrité, il n'y a pas un problème de moteurs.

"L'EDH dispose de 5 moteurs  flambant-neufs dans la ville",  a fait savoir  l'un de ces cadres, ajoutant qu'au niveau de la centrale hydro-électrique de Saut-Mathurine (Camp-Perrin), deux turbines sont en etat de fonctionnement, mais il y a un problème d'eau, puisqu'il n'a pas plus dans le région depuis un bout de temps.

Des manifestants ont fait savoir  ce mardi que c'est la Carterpillar qui vend, aux Cayes, de l'énergie à l'EDH. La compagnie semble avoir suspendu le service pour cause de dettes.

Toutefois, tout  devrait rentrer dans l'ordre en début de soirée aux Cayes, avec l'envoi des deux camions de diesel, selon les mêmes sources.

Le Directeur général de l'EDH, Jean Errol Morose, se trouvait ce mardi aux Cayes pour se rendre compte de la situation..

Le Gouvernement s’engage à éradiquer le choléra du territoire

Port-au-Prince, le lundi 14 juillet 2014.- Le Premier ministre, Laurent Lamothe, et le secrétaire général des Nations unis, Ban Ki-moon, ont conjointement lancé, le lundi 4 juillet 2014, à Los Palmas, 3e section communale de Hinche, la campagne nationale d’assainissement total du pays. Cette campagne, qui vise, selon les vœux du président Martelly, l’éradication du choléra du territoire national, sera appuyée par l’Organisation des Nations unies, notamment dans la recherche de fonds auprès de ses partenaires internationaux et ceux d’Haïti. A cette fin, le secrétaire général des Nations unies, qui a exprimé la reconnaissance morale des Nations unies dans la présence de cette épidémie dans notre pays, s’engage, au nom de l’organisation, à aider le gouvernement et le peuple haïtiens dans l’élimination de cette maladie.
 
Comme il s’y est engagé selon la vision du chef de l’Etat, le gouvernement entend éradiquer le choléra, à travers cette campagne nationale qui consiste en la surveillance épidémiologique, la prise en charge des patients, la prévention, l’éducation sanitaire, la sensibilisation sociale et en la mise en place ou renforcement des infrastructures en eau potable.

Le gouvernement de la République a élaboré un plan d’éradication qui s’étend sur dix années pour une enveloppe budgétaire de 2 milliards de dollars, et un autre d’un montant de 400 millions de dollars. « La mission du gouvernement est de défendre les causes des victimes du choléra. C’est ainsi que lors de mon intervention l’année dernière à la tribune des Nations unies, j’ai plaidé pour la reconnaissance morale des Nations unies, son aide à l’éradication du choléra, à la recherche de financements et à la mise en place d’une commission ad hoc de haut niveau. Aujourd’hui, j’en appelle à l’aide et à la solidarité de nos partenaires dans la lutte contre cette épidémie, à la solidarité avec les 800 000 victimes », a déclaré le Premier ministre.

La cérémonie de lancement de la campagne nationale d’assainissement total du pays à Los Palmas est un pas important dans la stratégie du gouvernement pour éliminer l’épidémie, selon le Premier ministre Lamothe. « Je vous assure que les Nations unies et ses partenaires s’engagent à aider le gouvernement à éradiquer le choléra. Avec la Banque mondiale, nous allons déployer cette campagne dans vingt communes les plus touchées par le cholera. Le gouvernement haïtien peut compter sur les Nations unies pour l’aider dans ses efforts de création de meilleures conditions de vie à la population », a assuré le secrétaire général des Nations unies.

La concrétisation de cette campagne d’assainissement total témoigne de la volonté et de la vision de l’administration Martelly et du gouvernement Lamothe d’offrir à la population un meilleur cadre de vie plus agréable, plus décente, et de la mettre à l’abri contre toute forme de menace épidémique.

Par ailleurs, le chef du gouvernement s’engage à élaborer un plan d’urgence intégré pour Los Palmas et Jacob de concert avec les autorités locales et les organisations de base. Il promet de doter Los Palmas d’un sous-commissariat et de distribuer des outils agricoles aux cultivateurs de la localité.      
 
Bureau de Communication
de la Primature


Nouvelles du 14 juillet 2014
Haïti/élections: le président du Sénat presse le CEP incomplet de surseoir  à toutes activités, dénonce la nomination d'une employée de la primature au CEP et met en garde contre toutes tentatives d'organiser une mascarade électorale, sans les principaux partis politiques

Port-au-Prince, le 14 juillet 2014  - (AHP) -  Le président du Sénat et de l’assemblée nationale Dieuseul Simon Desras, a appelé lundi les membres du Conseil électoral provisoire (CEP) à surseoir aux mises en places actuellement en cours, soulignant que 5 personnalités ne sauraient engager une institution devant être constituée de 9 membres.

Pour Dieuseul Simon Desras, il n’y a pas encore de conseil électoral, arguant que l’arrêté nommant un CEP de moins de 9 membres est anticonstitutionnel.

Il a réaffirmé la volonté du grand corps de ne pas plancher sur les amendements à la loi électorale tant que les neuf membres du CEP ne seront pas en fonction.

Desras met aussi en garde le chef de l’Exécutif des conséquences que la non organisation des élections pourrait avoir sur l’avenir de son administration, ou si une mascarade devait être organisée sans les principales formations  politiques (dont Fanmi Lavalas, Fusion et MOPOD)

Il n’y a pas de démocratie sans opposition, a lancé M. Desras.

Il a également critiqué le choix par le CSPJ d'une employée de la Primature, Yolette Mingual, comme représentante du pouvoir judiciaire au conseil électoral.

De plus, deux anciens membres du CEP, choisi par le CSPJ, ont d’abord été des employés du ministère de la justice, soutient l’élu du Plateau central.


"Ce genre de manœuvres ne rassure pas du tout sur la volonté de l’Exécutif, de mettre sur pied un CEP équilibré", de l’avis de M. Desras.

Il a par ailleurs critiqué la présence de Marie Clunie Dumé Miracles au CEP. Comment peut-elle continuer à utiliser les biens et matériels du conseil électoral quand le président de l’assemblée qui l’avait recommandée lui a clairement dit qu’elle ne représentait plus le parlement au CEP.

Pour sa part, le sénateur Moïse Jean Charles  banalise la designation par le CSPJ de Mme Mengual comme membre du CEP.

" Le Senat ne va pas plancher sur les amendements à la loi électorale , a-il dit, faisant savoir que le Grand corps va plutôt se réunir cette semaine autour du choix illégal et iregulier de Me Wendelle Thélot comme vice-presidente du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire", a-t-il fait savoir.

Plusieurs autres parlementaires critiquent le silence jugé complice d'une bonne partie de la communauté internationale face à une série de dérives qui vont nécessarement compromettre , ont-ils dit, l'avenir démocratique du pays
.

Le président du sénat qui doit s`entretenir mardi  avec le secrétaire général de l`ONU en visite en Haïti  estime que l’Organisation des Nations Unies se rend complice du pouvoir en place par son silence sur la non-tenue des élections législatives depuis plus de 3 ans.

Dieuseul Simon Desras appelle les Nations-unies a poser des actes concrets de nature à porter les autorités  haïtiennes à se ressaisir et à respecter les normes démocratiques.


La MINUSTAH créée par la résolution 1542  du 30 avril 2004 du Conseil de sécurité  a pour mandat entre autres
de promouvoir   l’état de droit, en Haïti, appuyer le processus constitutionnel et politique; aider à organiser, surveiller des élections municipales, parlementaires et présidentielles libres et régulières, encourager les institutions et groupes de défense des droits de l’homme haïtiens dans leurs efforts de promotion et de protection des droits de l’homme; et
surveiller la situation des droits de l’homme dans le pays et en rendre compte.


La grève de 24 heures  des magistrats réussie à 100%: l'ANAMAH menace de récidiver et l'Exécutif pressé de toutes part de satisfaire les revendications des magistrats

Port-au-Prince, le 14 juillet 2014  - (AHP) -  Comme annoncé, les membres de l’association nationale des magistrats haïtiens, ANAMAH, ont observé lundi un arrêt de travail en vue notamment de réclamer le paiement de près de 2 ans d’arriérées de salaire et le renouvellement des mandats des magistrats arrivés à expiration.

Un mot-d’ordre de grève respecté à 100% dans toutes les juridictions du pays, s'est  félicite le président de l’ANAMAH, Me Durin Duret.

Le magistrat annonce que si les revendications de ses pairs ne sont pas satisfaites, dès la semaine prochaine, il y aura de nouveaux mots d’ordres de grève et on ira au-delà de 24 heures, a-t-il prevenu.

Me Duret déplore ce qu’il appelle le manque de volonté de l’Exécutif et juge insuffisant le renouvellement des mandats d’une vingtaine de juges, la semaine dernière rappelant que ce sont plus de 80 magistrats qui attendent que leur mandats soient renouvelés.
 
Le président de la fédération des barreaux d’Haïti, Me Carlos Hercule dit avoir l’obligation morale de soutenir les revendications des magistrats.

"Il est incompréhensible que des juges qui doivent statuer sur des contentieux portant sur plusieurs millions de gourdes, ne reçoivent pas leurs salaires", a indiqué
le bâtonnier  de l'ordre des avocats de Port-au-Prince, faisant  remarquer que, dans certaines juridictions, il n’y a ni juge d’instruction, ni juge de siège.

Cette situation est d'autant plus anormal que l’Exécutif fait constamment de la propagande autour d'une éventuelle lutte en faveur de  l’Etat de droit, s'est-il insurgé.

De son côté, le président de la Cour d’appel de Port-au-Prince,  plaide en faveur d’un dialogue entre l’ANAMAH et l’Exécutif en vue de régulariser la situation, soulignant que les revendications des magistrats sont justes et fondées.

La grève des magistrats a paralysé le fonctionnement des tribunaux, regrette pour sa part le doyen du tribunal de première instance de Port-au-Prince, Me Raymond Jean-Michel.

Une session d’assise criminelle avec assistance de jury qui devait débuter ce lundi n’a pu avoir lieu, a déploré Me Jean-Michel, rappelant que, durant cette cession, environ 200 dossiers doivent être entendus.

.Le secrétaire général des Nations Unies Ban Ki Moon a entamé ce lundi une visite en Haïti de 48 heures. Ban Ki Moon doit s`entretenir avec le président Michel Martelly  des parlementaires, ainsi que des responsables de la mission onusienne dans le pays.
En compagnie du premier ministre Laurent Lamothe,a procédé au lancement d`une campagne nationale d`assainissement.

.Le docteur en économie  Eddy Labossière estime inopportune l`augmentation des prix du carburant dans le contexte socio-économique actuel, indiquant que cette décision risque de rendre plus instable le pays a l`approche des élections prévues a la fin de cette année.

Toutefois Dr Labossière dit reconnaitre la nécessité pour l`état haïtien de cesser de subventionner l’essence, surtout que la subvention profite davantage aux nantis, a-t-il dit.


Nouvelles  du 10 juillet 2014

Cest Yolette Mengual, une personnalite réputée proche du pouvoir qui a été choisie comme  3ème représentant du CSPJ au CEP

Port-au-Prince, le 10 juillet 2014 – (AHP) – La militante des droits des femmes et réputée proche du gouvernement, Yolette Mengual, a sans surprise, été choisie par le CSPJ pour le représenter au Conseil électoral provisoire.

Madame Mingual faisait partie d’une liste de 37 personnalités qui avaient répondu à l’appel à candidature du CSPJ pour remplacer la conseillère Marie Carole Floréal Duclervil, rappelée suite au dialogue entre les différents pouvoirs.

En dépit des contestations qui avaient été soulevées tant au parlement que dans la classe politique contre un éventuel choix de Mme Mingual pour sa proximité supposée avec le pouvoir, c'est elle qui a été choisie .

Sur les juges du CSPJ qui ont pris part au vote, madame Mingual a obtenu 5 voix pour. La 5e voix a été celle du président du CSPJ, Me Anel Alexis Joseph, dont beaucoup critiquent ce qu'ils appelent  sa soumission au chef de l’Exécutif.

Le vote de ce jeudi est intervenu après une rencontre avec les 5 candidats qui étaient en course, après le désistement de la responsable de l’IMED, Kettly Julien. Madame Julien avait fait retrait de sa candidature en raison des contestations provoquées par la nomination et l’installation de Me Wendelle Coq Thélot mardi à la vice-présidence du CSPJ.

Et toutes les dispositions auraient éte prises piour favoriser le choix de  Mme Mengual

Me Coq Thélot, proche du président du CSPJ qui, lui, est proche du chef de l’Etat, aurait été désignée au Conseil pour faciliter l’élection, avec au moins 5 voix pour, d’un pro-Martelly au CEP, selon certains parlementaires.

Le représentant des cours d’appel au CSPJ, Me Max Elibert, affirme que ses collègues qui ont voté en faveur de yolette mengual  l’ont sans doute fait, en leur âme et conscience.
 
Max Elibert souhaite bonne chance à madame Mengual et espère qu’au CEP, elle saura faire œuvre qui vaille.


Le sénateur Steven Benoit  conteste  la designaion  de Me Wendelle Coq Telot à vice-presidence du CSPJ: le parlementaire  voit mal la présence du president du Sénat à la cérémonie de son installation


Port-au-Prince, le 10 juillet 2014 – (AHP) – Le sénateur Steven Benoit a contesté  jeudi la designaion  de Me Wendelle Coq Telot à la vice-presidence du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) .

  Il a évoque des irrégularités graves  dans le processus de sa nomination a la cour de cassation, tout comme il avait condamné la façont dont Me Anel Alexis Joseph, avait intégré la cour de Cassation, .

Steven benoit a du coup  déploré  le fait que le président du sénat ait pris part a la cérémonie d`installation de la nouvelle vice présidente du CSPJ.

Etant donné  toute l'illégalité de la nomination  de Me Wendelle Coq, le président Desras n’avait pas à prendre part à une telle cérémonie, a dit le parlementaire.
 
Pour le sénateur Benoit, la moitié des 10 juges de la Cour de cassation sont illégaux.

L`élu de l'Ouest dit redouter que le problème de l`inéligibilité de certains juges a la cour de cassation ne provoque de nouvelles crises dans le futur, et appelle le chef de l`état a prendre les dispositions nécessaires en vue de remédier a cette situation
  
"Le chef de l`état continue  de prendre une direction dangereuse susceptible de compromettre le  processus électoral en cours" a lancé Steven Benoit.

Appelant Michel Joseph Martelly à éviter de manipuler les mises en place afin d`en garantir la neutralité et la fiabilité des elections, le parlementaire réclame une nouvelle fois  la formation d`un nouvel organisme électoral conformément au voeu de l`article 289 de la constitution. Une option qui garantira une issue heureuse a la crise, a dit Steven Benoit.

Pour le sénateur Steven Benoit, il est quasiment impossible que les élections soient organisées en l’absence des partis de l’opposition dont Fanmi Lavalas, Fusion, OPL, MOPOD et KONTRAPEPLA.
 
Le parlementaire estime que le chef de l’Etat risque de quitter le pouvoir par la petite porte et plonger du même coup le pays dans la crise.
 
Steven Benoit priorise la voie du dialogue qui, dit-il, demeure la meilleure option.


Le renouvellement des mandats d’une vingtaine de magistrats n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan des revendications, , selon le représentant des cours d’appel au CSPJ

Port-au-Prince, le 10 juillet 2014 – (AHP) - Le représentant des cours d’appel au conseil supérieur du pouvoir judiciaire, Me Max Elibert a indiqué jeudi que le CSPJ n’était pas encore officiellement touché par le renouvellement des mandats d’une vingtaine de magistrats dans le système.
 
Ce n’est que par voie de presse que je n’ai appris la nouvelle, a confirmé Me Elibert qui dit souhaiter que les juges dont le mandat a été renouvelé figurent sur la liste que le CSPJ avait, dans cette perspective, acheminée à l’Exécutif.
 
Le renouvellement des mandats d’une vingtaine de magistrats n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan, compte tenue de la quantité de juges qui doivent être nommés ou dont le mandat doit être renouvelé, a-t-il dit.
 
Me Elibert rappelle que ce  sont environ 75 juges qui devraient être nommés ou dont le mandat devrait être renouvelé compte tenu des besoins énormes auxquels font face les différentes juridictions du pays.
 
Mercredi, dans un communiqué, le ministère de la justice avait informé avoir, de concert avec le CSPJ, renouvelé le mandat d’une vingtaine de juges à travers les différentes juridictions du pays.
 
Une décision qui devrait permettre la poursuite de nombreux dossiers d’instruction ainsi qu’une nouvelle réduction du taux de détention préventive prolongée, a souligné le MJSP.
 
Le president de l'Association nationale des magistrats haïtiens, Me Durin Duret, a salué ce premier pas du gouvernement, mais a souligné que le mot d'ordre de grève lancé également pour réclamer 21 mois d'arriérés de salaires pour les magistrats et fixé au 14 juillet, est maintenu.

4 jeunes garçons abattus mercredi soir non loin de leur domicile  sur la route de Carrefour : la DCPJ annonce une enquête

Port-au-Prince, le 10 juillet 2014 – (AHP) – Des individus armés non identifiés et à bord d’un véhicule   Nissan Patrol, de couleur blanche, ont tué mercredi soir, 4 jeunes garçons qui se trouvaient non loin de leur maison sur la route de Carrefour (sud de la capitale).
 
Il s’agit de James Maxi 26 ans, Jules Mackenson 21 ans, Géraldo ainsi connu 20 ans et Ti Pouchon ainsi connu 22 ans,  confirme un porte-parole de la Police Nationale d’Haïti, Garry Desrosiers.
 
Il a également fait savoir  que la Direction Centrale de la Police Judiciaire DCPJ a diligenté une enquête en vue de retrouver  les auteurs du crime et son mobile.
 
Garry Desrosiers a également confirmé que c’est ce samedi que seront chantées les funérailles de Me Osner Févry Junior, fils de l’avocat et homme politique Osner H. Févry.

Son corps sans vie avait été retrouvé le mardi 1er juillet, non loin de son domicile sur la route de Kenskoff.

 
Au niveau de la direction centrale de la police judiciaire, l’enquête suit son cours, a indiqué le porte-parole qui affirme que les agents sont sur de très bonnes pistes, mais n’écartent ni ne priorisent aucune hypothèse:  celle du suicide ou de l’assassinat.
 
Le porte-parole de la PNH  par ailleurs, confirmé l’arrestation samedi d’un certain Mario Noël, directeur de l'Institut de langue United States of America Alfama English School. M. Noël est accusé d’avoir enlevé et séquestré contre rançon, Stéphanie Rocourt Smith, une citoyenne américaine .
 
Selon Garry Desrosiers, des pièces d’identification et des effets appartenant à la victime ont été retrouvés au bureau de Mario Noël  qui réclamait 150 mille dollars US en échange de la libération de madame Smith, finalement libérée par les agents de la DCPJ.
 
Garry Desrosiers  a fait savoir  par ailleurs que du 10 juin au 9 juillet, les opérations menées par les forces de l’ordre ont permis de saisir 7 armes à feu et des munitions, 4 véhicules, une motocyclette, deux bateaux et 219.4 kilos de marijuana.
 
Alain Dorissaint et Jean-Jacques, deux individus qui étaient activement recherchés par la justice américaine ont été extradés au cours de cette période où 3 viols sur mineurs ont été enregistrés.

Fanmi Lavalas  annonce une journée de solidarité avec toutes les formes de victimes à l'occasion du  61ème anniversaire de l’ancien président Jean Bertrand Aristide
Port-au-Prince, le 10 juillet 2014 – (AHP) – L’organisation politique Fanmi Lavalas annonce pour le mardi 15 juillet, l’organisation d’une journée de solidarité avec toutes les victimes de l’administration Martelly/ Lamothe, ainsi qu'avec les victimes de catastrophes et de maladies.
 
Cette journée de solidarité sera organisée à l’occasion du 61ème anniversaire de l’ancien président et fondateur  de l'organisation politique  Fanmi Lavalas, Jean-Bertrand Aristide.
 
La coordonnatrice du comité exécutif de Fanmi Lavalas, Maryse Narcisse informe qu’au cours de cette journée, l'organisation va continuer à réfléchir sur la meilleure façon d’accompagner les victimes, qu’il s’agisse des citoyens qui ont été délogés arbitrairement et brutalement  au centre-ville ou touchés par le choléra ou le Chikungunya.
 
Fanmi Lavalas affirme qu’elle reste solidaire des partis de l’opposition qui conditionnent leur participation aux prochaines élections dans le pays, à la mise en place d'un CEP crédible, équilibré et qui inspire confiance. Elle a rappelé  que son parti a été victime d’exclusion lors des élections de 2009 et 2010.
 
Pour sa part, la secrétaire générale du RDNP, Mirlande H. Manigat a indiqué jeudi qu’elle ne voit aucune raison pour que son parti, qui a refusé de s’inscrire au CEP dans la perspective de sa participation aux prochaines élections, change de position.
 
"Nous ne sommes pas dans une ambiance électorale, il n’y a pas encore de loi électoral et le CEP n’est toujours pas au complet, a fait remarquer l’ex-première dame qui ajoute que les citoyens ne font confiance ni au CEP ni au gouvernement.
 
Madame Manigat a dit croire qu’il est techniquement impossible d’avoir les élections avant la fin de l’année même si le CEP choisirait de les réaliser sans la participation des principaux partis de l’opposition dont Fanmi Lavalas, Fusion, OPL, Mopod .

Concernant la visite du président Michel Martelly et du premier ministre Laurent Lamothe lors du décès de son marie, Madame Manigat affirme apprécier le geste mais cela n’affecte pas sa position politique.
 
Elle en a profité pour souligner que l’ex-président Leslie Manigat n’est pas mort du Chikungunya contrairement aux informations ayant circulé en ce sens.
 
Au moment où il a contracté la maladie, son organisme commençait déjà à s’affaiblir mais il est mort tranquillement, dans son sommeil,  a dit madame Manigat qui précise qu’à ce moment, les douleurs musculaires qui accompagnent le Chikungunya commençaient à disparaitre.

 

Agence haitienne de presse (AHP)
www.ahphaiti.org
Captez Radio Solidarité,  le meilleur son sur les ondes et sur le net
radiosolidaritehaiti.net
         Sur CVL:     605- 475-6891
Et sur audio Now: 712-4327073


Nouvelles  du 10 juillet 2014
Cest Yolette Mengual, une personnalite réputée proche du pouvoir qui a été choisie comme  3ème représentant du CSPJ au CEP


Port-au-Prince, le 10 juillet 2014 – (AHP) – La militante des droits des femmes et réputée proche du gouvernement, Yolette Mengual, a sans surprise, été choisie par le CSPJ pour le représenter au Conseil électoral provisoire.

Madame Mingual faisait partie d’une liste de 37 personnalités qui avaient répondu à l’appel à candidature du CSPJ pour remplacer la conseillère Marie Carole Floréal Duclervil, rappelée suite au dialogue entre les différents pouvoirs.

En dépit des contestations qui avaient été soulevées tant au parlement que dans la classe politique contre un éventuel choix de Mme Mingual pour sa proximité supposée avec le pouvoir, c'est elle qui a été choisie .

Sur les juges du CSPJ qui ont pris part au vote, madame Mingual a obtenu 5 voix pour. La 5e voix a été celle du président du CSPJ, Me Anel Alexis Joseph, dont beaucoup critiquent ce qu'ils appelent  sa soumission au chef de l’Exécutif.

Le vote de ce jeudi est intervenu après une rencontre avec les 5 candidats qui étaient en course, après le désistement de la responsable de l’IMED, Kettly Julien. Madame Julien avait fait retrait de sa candidature en raison des contestations provoquées par la nomination et l’installation de Me Wendelle Coq Thélot mardi à la vice-présidence du CSPJ.

Et toutes les dispositions auraient éte prises piour favoriser le choix de  Mme Mengual

Me Coq Thélot, proche du président du CSPJ qui, lui, est proche du chef de l’Etat, aurait été désignée au Conseil pour faciliter l’élection, avec au moins 5 voix pour, d’un pro-Martelly au CEP, selon certains parlementaires.

Le représentant des cours d’appel au CSPJ, Me Max Elibert, affirme que ses collègues qui ont voté en faveur de yolette mengual  l’ont sans doute fait, en leur âme et conscience.
 
Max Elibert souhaite bonne chance à madame Mengual et espère qu’au CEP, elle saura faire œuvre qui vaille.

Le sénateur Steven Benoit  conteste  la designation  de Me Wendelle Coq Telot à vice-presidence du CSPJ: le parlementaire  voit mal la présence du president du Sénat à la cérémonie de son installation

Port-au-Prince, le 10 juillet 2014 – (AHP) – Le sénateur Steven Benoit a contesté  jeudi la designaion  de Me Wendelle Coq Telot à la vice-presidence du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) .

  Il a évoque des irrégularités graves  dans le processus de sa nomination a la cour de cassation, tout comme il avait condamné la façont dont Me Anel Alexis Joseph, avait intégré la cour de Cassation, .

Steven benoit a du coup  déploré  le fait que le président du sénat ait pris part a la cérémonie d`installation de la nouvelle vice présidente du CSPJ.

Etant donné  toute l'illégalité de la nomination  de Me Wendelle Coq, le président Desras n’avait pas à prendre part à une telle cérémonie, a dit le parlementaire.
 
Pour le sénateur Benoit, la moitié des 10 juges de la Cour de cassation sont illégaux.

L`élu de l'Ouest dit redouter que le problème de l`inéligibilité de certains juges a la cour de cassation ne provoque de nouvelles crises dans le futur, et appelle le chef de l`état a prendre les dispositions nécessaires en vue de remédier a cette situation
   
"Le chef de l`état continue  de prendre une direction dangereuse susceptible de compromettre le  processus électoral en cours" a lancé Steven Benoit.

Appelant Michel Joseph Martelly à éviter de manipuler les mises en place afin d`en garantir la neutralité et la fiabilité des elections, le parlementaire réclame une nouvelle fois  la formation d`un nouvel organisme électoral conformément au voeu de l`article 289 de la constitution. Une option qui garantira une issue heureuse a la crise, a dit Steven Benoit.

Pour le sénateur Steven Benoit, il est quasiment impossible que les élections soient organisées en l’absence des partis de l’opposition dont Fanmi Lavalas, Fusion, OPL, MOPOD et KONTRAPEPLA.
 
Le parlementaire estime que le chef de l’Etat risque de quitter le pouvoir par la petite porte et plonger du même coup le pays dans la crise.
 
Steven Benoit priorise la voie du dialogue qui, dit-il, demeure la meilleure option.

Le renouvellement des mandats d’une vingtaine de magistrats n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan des revendications, , selon le représentant des cours d’appel au CSPJ

Port-au-Prince, le 10 juillet 2014 – (AHP) - Le représentant des cours d’appel au conseil supérieur du pouvoir judiciaire, Me Max Elibert a indiqué jeudi que le CSPJ n’était pas encore officiellement touché par le renouvellement des mandats d’une vingtaine de magistrats dans le système.
 
Ce n’est que par voie de presse que je n’ai appris la nouvelle, a confirmé Me Elibert qui dit souhaiter que les juges dont le mandat a été renouvelé figurent sur la liste que le CSPJ avait, dans cette perspective, acheminée à l’Exécutif.
 
Le renouvellement des mandats d’une vingtaine de magistrats n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan, compte tenue de la quantité de juges qui doivent être nommés ou dont le mandat doit être renouvelé, a-t-il dit.
 
Me Elibert rappelle que ce  sont environ 75 juges qui devraient être nommés ou dont le mandat devrait être renouvelé compte tenu des besoins énormes auxquels font face les différentes juridictions du pays.
 
Mercredi, dans un communiqué, le ministère de la justice avait informé avoir, de concert avec le CSPJ, renouvelé le mandat d’une vingtaine de juges à travers les différentes juridictions du pays.
 
Une décision qui devrait permettre la poursuite de nombreux dossiers d’instruction ainsi qu’une nouvelle réduction du taux de détention préventive prolongée, a souligné le MJSP.
 
Le president de l'Association nationale des magistrats haïtiens, Me Durin Duret, a salué ce premier pas du gouvernement, mais a souligné que le mot d'ordre de grève lancé également pour réclamer 21 mois d'arriérés de salaires pour les magistrats et fixé au 14 juillet, est maintenu.

4 jeunes garçons abattus mercredi soir non loin de leur domicile  sur la route de Carrefour : la DCPJ annonce une enquête

Port-au-Prince, le 10 juillet 2014 – (AHP) – Des individus armés non identifiés et à bord d’un véhicule   Nissan Patrol, de couleur blanche, ont tué mercredi soir, 4 jeunes garçons qui se trouvaient non loin de leur maison sur la route de Carrefour (sud de la capitale).
 
Il s’agit de James Maxi 26 ans, Jules Mackenson 21 ans, Géraldo ainsi connu 20 ans et Ti Pouchon ainsi connu 22 ans,  confirme un porte-parole de la Police Nationale d’Haïti, Garry Desrosiers.
 
Il a également fait savoir  que la Direction Centrale de la Police Judiciaire DCPJ a diligenté une enquête en vue de retrouver  les auteurs du crime et son mobile.
 
Garry Desrosiers a également confirmé que c’est ce samedi que seront chantées les funérailles de Me Osner Févry Junior, fils de l’avocat et homme politique Osner H. Févry.

Son corps sans vie avait été retrouvé le mardi 1er juillet, non loin de son domicile sur la route de Kenskoff.

 
Au niveau de la direction centrale de la police judiciaire, l’enquête suit son cours, a indiqué le porte-parole qui affirme que les agents sont sur de très bonnes pistes, mais n’écartent ni ne priorisent aucune hypothèse:  celle du suicide ou de l’assassinat.
 
Le porte-parole de la PNH  par ailleurs, confirmé l’arrestation samedi d’un certain Mario Noël, directeur de l'Institut de langue United States of America Alfama English School. M. Noël est accusé d’avoir enlevé et séquestré contre rançon, Stéphanie Rocourt Smith, une citoyenne américaine .
 
Selon Garry Desrosiers, des pièces d’identification et des effets appartenant à la victime ont été retrouvés au bureau de Mario Noël  qui réclamait 150 mille dollars US en échange de la libération de madame Smith, finalement libérée par les agents de la DCPJ.
 
Garry Desrosiers  a fait savoir  par ailleurs que du 10 juin au 9 juillet, les opérations menées par les forces de l’ordre ont permis de saisir 7 armes à feu et des munitions, 4 véhicules, une motocyclette, deux bateaux et 219.4 kilos de marijuana.
 
Alain Dorissaint et Jean-Jacques, deux individus qui étaient activement recherchés par la justice américaine ont été extradés au cours de cette période où 3 viols sur mineurs ont été enregistrés.

Fanmi Lavalas  annonce une journée de solidarité avec toutes les formes de victimes à l'occasion du  61ème anniversaire de l’ancien président Jean Bertrand Aristide

Port-au-Prince, le 10 juillet 2014 – (AHP) – L’organisation politique Fanmi Lavalas annonce pour le mardi 15 juillet, l’organisation d’une journée de solidarité avec toutes les victimes de l’administration Martelly/ Lamothe, ainsi qu'avec les victimes de catastrophes et de maladies.
 
Cette journée de solidarité sera organisée à l’occasion du 61ème anniversaire de l’ancien président et fondateur  de l'organisation politique  Fanmi Lavalas, Jean-Bertrand Aristide.
 
La coordonnatrice du comité exécutif de Fanmi Lavalas, Maryse Narcisse informe qu’au cours de cette journée, l'organisation va continuer à réfléchir sur la meilleure façon d’accompagner les victimes, qu’il s’agisse des citoyens qui ont été délogés arbitrairement et brutalement  au centre-ville ou touchés par le choléra ou le Chikungunya.
 
Fanmi Lavalas affirme qu’elle reste solidaire des partis de l’opposition qui conditionnent leur participation aux prochaines élections dans le pays, à la mise en place d'un CEP crédible, équilibré et qui inspire confiance. Elle a rappelé  que son parti a été victime d’exclusion lors des élections de 2009 et 2010.
 
Pour sa part, la secrétaire générale du RDNP, Mirlande H. Manigat a indiqué jeudi qu’elle ne voit aucune raison pour que son parti, qui a refusé de s’inscrire au CEP dans la perspective de sa participation aux prochaines élections, change de position.
 
"Nous ne sommes pas dans une ambiance électorale, il n’y a pas encore de loi électoral et le CEP n’est toujours pas au complet, a fait remarquer l’ex-première dame qui ajoute que les citoyens ne font confiance ni au CEP ni au gouvernement.
 
Madame Manigat a dit croire qu’il est techniquement impossible d’avoir les élections avant la fin de l’année même si le CEP choisirait de les réaliser sans la participation des principaux partis de l’opposition dont Fanmi Lavalas, Fusion, OPL, Mopod et  RDNP.

Concernant la visite du président Michel Martelly et du premier ministre Laurent Lamothe lors du décès de son marie, Madame Manigat affirme apprécier le geste mais cela n’affecte pas sa position politique.
 
Elle en a profité pour souligner que l’ex-président Leslie Manigat n’est pas mort du Chikungunya contrairement aux informations ayant circulé en ce sens.
 
Au moment où il a contracté la maladie, son organisme commençait déjà à s’affaiblir mais il est mort tranquillement, dans son sommeil,  a dit madame Manigat qui précise qu’à ce moment, les douleurs musculaires qui accompagnent le Chikungunya commençaient à disparaitre.

 3e réunion binational ditee de haut niveau entre les gouvernements haïtien et dominicain: les  2 gouvernements  disent vouloir parvenir  à des accords sur des sujets d’intérêt commun

Juan Dolio, le 10 juillet 2014 – (AHP) – Reportée à plusieurs reprises, la 3e réunion de haut niveau binational entre les gouvernements haïtien et dominicain, a finalement été organisée ce jeudi dans la ville de Juan Dolio, à mi-chemin entre Santo-Domingo et la Romana.
 
Les gouvernements des deux pays affirment depuis le mois de décembre, vouloir trouver des accords sur des sujets d’intérêt commun dont la migration, la sécurité, la santé et le tourisme.
 
Dans la déclaration commune adoptée au terme de la rencontre, les deux gouvernements ont convenu de poursuivre et d’approfondir le dialogue binational à travers la commission bilatérale de haut niveau instaurée le 7 janvier dernier.
 
Ils ont également convenu de poursuivre le processus de dialogue qui s’est traduit par des engagements concrets au bénéfice des deux peuples et ils affirment regarder l’avenir avec optimisme.
 
Cette déclaration fait aussi état de décisions importantes arrêtées pour assurer un avenir prometteur susceptible d’apporter plus d’emplois, de santé, de sécurité, de prospérités économiques et d’opportunité.
 
Lors de la rencontre de ce jeudi et à laquelle ont assisté des hommes d’affaires des deux pays, un nouvel accord commercial a été signé pour favoriser le développement d’un environnement favorable aux échanges commerciaux en adoptant les principes de réciprocité.
 
La commission mixte est mandatée pour assurer le suivi de tous les accords signés et à signer dans le cadre de ce dialogue binational de haut niveau  et il a été, à cet effet, décidé de la doter de ressources humaines et matérielles nécessaires.
 
Déjà, à l’ouverture de la rencontre, le premier ministre Laurent Lamothe avait souligné que les Haïtiens et les dominicains sont appelés à changer l’histoire des deux pays et réaliser des progrès par le dialogue.
 
Le chef du gouvernement a aussi plaidé en faveur de la mise en place d’accords commerciaux entre les deux pays, soulignant qu’Haïti enregistre chaque année, un manque à gagner de 300 millions de dollars dans des opérations qui devraient être justes et équitables.
 
Il affirme s’être personnellement engagé à soutenir tous les efforts pour assurer la réalisation de ces accords pouvant changer, et de manière irréversible, la vie et le destin des habitants de l’île.
 
Laurent Lamothe a aussi indiqué qu’à partir de ce mois de juillet, les descendants d’haïtiens  voulant avoir des documents d’identification en république dominicaine dans le but notamment de pouvoir s’inscrire au plan de régularisation, paieront uniquement 1000 pesos.
 
Pour sa part, le ministre dominicain de la présidence, Gustavo Montalvo, s’est réjoui de l’amélioration des relations entre les deux pays au cours des 50 dernières années.
 
La délégation dominicaine a plaidé en faveur de la mise en place d’un programme binational de lutte contre le choléra.
 
Ces rencontres ad hoc binationales, avaient été initiées suite au tôllé provoqué par l’arrêt 168-13 de la cour constitutionnelle dominicaine qui rend apatrides des centaines de milliers de dominicains d’origine haïtienne.
 
Des responsables d’organisations haïtiennes, dominicaines et internationales de droits humains ont fermement dénoncé cet arrêt. En Haïti, on condamne l’attitude jugée trop laxiste des autorités pour n’avoir pas soutenu assez, les démarches entreprises à l’échelle internationale pour forcer les autorités dominicaines à revenir sur cet arrêt controversé.

Au contraire, le president Michel Martelly a félicité son homlogue  Danilo Medina pour le vote de la loi dite de naturalisation

Nouvelles du 9 juillet 2014


Paralysie au CSPJ dans le dossier  de la désignation de son 3e représentant au conseil électoral: le conseil se propose de rencontrer les candidats présélectionnés

Port-au-Prince, le 9 juillet 2014- (AHP) – Le CSPJ se propose de rencontrer cette semaine les candidats présélectionnés sur la liste des personnalités intéressées à le représenter au Conseil électoral provisire (CEP).

C’est ce qu’a indiqué mercredi la conseillère Dilia Lemaire qui espère que d’ici la fin de cette semaine, le CSPJ arrivera à désigner son 3e représentant au conseil électoral.

Les conseillers veulent  rencontrer les candidats et chacun votera selon ce que  lui dictera sa conscience, a-t-elle indiqué.

Le sénateur Andrice Riché appelle le président du Sénat à solliciter une rencontre avec le chef de l’Etat et le président du CSPJ pour trouver une issue à la crise née de la mise sur pied du conseil électoral.

Le parlementaire estime que beaucoup trop de temps a été perdu alors que les élections doivent avoir lieu avant la fin de l’année pour éviter  un vide institutionnel.

Il faut que les présidents des trois pouvoirs se réveillent pour écarter le spectre d'une plus grande  crise, a dit le vice-président du grand corps qui prévient  les 3 pouvoirs  de l'état  que la persistance de cette situation risque de compromettre déinitivement  la souveraineté du pays.

La responsable de l’IMED (Institut mobile pour l'Education démocratique ), Kettly Julien  a fait retrait de sa candidature pour représenter le pouvoir judiciaire au Conseil électoral Provisoire.

Elle a adressé ce 9 juillet une correspondance au Président du CSPJ, Me Anel Alexis Joseph pour lui faire part de sa décision.

Kettly Julien  met en avant le fait que le choix  de Me Wendelle Coq Thélot pour représenter la Cour de Cassation au CSPJ, soit contestée par des organismes de droits Humains. Elle est accusée d'avoir  intégré  de manière irrégulière la cour de cassation.

A noter que sur une liste de 37 candidats, le CSPJ a retenu Lionel Constant Bourgouin, Patrice Cadet, Mona Jean, Yolette Mengual et  Kettly Julien  qui s’est justement désistée.

La grève de l'ANAMAH trouve le soutien de la fédération des barreaux d'Haïti:le gouvernement informe avoir entamé des pourparlers avec les magistrats en vue de satisfaire les revendications exprimées

Port-au-Prince, le 9 juillet 2014- (AHP) –Le conseil supérieur du pouvoir judiciaire doit rencontrer ce jeudi le président de l’ANAMAH qui a annoncé une grève des magistrats à partir du lundi 14 juillet.

La fédération des barreaux d'Haïti a apporté son soutien au mot d'ordre de grève,  estimant justes et justifiées  les revendications des magistrats.

Ele estime tout à fait aberrant que les autorités poussent les magistrats à la grève pour donner suite à des revendications légitimes

Les magistrats réclament le paiement de plusieurs mois d’arriérés de salaires. Des démarches sont en cours en vue de dégager les fonds pour régler ce problème, a dit la conseillère Dilia Lemaire.

Parallèlement, de concert avec le Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ, le Ministère de la Justice et de la Sécurité Publique  annonce le renouvellement des  mandats d’une vingtaine de juges à travers les différentes juridictions du pays.

Cette décision permettra la poursuite de nombreux dossiers d’instruction ainsi qu’une nouvelle réduction du taux de détention préventive prolongée, indique le ministère dans un communiqué, faisant savoir que  dans la juridiction du Tribunal de première instance  de Port-au-Prince, les mandats de 5 juges et juges d’instruction, Etienne Chavannes, Brédy Fabien, Constant Jacques Hermon, Denise Moise Papillon, Bernard St Vil, Mathieu Chanlatte, ont été renouvelés.

 Les mandats de deux  juges de la Cour d’Appel ont  été également renouvelés, toujours selon le comuniqué. Il s’agit de  Me Georges Dukerne Auguste à la Cour  d’Appel de Hinche et de Me. René Sylvestre à la Cour d’Appel des Gonaïves.

De toute façon, la fédération des barreaux d'Haïti apporte son soutien au mot d'ordre de grève de l'ANAMAH. Le président de la Fédération, Mr Carlos Hercule estime justes et justifiées  les revendications des magistrats.

Le porte-parole du premier ministre Pierre Michel Brunache a informé que le gouvernement a entamé des pourparlers avec les magistrats en vue de satisfaire les revendications exprimées, espérant ainsi obtenir l'annulation de la grève prévue pour ce 14 juillet.

Interrogé sur le fait que le gouvernement trouve opportun de dépenser ds millions de gourdes dans l'organisation de deux carnavals l'an, au lieu de se pencher sur des dossiers prioritaires dont le paiement d'ariéres de salaires à ds employes de la fonction publique, le  porte-parole a  tenter d'expliquer que le Carnaval des fleurs prévu pour fin juillet est une activité qui génère des bénefices économiques pour plusieurs secteurs d'activités et qui permet aussi aux gens de s'amuser.

Le Ministère du Tourisme et des industries créatives encourage les visiteurs d’Amérique et d’Europe notamment à visiter  Haïti pendant les vacances d’été

Port-au-Prince, le 9 juillet 2014 – (AHP) - Le ministère du tourisme et des industries créatives invite les visiteurs de l’Amérique et d’Europe notamment à venir en Haïti pendant les vacances d’été.

La titulaire du MTIC, Stéphanie Balmir Villedrouin, informe que depuis le mois de janvier, le département de promotion et de marketing du ministère a participé à pas moins de 8 foires touristiques en Jamaïque, en Espagne et en Allemagne notamment, en vue d’encourager les touristes à placer Haïti sur la liste de leurs destinations pour les vacances.

Nous avons aménagé nos sites touristiques en vue de les recevoir, a dit madame Villedrouin soulignant que le développement de l’industrie touristique peut grandement contribuer à la réduction de la pauvreté dans le pays.

Elle a indiqué que le pays a  accueilli 420 mille touristes en 2013 et qu'elle compte cette année améliorer cette performance.
Le responsable de la police touristique Politour affirme que les agents de cette nouvelle unité de la PNH est prête à accompagner le ministère pour favoriser le développement de l’industrie touristique.

Carl Henry Boucher informe que depuis la création de la Politour, ses agents ont accompagné les passagers de près de 500 vols commerciaux et, de concert avec le responsable du commissariat l’aéroport, la Politour a mis en place un dispositif pour sécuriser le périmètre immédiat de l’aéroport international Toussaint Louverture.

Des agents de la Politour vont, sous peu, être déployés dans les départements du nord et du sud, a dit Carl Henry Boucher.

Toutefois, beaucoup de secteurs déplorent que  les touristes- dejà pas tres nombreux- qui arrivent dans le pays soient obligés d'affrronter le calvaire de la route de Tabarre decapée depuis près d'un an par les autorités qui on suspendu, sans explication, les travaux entrepris timidement.

Cette route est une veritable savane, un véritable calvaire pour les résidents de la zone et pour ceux qui y ont une activite commerciale.
Augmentation probable des prix du carburants: nouvelles mises en garde au gouvernement un peu hésitant
Port-au-Prince, le 9 juillet 2014- (AHP) – Le sénateur Moise jean Charles a une nouvelle fois mecredi  mis en garde  les autorités contre l'augmentation des prix du carburant, prévenant qu'une telle mesure va provoquer un soulèvement populaire.

Des informations avaient laissé croire la semaine dernière que le gallon de gazoline devrait passer de 200 à 275 gourdes et  le diesel de 160 gourdes, à 290 gourdes.

Le président de l'Association nationale des produits prétroliers (ANADIPP), avaient même indiqué qui'il avit éte touché de cette évenuelle disposition. qui n'a toujours pas pris corps jusqu'ici.

Selon certaines informations, le gouvernement attendrait la fin des examens d'Etat pour annoncer officielement la mesure. Alors que , selon d'autres informations, les autorités craindraient les conséquences d'une augmentation ds prix du carburant.

Plusieurs responsables syndicaux avaient  annoncé l'orgamisation de  mouvements de rues et de  grèves dans le cas  où les  annonces d'augmentations se matérialiseraient.

Les autorités se trouveraient aujourd'hui dans une situation on ne peut plus  inconfortable. Elles compteraient sur ces augmentations pour renflouer la partie haïtienne du projet de  budget 2014/2015. En même temps, de telles augmentations dans un contexte socio-économique  calamiteux, risquent de leur causer d'énormes torts sur le plan politique, alors que des élections sont annoncés pour ocobre prochain.

-Fin ce mercredi d'une visite de 72h de la directrice générale de la banque mondiale Sri Mulyani Indrawati.
5 accords ont été signés avec le gouvernement dans les domaines de l'éducation, de l'agriculture et du tourisme, pour un montant total de 139 million de dollars, a annoncé la ministre de l'économie et des finances Marie Carmelle Jean Marie.
De son cote, la directrice générale de la banque mondiale a dit se réjouir de la signature de ces accords et renouvelé l'engagement de la banque mondiale de continuer à collaborer  avec les autorités haïtiennes dans le cadre de la reconstruction du pays

-La DGI dresse un bilan peu satisfaisant du processus de livraison de vignettes d'immatriculation. Seules 55 000 vignettes ont été réclamées au cours de la période allant du 17 mars au 27 juin pour total de 230 a 250 milles véhicules enregistres.

-Les examens officiels de la deuxième partie du baccalauréat se poursuivent ce mercredi a travers les 10 départements. Entretemps, des organisations syndicales continuent de dénoncer des irrégularités enregistrées dans l'organisation de la session ordinaire des examens d'état cette année.

-Le députe  de Saint Louis du Nord/Anse a Foleur,  Louis-Marie Bonhomme dément les affirmations selon lesquelles le rejet de la proposition de mise en accusation  du chef de l'état, du premier et du ministre de la justice serait le fruit d'une entente entre l'exécutif et les députes pro-gouvernementaux dans la perspective des prochaines élections. Mr Bonhomme laisse entendre que ce dossier a été traité dans le respect des procédures tracées par la loi.

Nouvelles du 7 juillet 2014

Dernière étape des examens d'Etat  cette semaine
avec les épreuves de la philo débutées lundi

Port-au-Prince, le 7 juillet 2014 – (AHP) – La série des examens officiels prend fin cette semaine avec les épreuves de la philo débutées lundi.
 
Pas moins de 79 283 candidats sont attendus jusqu’à jeudi dans les centres d’examens sur toute l’étendue du territoire. Environ 50 000 candidats composent dans le département de l’Ouest. 

Ce lundi, ils ont été évalués en philosophie et en biologie. La plupart d’entre eux ont fait savoir que les textes d’examens étaient à leur portée et croient que, si tout va de ce train, ils devraient facilement réussir. 

Si certains se sont etrangement  plaints de la surveillance trop stricte dans les centres d’examens, d’autres ont fait savoir que les surveillants ne font qu’appliquer les consignes du ministère de l’éducation nationale.

Le directeur du bureau national des examens d’Etat BUNEXE, Renan Michel s'est félicité du déroulement de la première journée. Aucun incident majeur n’a été enregistré, a-t-il dit.
 
M. Michel a fait toutefois état de deux individus  surpris avec de fausses fiches dans deux centres d’examen différents.
 
Ce sont probablement des escrocs, a fait savoir Renan Michel qui ajoute que ces "candidats "ont été déférés au parquet de Port-au-Prince pour les suites juridiques nécessaires.

Nouveau vice-président au CSPJ: Wendelle Coq Thélot demande  magistrats qui se plaignent notamment de mauvaises conditions de travail, de faire preuve de patience
Port-au-Prince, le 7 juillet 2014 – (AHP) – Le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire a un nouveau vice-président. Il s’agit de Me Wendelle Coq Thélot qui remplace le juge Antoine Norguaisse, arrivé en fin de mandat à la Cour de Cassation.
 
Me Thélot a prêté serment à la Cour de Cassation, comme membre du CSPJ  en présence notamment de ses futurs collègues au conseil, du président de la cour Anel Alexis Joseph et du chef de l’Etat Michel Martelly.
 
Le très contesté président du CSPJ dit regretter le départ de Me Norguaisse dont l’expérience a été profitable au conseil mais il souhaite la bienvenue à Me Wendelle Cop Thélot et lui demande de faire son travail avec courage et intelligence pour le bien de l’institution.
 
Reputé proche du chef de l'Etat, le president du Conseil a  également fait savoir que les conseillers doivent toujours travailler pour l’indépendance de la justice, se réjouissant que le président Martelly ne se soit jamais, a-t-il dit, immiscé dans les affaires de la justice.
 
La nouvelle vice-présidente du CSPJ a appelé ses collègues à s’unir en vue de conserver la confiance de la population. La justice ne vit pas de scandales, elle en meurt, a-t-elle dit, soulignant que le CSPJ doit être un rempart.
 
Nous devons nous ressaisir pour accomplir valablement notre mission, a-t-elle lancé à ses nouveaux collègues du CSPJ. Très enthousiaste, elle demande aussi aux magistrats qui se plaignent notamment de mauvaises conditions de travail, de faire preuve de patience, faisant savoir que tout ne peut pas être réalisé en même temps.
 
Le président  Michel Martelly a pour sa part présenté Me Thélot  comme une femme compétente et courageuse, capable de contribuer à la bonne marche du CSPJ.
 
Le chef de l’Etat a plaidé en faveur d’un système judiciaire qui réponde aux attentes des justiciables et qui favorise le développement du pays.
 
Il soutient que la nomination de Me Thélot au CSPJ, est en droite ligne de  sa politique visant à donner aux  femmes, une place de choix dans l’administration publique, au même titre que les hommes.

Les députes pro-gouvernementaux ayant rejeté vendredi la demande de mise en accusation du président Michel Martelly, sur la sellette

Port-au-Prince, le 7 juillet 2014 – (AHP) – Le vote de l’assemblée des députés ayant rejeté vendredi la demande de mise en accusation contre le président Michel Martelly, le premier ministre Laurent Lamothe et le ministre de la justice Jean Renel Sanon divise les parlementaires.
 
Cette mise en accusation avait été sollicitée par le Sénat et réclamée par un groupe de 13 députés en raison de l’implication présumée des personnalités épinglées dans le décès du juge Jean-Serge Joseph.
 
Le député Emmanuel Fritz Gérald Bourjolly qualifie de nul et non avenu le vote du 3 juillet estimant que le quorum des 2/3 des membres de l’assemblée requis n’avait pas été atteint. Seule une trentaine de collègues étaient présents, a-t-il dit.
 
Il dénonce une tentative des membres du bloc pro-gouvernemental de blanchir le chef de l’Etat, son premier ministre et son ministre de la justice. Le parlementaire dément également avoir fait partie de la commission qui a travaillé sur le dossier.
 
Ce n’est pas l’avis de son collègue Altès Toussaint, président du bloc pro-gouvernemental PSP, Parlementaires pour la Stabilité et le Progrès. Il y avait bel et bien quorum au moment du vote, a-t-il  tenté de persuader
 
Les parlementaires ont prononcé le rejet de la mise en accusation sur la base du rapport de la commission qui avait travaillé sur le dossier, a-t-il dit, faisant savoir  que l’unique pièce à conviction qui y a été versée, c’est le rapport d’autopsie qui confirme que le juge Jean-Serge Joseph est décédé de mort naturelle.

Le député Sadrack Dieudonné a fait savoir que le vote des députes pro-gouvernemenaux est une vaste farce et que le dossier de demande de mise  le dossier de mise en acusation reste entier.

Plusieurs avocats dont Me Newton St Juste ont egalement dénoncé la décision de la chambre des députés, soulignant  que  le dossier n’a pas été bien traité. Me Saint-Juste soutient que ce vote ne met pas un terme à ce dossier qui  est toujours vivant selon lui ,à la chambre basse
 
Le juge Jean-Serge Joseph est décédé le 13 juillet 2013 alors qu’il travaillait sur le dossier d’une plainte pour corruption présumée contre la famille présidentielle.
 
Les informations ayant circulé après sa mort ont fait état de pressions subies de la part des plus hautes autorités de l’Etat dont le président Michel Martelly, le premier ministre Laurent Lamothe et le ministre de la justice Jean Renel Sanon lors d’une réunion tenue au cabinet de Me Louis Garry Lissade deux jours plus tôt.
 
Des proches du juges, dont le sénateur Samuel Madistin informait que ce dernier lui avait dit qu’il faisait l’objet d’énormément de pressions.
 
Des commissions séparées du Sénat et de la Chambre basse avaient conclu qu’il y avait effectivement une rencontre entre le président Martelly et le juge défunt quelques jours avant son décès suspect.
 
Le grand corps, qui devrait s’ériger en haute cour de justice pour juger le chef de l’Etat, demandait sa mise en accusation pour crime de haute trahison.
 
Le juge défunt avait rendu le 2 juillet, un jugement ordonnant la mise à disposition, pour la justice, du premier ministre, de plusieurs membres de son cabinet et de grands fonctionnaires de l’Etat sur la base de l’article 398 du code d’instruction criminelle.

Le nom du 3e représentant du CSPJ au CEP devrait être connu dans le courant de la semaine, selon le président du Conseil, mais suspicions au parlement

Port-au-Prince, le 7 juillet 2014 – (AHP) – Le président du conseil supérieur du pouvoir judiciaire, Me Anel Alexis Joseph, a indiqué lundi que le nom du 3e représentant du CSPJ au CEP pourrait être connu dans le courant de la semaine.

Il y aura une réunion demain (mardi NDLR), peut-être que mercredi ou jeudi on connaitra le nom de la personne qui aura été choisie, a indiqué Me Joseph dans une brève déclaration à sa sortie de la prestation de serment de Me Wendelle Coq Thélot, comme nouvelle vice-présidente du CSPJ.

Me Lionel Constant Bourgouin, Patrice Cadet, Mona Jean, Kettly Julien et Yolette Mingual, sont les 5 personnalités retenues sur une liste de 37 qui avaient répondu à l’appel à candidature du CSPJ.

Le choi  nouveau représentant du CSPJ,devant être désigné cette semaine, commence déjà à susciter des réactions au parlement.
 
Le député Emmanuel Fritz-Gérald Bourjolly a indiqué  que l’une des personnalités, Yolette Mingual, avait déjà postulé au parlement pour intégrer le CEP.

C’est une envoyée de l’Exécutif, croit savoir le parlementaire qui demande aux juges du CSPJ de faire leur travail en toute indépendance, sans chercher à faire le jeu de l’Exécutif.


Santa Maria: arrivée prochaine en Haïti d'une  mission d’experts de l’UNESCO chargée d’identifier le bateau dont l’épave est presentée comme celle d'un des 3 bateaux de Christophe Colomb

Port-au-Prince, le 7 juillet 2014 – (AHP) – La ministre de la culture Monique Rocourt a annoncé l'arrivée, au mois d'aout en Haïti au large du Cap-Haïtien, d’une mission d’experts de l’UNESCO chargée d’identifier le bateau dont l’épave, retrouvée dans les eaux haïtiennes, et présentée comme la Santa Maria acidentée il y a plus d'un demi-siècle.

La mission de l’UNESCO viendra dans le pays à la demande du gouvernement haïtien, a dit madame Rocourt qui fait état d’un programme de préservation patrimoniale exécuté avec l’appui de cette organisation.

L’archéologue américain, Barry Clifford, avait fait savoir en mai dernier qu'il avait découvert le bateau de Christophe Colomb en Haïti.
 
La ministre Rocourt a indiqué que pour l’instant, les explorateurs ne sont pas tous d’avis qu'’il s’agit réellement de la Santa Maria.
 
Elle informe que le gouvernement, suivant les recommandations de l’UNESCO, a jugé bon de ne pas autoriser l’équipe de M. Clifford à poursuivre ses fouilles archéologiques sous-marines, rappelant qu’avec l’organisation onusienne, le gouvernement travaille actuellement à la mise en place d’un plan national de protection du patrimoine subaquatique.

Sollicitée par Haïti, la commission scientifique de l’UNESCO a jugé non conforme, la méthode utilisée par M. Clifford pour effectuer ses fouilles au Cap-Haïtien, a indiqué Ma Rocourt.

Toutes les preuves archéologiques, géographiques et de topologie sous-marine suggèrent fortement que cette épave soit le fameux navire amiral de Christophe Colomb, la Santa Maria, avait déclaré, convaincu, Barry Clifford en mai dernier, ajoutant qu’il était persuadé qu’une fouille complète de l’épave apportera la preuve archéologique marine détaillée de sa découverte.


Nouvelles du 3 juillet 2014
Publication d'une liste de 5 personnalités présélectionnées pour le remplacement   de Carole Floréal Duclervil au CEP: le président Martelly et un secteur de la communauté internationale accusés de vouloir une seule série d'élections en 2015

Port-au-Prince, le 3 juillet 2014 – (AHP) – Le conseil supérieur du pouvoir judiciaire a publié ce jeudi une liste de 5 personnalités présélectionnées sur une liste de 37 qui avaient postulé pour le remplacement   de Carole Floréal Duclervil au Conseil électoral provisoire.

Il s’agit de Lionel Constant Bourgouin, Patrice Cadet, Mona Jean, Kettly Julien et Yolette Mingual.

Le processus de nomination du nouveau représentant du conseil supérieur du pouvoir judiciaire au conseil électoral, avance à grands pas.

Le nom de l’heureux élu pourrait être connu dès que le président du CSPJ, Me Arnel Alexis Joseph aura convoqué les autres membres du conseil pour délibérer, avait indiqué dans la matinée, le représentant des Cours d’Appel au CSPJ, Me Maxi Elibert.

Il a affirmé que les différentes étapes du processus de nomination avaient été franchies. Il  reste la convocation du président de l’institution pour permettre aux juges de statuer, a-il indiqué.

Le député et futur candidat au Sénat Sorel Jacinthe estime que si le processus de désignation du 3e représentant du CSPJ au CEP traine  à ce point c’est parce que le président Michel Martelly n’est pas encore décidé à créer les conditions devant favoriser la tenue des prochaines élections.

M. Martelly et une partie de la communauté internationale qui finance les élections, seraient plus intéressés à qu’une seule série d’élections ait lieu dans le pays en 2015, croit savoir le parlementaire.

Pour ce qui est des partis politiques de l’opposition qui ne sont pas encore fait  inscrire, le parlementaire affirme qu’il n’est pas du tout inquiet, ajoutant qu’aucune élection ne peut être organisée sans des partis comme Fanmi Lavalas, INITE,  Fusion, OPL et KONTRAPEPLA.

Appel à la mobilisation pour empêcher l'augmentation des prix du carburant

Port-au-Prince, le 3 juillet 2014 – (AHP) – Le syndicaliste Josué Mérilien a lancé jeudi un appel à la mobilisation pour empêcher le gouvernement d’appliquer sa décision d’augmenter de 37.5% le prix du gallon de gazoline sur le marché local qui pourrait bientôt passer de 200 à 275 gourdes.

Pour le coordonnateur de l’UNNOH, il s’agit d’une décision irresponsable et criminelle et dont le gouvernement semble ne pas saisir les conséquences politiques, économiques et sociales .

M. Mérilien fait remarquer que, vu les conditions extrêmement difficiles dans lesquelles vit une grande majorité de la population, il serait très mal venu d’appliquer une telle augmentation sur un produit aussi stratégique que l’essence.

Le sénateur Francisco De La Cruz dénonce lui aussi la décision du gouvernement d’augmenter le prix du gallon d‘essence à la pompe. C’est une décision inopportune qui, dit-il, aura une incidence négative sur la vie de la population.

Le parlementaire rappelle qu’une grande majorité des citoyens vit déjà dans la pauvreté et la misère alors que dans deux mois, ils devront faire face à la nouvelle rentrée scolaire.

La décision d’augmenter le prix des produits pétroliers à la pompe avait été annoncée il y un mois, par le secrétaire d’Etat à la réforme fiscale Ronald Décembre qui mettait en avant les manques à gagner occasionnés par la subvention de ces produits par l’Etat haïtien et l’écoulement en république dominicaine d’une partie de la gazoline subventionnée par Haïti.

Il avait également fait état de discussions en cours avec les importateurs et distributeurs de produits pétroliers et les syndicats de chauffeurs en vue notamment de fixer les prix du transport en commun sur le territoire.

En début de semaine, le sénateur Moïse Jean-Charles avait indiqué que le gouvernement se préparait à augmenter à la pompe les prix des produits pétroliers. Le gallon de gazoline devrait passer de 200 à 275 gourdes alors que le diesel devrait passer de 160 gourdes, à 290 gourdes, croit savoir le parlementaire.

Des syndicats d'enseignants menacent de reprendre la grève dans les écoles publiques dès la prochaine rentrée scolaire

Port-au-Prince, le 3 juillet 2014 – (AHP) – Des membres de la plateforme des organisations syndicales d’enseignants ont accusé jeudi le ministre de l’éducation nationale et de la formation professionnelle, Nesmy Manigat d'avoir suspendu unilatéralement les négociations avec les professeurs syndiqués.

Les négociations sont actuellement au point mort et c’est le ministre Manigat et ses conseillers qui l’ont voulu ainsi, ont déploré les syndicalistes qui réclament l’application du protocole d’entente paraphé en janvier dernier. La question des grilles salariales et des avantages sociaux n’a toujours pas été résolue, ont-ils fait remarquer.

Les membres de la plateforme des organisations syndicales ont du coup  menacé de reprendre la grève dans les écoles publiques sur tout le territoire national dès la prochaine rentrée scolaire. Nous n’écartons pas la possibilité d’exiger le départ du titulaire du MENFP, Nesmy Manigat, ont fait savoir Léonel Pierre et René Prévil Joseph.

Les membres de l’Union Nationale des Normaliens Haïtiens projettent également de reprendre la mobilisation dès la prochaine rentrée scolaire de septembre si la question de la grille salariale et du paiement des arriérées de salaires n’est pas résolue.

Le coordonnateur de l’UNNOH, Josué Mérilien, déplore qu’aucune discussion n’ait été engagée avec les syndicats d’enseignants dans le cadre de l’élaboration du projet de budget du prochain exercice fiscal, qui a été déposé au parlement en début de semaine.

L’accord du 13 mai qui prévoyait entre autres, l’élaboration de la grille des salaires et le paiement des arriérés de salaires dus aux enseignants a été obtenu au prix de nombreux combat et nous sommes prêts à lutter en faveur de son application, a dit M. Mérilien.
 

Nouvelles du 1er juillet 2014

Le premier ministre Laurent lamothe à l'Ile-à-Vâches promet d'améliorer les conditions de vie de la population à travers des projets de développement


Port-au-Prince, le 1er juillet 2014 - (AHP) – Le premier ministre Laurent Lamothe a indiqué mardi  que ce sont  25 projets qui sont en cours de réalisation à l’Ile-à-vache (Sud) où il s'est rendu à la tête d'une délégation en vue de s’enquérir de l’état d’avancement des projets dits de développement dans cette commune.

 Il a cité notamment la construction du marché public et d’un centre de formation professionnelle. Laurent lamothe devait également superviser des travaux d’infrastructure dont la construction de l’aéroport, de la route panoramique qui y mène.

Il était également prévue une distribution de kits aux associations des pêcheurs.

Le premier ministre en a profité pour annoncer le lancement d’un nouveau programme, baptisé KREDI POU TI MACHANN et qui sera piloté par le Fonds d’Assistance Economique et Sociale (FAES). A travers ce programme, des petits commerçants devraient bénéficier entre 5000 et 1000 gourdes de crédits, a indiqu M. Lamothe.

Le ministre de la justice et de la sécurité publique, Me Jean Renel Sanon a donné aux citoyens de l’ile-à-vache, la garantie que la justice est entièrement à leur service.

Il s'est dit déterminé à appliquer la "politique du gouvernement visant à distribuer une justice équitable dans le pays".

Jean Renel Sanon fait état de la nomination d’un substitut commissaire du gouvernement à l'Ile-à-vache pour desservir la population locale qui, n’aura plus besoin de se rendre aux Cayes en quête de justice.


Les ministres Rose-Anne Auguste et Mimose Félix, chargées respectivement de la lutte contre la pauvreté et de la promotion de la paysannerie ont toutes deux promis aux habitants de l’Ile-a-vache que leurs droits seront respectés dans le cadre de l’implémentation de projets de développement dans la ville.

Ce développement se fera au profit de tous les habitants de l’ile-à-vache, ont-elles lancé, annonçant le démarrage d’un programme visant à donner gratuitement des documents d’identifications aux habitants de l’ile.

Certains habitants de l’ile-à-vache se sont déclarés satisfaits de l’attention dont ils disent bénéficier de la part des autorités.

Ils ont toutefois exprimé le souhait que les projets aboutissent et contribuent effectivement à l'amélioration de leurs conditions de vie.


Le  sénateur Moïse Jean-Charles annonce l'augmentation prochaine  des prix du diesel et de la gazoline: il appelle le gouvernement à renoncer à une telle mesure

Port-au-Prince, le 1er juillet 2014 - (AHP) – Le gouvernement s’apprêterait à augmenter les prix des produits pétroliers sur le marché local. C’est ce qu’a indiqué ce mardi, le sénateur Moïse Jean-Charles, appelant les autorités haïtiennes à sursoir à une telle mesure.

Le parlementaire a dit disposer d'informations selon lesquelles le prix du gallon de gazoline devrait augmenter de 75 gourdes alors que celui du diesel connaittrait une augmentation de 30 gourdes.

La décision a déjà été prise et les distributeurs de produits pétroliers en sont déjà informés, a dit le parlementaire qui soutient que cela aura une répercussion sur les prix des produits de première nécessité.

Un cadre du gouvernement avait récemment annoncé que les prix des produits pétroliers devraient  inévitablement augmenter sur le marché local.

Faisant remarquer la transversalité de ce produit, le parlementaire a appelé le gouvernement à faire machine arrière sinon ce sont les citoyens notamment les membres des couches les plus défavorisées qui vont  en payer  le prix fort.

Cette augmentation aura une répercussion sur les prix des produits de première nécessité et le cout des transports en commun, a prévenu M. Jean-Charles.

Le parlementaire demande à la population de se soulever contre une telle mesure, si elle devait être appliquée et accuse une fois de plus les plus hautes autorités de l’Etat de dilapider les fonds publics.


Trois jours de deuil national et funérailles nationales ce 5 juillet pour l'ancien président Leslie François Manigat décédé vendredi

Port-au-Prince, le 1er juillet 2014 - (AHP) –
Trois jours de deuil national sont décrétés par arrêté présidentiel, les 3, 4  et 5juillet 2014, en hommage au président Leslie Manigat décedé vendredi dernier .

C’est ce qu’a indiqué mardi le porte-parole du président Michel Martelly, Lucien Jurat  citant un arrêté présidentiel en date du 30 juin.

Durant ces trois jours de deuil national, les drapeaux seront mis en berne et les médias sont invités à diffuser de la musique de circonstance.

Des funérailles nationales seront organisées le 5 juillet, a dit M, Jurat qui soutient que c’est la télévision nationale d’Haïti qui aura l’exclusivité de la retransmission en directe de l’évènement.

Plusieurs activités seront organisées cette semaine en vue de rendre hommage au fondateur du RDNP et ancien président d’Haïti, Leslie François Manigat

Selon le responsable des affaires politiques et stratégiques des jeunes progressistes du RDNP, des veillées patriotiques seront organisées un peu partout en Haïti mais également à l’étranger, notamment en France.

Un registre sera également ouvert à partir de ce mercredi au local du RDNP à Delmas pour recevoir les marques de sympathie de tout citoyen qui veut en témoigner vis-à-vis du professeur défunt,  affirme Montès Plaisir.

Il invite les partisans et sympathisants du RDNP à une marche qui partira devant les locaux du parti à Delmas pour aboutir au Collège Saint-Louis de Gonzague à  Delmas à l’occasion des funérailles de l’ancien président samedi.

Leslie François Manigat était un grand intellectuel, un homme d’intelligence et de cœur qui visait l’excellence en tout, a souligné pour sa part  le Dr Jean Ardouin Louis-Charles, responsable de  communication au RDNP.

Ses funérailles seront chantées à Saint-Louis de Gonzague à Delmas où il avait fait ses études classiques avant son départ pour des études universitaires à l’étranger, a-t-il dit, rappelant que M. Manigat avait toujours voulu se mettre au service du pays.

Il promet que le RDNP va continuer à travailler pour matérialiser la vision du professeur Manigat qui rêvait d’une Haïti belle et prospère.

Le consortium des partis politique a également salué la mémoire de l’ancien président Leslie F. Manigat
.
C’était un citoyen  animé d’un grand désir de servir son pays, a reconnu le professeur Henry Robert Sterlin, responsable des affaires politiques du consortium qui regrette toutefois que M. Manigat n’ait pas reçu d’Haïti ce pour quoi il a tant travaillé.

Il en a  toutefois profité pour réaffirmer la détermination du consortium de prendre part aux prochaines élections de 2014 et de 2015 en vue d’offrir à Haïti "un gouvernement syndical de progrès et de réconciliation avec le patronat".

Nouvelles du 27 juin 2014

Décès ce vendredi du Professeur et ancien président haïtien Leslie François Manigat. Condoléances à son épouse, Mirlande Manigat, à ses enfants et à toute sa famille.
Sympathies également à toute la Grande famille du RDNP, parti politique qu'il avait fondé en 1979.


"Le Premier ministre Lamothe présente ses sympathies à la famille Manigat

Port-au-Prince, le vendredi 27 juin 2014.- Le Premier ministre, S.E.M. Laurent Lamothe, exprime ses profonds regrets et sa grande tristesse suite à la mort du professeur Lesly François Manigat, ancien Président de la République qui a longtemps contribué à la formation de plusieurs générations d’haïtiens et à rehausser la fierté nationale.
Profondément affecté par le départ de cet illustre citoyen, le chef du gouvernement adresse ses plus profondes condoléances à sa famille, à ses parents et proches lourdement affectés par ce décès qui crée un vide immense dans l’univers intellectuel haïtien et dans le monde.
En ce moment difficile où la République entière pleure ce monument qui nous a laissé un héritage innommable, le Premier ministre Lamothe invite la jeunesse à s’inspirer de ce modèle de patriotisme, de professionnalisme et d’intellectuel symbolisé par le professeur Lesly François Manigat.
Le Premier ministre Laurent Lamothe appelle la population à rendre un hommage à la dimension de ce héros des temps modernes disparu, tout en promettant de continuer, à l’instar du professeur Lesly François Manigat à lutter pour renforcer la démocratie et assurer un mieux être à tous les fils et filles du pays.

Bureau de communication
de la Primature"


"ADIEU A LESLIE MANIGAT PAR STANLEY LUCAS

​J'ai rencontre Leslie Francois Manigat quand j'avais vingt cinq ans. Tout de suite nous avons développe une très grande relation de travail et d'amitié. Historien, politologue, écrivain, leader politique et ancien President de la république, Manigat était un mapou intellectuel de la république d'Haiti. A chaque fois qu'on se rencontrait nous passions des heures a discuter des questions historiques et des affaires politiques courantes de notre pays.

L'homme était impressionnant. Il était jovial, méthodique, précis et rigide dans ses analyses. On apprenait a ne pas être d'accord avec jovialité et autour de taquineries. Leslie Francois Manigat était un géant. Il laisse un grand trou qui sera très difficile a combler. Il est un de ces grands hommes qu'Haiti produit chaque 200 ans.

Je presente mes condoléances a sa femme Madame Mirlande Manigat, aux autres membres de sa famille, a ses allies et aux membres du parti RDNP.

Que Dieu te garde Leslie et merci de cette grande amitié.

Stanley Lucas"


Haïti, élu à l'unanimité pour accueillir la 58e Réunion de la CAM
 
Port-au-Prince, 27 juin 2014. - Le pays a été élu, mercredi, à l'unanimité pour accueillir la 58e réunion de la Commission de l'Organisation Mondiale du Tourisme pour les Amériques en 2015. Cette décision a été prise à l'issue de sa participation à l'édition 57e de l'évènement qui a eue lieu à Carthagène (Colombie) cette année.
 
Les discussions se sont principalement déroulées, entre autres, autour des lois régissant le secteur touristique, des stratégies d'amélioration de l'inter connectivité entre l'Europe et l'Amérique du Sud et des facilitations de voyage.
                           
La Ministre du Tourisme d'Haïti, Mme Stéphanie Balmir Villedrouin, a insisté, dans son intervention, sur l'image du pays (à l'extérieur) et la politique de repositionnement d'Haïti comme destination touristique.
 
Mme Villedrouin a participé à cette réunion en tant que  Premier Vice-président de la Commission pour les Amériques à l'Organisation Mondiale du Tourisme (OMT).


La Communauté haïtienne de la République dominicaine exige du gouvernement haïtien la faclitation d'un processus gratuit et rapide de livraison de documents aux Haitiens en terre dominicaine

Santo-Domingo, le 27 juin 2014 – (AHP) -La communauté haitienne de la République Dominicaine a dans un communiqué déposé mercredi à l'ambassade d'Haïti à Santo-Domingo, exigé du gouvernement haitien qu'il facilite un processus gratuit et rapide de livraison de documents aux Haitiens en terre dominicaine.

La demande a été déposée par une délégation de divers représentants d´organisations haitiennes, dans le cadre du plan national dit de régularisation.

" La communauté réclame  des autorités haïtiennes à faire preuve  de responsailité pour arriver à fournir des documents à leurs citoyens", indique  entre autres le communiqué.

Il y a 4 semaines qu'a débuté l'exécution du plan national de régularisation. Et la coordination officielle affirme avoir détecté  des difficultés techniques, particulièrement du côté de la communauté haïtienne, par faute de documents  originaux, a-t-elle dit..

Cependant, le corps diplomatique et consulaire haïtiens  ne sauraient pas apparemment que le plan ait été lancé, en raison du fait qu'aucune mesure n'aurait été adoptée en faveur des Haïtiens


La presse dominicaine a mis accent sur le fait que la délégation haitienne qui a déposé le document à l'ambassade n'aurait pas été recue personnellement par l´ambassadeur haitien.

Nouvelles du 26 juin 2014

A Washington, le président Martelly demande et reçoit  la promesse de Miguel Insulza d'envoyer une mission électorale en Haïti, mais à Port-au-Prince les accusations se multiplient autour de la volonté du gouvernement de mettre en place un CEP partisan

Washington, le 26 juin 2014 – (AHP) - Le président Michel Martelly s’est entretenu mercredi avec le Secrétaire général de l’Organisation des États Américains José Miguel Insulza, au siège de l’organisation hémisphérique à Washington où il a été reçu dans le cadre d'un voyage officiel aux Etats-Unis.

Les deux hommes ont échangé notamment autour de l’organisation des prochaines élections en Haïti et des questions portant sur la migration entre Haïti et la République Dominicaine.

Le président Martelly a, à l'occasion, sollicité le déploiement d’une mission d’observation électorale de l’OEA dans le pays dans le cadre  du scrutin prévu en octobre et décembre prochain, au cours duquel l'ensemble des membres de la chambre des députés, 20 sénateurs et des autorités locales devraient être renouvelés.

Il a aussi réitéré sa volonté de mener à bien le processus électoral.

De son côté, le secrétaire général de l’OEA s’est engagé à fournir le soutien de l’organisation hémisphérique, annonçant le déploiement d’une mission préliminaire pour appuyer la tenue d’élections libres et équitables.

Cependant à Port-au-Prince, la situation ne parait pas aussi rose, puisque les principales formations politiques du pays continuent de réclamer la mise place d'un conseil electoral équilibré, capable d'inspirer confiance à tous les secteurs de la population.

Au sénat de la République également, de nombreuses voix s'élèvent pour dénoncer la volonté de l'Executif de contrôler de bout en bout l'appareil électoral

Et le refus du président du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), Arnel Alexis Joseph, de respecter un vote majoritaire pour le remplacement d'un des representants du Conseil  au CEP, Marie Carole Floréal Duclervil, est  une manifestation de cette volonté, le  président du CSPJ étant considéré comme une personnalité à la solde du chef de l'Etat.


Le sénateur Francisco De La Cruz, de l'OPL qui fut optimiste quant à l'avancement du processus électoral, a fait savoir jeudi  que  s’il y avait de la volonté politique, un seul coup de fil du chef de l'Etat, suffirait pour débloquer la situation au niveau du conseil supérieur du pouvoir judiciaire.

Il accuse le président du CSPJ, Me Arnel Alexis Joseph de responsabilité dans les retards enregistrés dans la formation du conseil électoral, en acceptant, a-t-il dit, de se faire l’esclave du président Michel Martelly.

Le sénateur accuse du coup le chef de l'Etat de n'avoir aucun interêt à  créer les conditions favorables à l’organisation des élections annoncées pour la fin de l'année.


L’élu du Plateau Central plaide en faveur du respect du vote majoritaire en faveur du remplacement d’un des représentants du CSPJ au CEP.

La société civile et les secteurs de droits humains aussi sont préoccupés

Le président du Conseil National Haïtien des Acteurs Non-Étatiques (CONHANE), Edouard Paultre,  s'est déclaré jeudi préoccupé par la lenteur qui caractérise le processus électoral, faisant remarquer que cette situation pourrait compromettre l`organisation des prochaines élections a la fin de cette année.

Pour Edouard Paultre, les  relations de proximité qui ont toujours existé entre le présidernt Martelly et  Me Arnel Alexis Joseph expliquen éloquemment  la position de ce dernier.

Le Directeur Exécutif de l`Initiative de la Société civile (ISC), Rony Desroches,  demande pour sa part au Président du CSPJ de respecter les normes fixées par la loi organique du Conseil, accusant du même coup  l`exécutif de vouloir renforcer sa mainmise sur le CEP.

M. Desroches dit souhaiter que les membres du CSPJ puissent adopter une résolution en vue de débloquer la situation au cours de la réunion prévue pour ce vendredi.


Le président  de la commision finance de la chambre basse affirme que plus de 1 million de personnes ont déjà été frappées par le chikungunya: plusieurs personnes interrrogées dans le cadre d'un micro-trottoir exigent que le montant consacré au Carnaval des fleurs soit mis au service de la lutte contre la maladie

Port-au-Prince, le 26 juin 2014 – (AHP) - Après le président de la commission Santé du Sénat, le Dr Wesner Polycarpe, c’est au tour de son homologue de la chambre basse, le Dr Sinal Bertrand, de mettre en doute les chiffres avancés par les autorités sanitaires haïtiennes sur l’ampleur de l’épidémie de chikungunya qui frappe le pays depuis plus de deux mois.

La semaine dernière, le sénateur Polycarpe avait démenti les informations des responsables du MSPP selon lesquelles seules 39 mille personnes  avaient été  frappées par l’épidémie.

Depuis l’enregistrement des premiers cas, on peut dire qu’il y a  plus d’un million de personnes à avoir été touchées, avait déclaré le parlementaire.

Pour son collègue de la chambre basse, il est même impossible de dire le nombre de citoyens qui sont affectés par l’épidémie de chikungunya, la grande majorité des personnes atteintes  préférant   se soigner à domicile par l’automédication du paracétamol, fortement recommandé par les autorités sanitaires.

Pour Sinal Bertrand, le nombre de personnes touchées dépasse le million.

On peut avoir une estimation mais jamais un bilan exact, a dit le parlementaire qui appelle les autorités sanitaires à continuer leur campagne de sensibilisation et d’information auprès de la population en vue notamment de réduire la progression de l’épidémie.

Pour beaucoup de citoyens interrogés dans le cadre d'un micro-trottoir, si le chikungunya devait tuer , plus d'un million de personnes auraient déjà été decimées. Toutefois,  si la maladie ne tue pas , tous ceux qui en ont été frappés  en sortent diminués, avec de graves séquelles.

D'autres personnes estiment que le Ministère de la santé qui ne dispose peut-être pas de dufisamment de moyens, a fait peu pour combattre le chikungunya, comparativement au branle-bas constaté dans les antilles et en Republique dominicaine voisine dans le cadre de la lutte tous azimuts contre la maladie.

Des personnes interrogées ont même suggeré à la ministre de la santé de conseiller au chef de lEtat de consacrer le montant affecté au carnaval des fleurs-peu utile- , à la lutte contre le chikungunya,  si l'on veut vraiment avoir des hommes et des femmes entiers physiquement et non des hommes  et des femmes avec des douleurs dans tout le corps.

De plus, beaucoup d'économistes haïtiens sont unanimes à reconnaitre que le chikungunya est en train d'asséner un coup dur à l'economie  déjà anémiée d'Haiti.

Les policiers qui avaient agressé le sénateur Moïse Jean-Charles à Gressier et à l’Arcahaie, sanctionnés, selon le porte-parole de l’IGPNH, l’inspecteur Marc Wilckens Jean

Port-au-Prince, le 26 juin 2014 – (AHP) – Les policiers qui avaient agressé le sénateur Moïse Jean-Charles à Gressier et à l’entrée de la prison civile de l’Arcahaie respectivement, les 8 et 30 mai derniers ont été sanctionnés par l’inspection générale de la PNH.

C’est du moins ce qu’a indiqué jeudi, le porte-parole de l’IGPNH, l’inspecteur Marc Wilckens Jean, lors de la présentation du bilan des activités de cette structure pour le mois de juin.

S’agissant des incidents enregistrés à la cité du drapeau, Arcahaie, l’enquête a été facile, nous n’avions pas eu besoin de faire une enquête de terrain car les images parlent d’elles-mêmes, a indiqué l’inspecteur Jean qui affirme que les agents ainsi que le responsable du centre carcéral, ont été auditionnés.

Dans les deux cas, Arcahaie et Gressier, les agents reconnus fautifs ont écopé d’une suspension sans solde de 40 jours à 3 mois, a ajouté Marc Wilckens Jean.

Pour ce qui est de l’enquête sur les incidents enregistrés le 17 mai dernier à Port-au-Prince lors de l’arrestation du militant politique de l’opposition, Rony Timothée qui affirme avoir  subi des brutalités policières, le dossier est toujours en cours, a dit le porte-parole de l’IGPNH qui invite, par voie de presse, le militant à venir témoigner pour le bien de l’enquête.


IGPN/Bilan juin: 42 dossiers d’enquête traités et acheminés à la direction générale pour les suites nécessaires; 19 recommandations de renvoi de policiers ont également  éte faites

Port-au-Prince, le 26 juin 2014 AHP) - L’inspection générale de la police nationale informe avoir traité et acheminé, pendant le mois de juin, 42 dossiers d’enquête à la direction générale pour les suites nécessaires.

Le porte-parole de l’IGPNH, l’inspecteur Marc Wilkens Jean, a fait savoir que l’Inspection générale de la police nationale a reçu une trentaine de plaintes pour assassinat, abus de confiance, coups et blessures, menaces de mort et tentative d’assassinat notamment.

Pource qui est de la PNH, 19 recommandations de renvoi ont été faites dont 15 pour abandon de poste, affirme le porte-parole qui précise que pour un ensemble de dossiers, il s’agit d’agents qui se sont rendus coupables d'homicides,trafic de stupéfiants voies de faits, .

4 dossiers ont été acheminés au Parquet de Port-au-Prince et 12 autres classés sans suite, a précisé l’inspecteur Jean qui  a renouvelé la volonté de l’inspection générale de continuer à travailler à la professionnalisation de la PNH  présentée  comme une police respectueuse des droits humains et qui remplit sa mission dans le cadre de la loi.

Par ailleurs, l’IGPNH a aussi effectué durant le mois de juin, une tournée d’inspection dans le département du nord-ouest en vue notamment de s’enquérir des conditions de travail des policiers et évaluer leurs activités.

Durant cette tournée, 10 commissariats et 3 sous-commissariats ont été visités, informe Marc Wilkens Jean, porte-parole de l’IGPNH qui se félicite que la police du nord-ouest jouisse, a-t-il dit, d’une réputation relativement bonne notamment auprès de la population. Il fait aussi état de bonnes relations entre les agents de la PNH et les membres de l’appareil judiciaire.

Comme pour les autres départements, la police du nord-ouest fait face à un problème d’effectif, a reconnu l’inspecteur Jean, faisant savoir que la population locale s’était plainte auprès des inspecteurs d’une recrudescence de l’insécurité dans la région.

Des recommandations ont été faites aux responsables des commissariats et sous-commissariats en vue d’y faire face, a-t-il ajouté.


Séminaire sur le leadership et le travail en équipe organisé dans un hôtel de Pétion-Ville, en partenariat avec le MIT University, à l'iitiative du premier ministre Lamothe.

Port-au-Prince, le 26 juin 2014 – (AHP) - Une cinquantaine de ministres, secrétaires d’Etat et directeurs généraux participent à un séminaire sur le leadership et le travail en équipe organisé du 26 au 28 juin dans un hôtel de Pétion-Ville, en partenariat avec le MIT University.

Il s’agit, selon le premier ministre Laurent Lamothe qui intervenait ce mercredi au lancement du séminaire, d’une initiative qui vise à permettre aux hauts responsables de l’administration publique, de contourner les difficultés rencontrées pour servir plus efficacement la population.

Les citoyens sont dans l’attente de résultats alors que les moyens notamment financiers, qui sont à la disposition du gouvernement sont très limités, a reconnu M. Lamothe.

"Pour réussir, nous devons chaque jour innover", a-t-il ajouté.


Le chef de cabinet du premier ministre a reconnu lui aussi que, dans l’exécution du plan d’action du gouvernement, les fonctionnaires font face à de nombreux défis et des difficultés en raison notamment  de l’insuffisance de ressources financières.

Ce séminaire, a dit  Michel Pierre Brunache, devrait leur permettre d’innover pour mieux servir la population.

Pour sa part, Michel Degraff, professeur de linguistiques au Massachussetts Institut Of Technology, l’une des plus grandes universités du monde, informe que cette série de formations à l’intention des cadres du gouvernement et de l’administration est organisée à la demande du premier ministre Laurent Lamothe.

Journée internationale de lutte contre la drogue:  forum de discussions à Port-au-Prince autour du thème : « Lutte contre la drogue, quelle législation

Port-au-Prince, le 26 juin 2014 – (AHP) - Le bureau de coordination de la commission nationale de lutte contre le trafic de la drogue a organisé jeudi, à l’occasion de la journée internationale de lutte contre la drogue un forum de discussion autour du thème : « Lutte contre la drogue, quelle législation ? ».

L’occasion pour le vice-président de la CONALD, Me Jean Renel Sanon, également ministre de la justice et de la sécurité publique, de réaffirmer la volonté du gouvernement de combattre le trafic et les trafiquants.

Il a fait état du renforcement des structures de contrôle qui, s’est-il félicité, réduit considérablement les marges de manœuvre des trafiquants.

Toutefois, il souligne que, depuis le tremblement de terre de janvier 2010, de nouvelles substances de drogue synthétique sont entrées dans le pays. Rien qu’en 2013,  nos agents ont saisi 1787 kilogrammes de marijuana contre 299 en 2010, a reconnu Me Sanon.
Le président du Sénat Dieuseul Simon Desras affirme se réjouir de sa participation à ce forum qui vise à produire un document de référence devant servir à l’élaboration d’une stratégie et d’une législation nationale adaptées à la réalité.

Cela, a-t-il dit, devrait permettre à l’Etat de combattre plus efficacement le trafic de la drogue, tout en réduisant l’offre et la demande de ce produit.

Il s’est également félicité que son assemblée ait voté un projet de loi interdisant la vente de l’alcool aux mineurs et la conduite en état de sobriété.


Incidents mercredi   à la chambre basse entre le ministre Phélito Doran et le député Arnel Bélizaire: un montant de 200.000 gourdes serait à la base d'un conflit entre les deux hommes

Port-au-Prince, le mercredi 26 juin 2014.- (AHP)-  Le Ministre chargé des relations entre l'Exécutif et le Parlement, Phélito Doran, a accusé jeudi le  député de Delmas/Tabarre, Arnel Bélizaire de l'avoir agressé la veille lors d'une séance à la chambre basse.

Il a fait savoir que  le député l'a bousculé et lui a fait des menaces de mort, tout en affirmant qu'il était armé.

De son côté, le député Bélizaire a  démenti avoir agressé le ministre. "Je lui ai seulement demandé de quitter la salle des séances pour discuter d'un mportant dossier avec lui, ce qu'il a refusé de faire.

Arnel Bélizaire a accusé le ministre Doran d'avoir bloqué un montant de 200.000 gourdes qui avait éte affecté à chaque  deputé, pour organiser des activités lors du dernier carnaval, mais qu'il n'aurait pas reçu.

Phélito Doran affirme n'en rien savoir, expliquant qu'à l'époque, il n'était pas ministre ni comptable des deniers publics.


"Le Gouvernement condamne énergiquement l’agression de son ministre Phélito Doran par le député Arnel Bélizaire

Port-au-Prince, le mercredi 25 juin 2014.- Le Gouvernement de la République dénonce et condamne énergiquement l’agression sauvage du ministre Phélito Doran, en pleine séance, à la Chambre des députés, par le député Arnel Bélizaire.
Le Gouvernement dénonce du même coup les menaces de mort proférées par l’élu de Delmas/Tabarre à l’encontre du ministre Doran.
Le Gouvernement tient à rappeler que le député Bélizaire est un multi récidiviste qui, à plusieurs reprises, a eu des comportements contraires à la dignité d’un parlementaire violant systématiquement les lois de la République. Citons quelques exemples :
1 - agression à l’Office des postes ;
2 – passage en force d’un barrage de la douane ;
3 – action armée de commando pour soustraire à la justice un prévenu au Parquet du tribunal de première instance ;
4 – usage d’arme de guerre dans des manifestations de rue ;
5 – action armée au niveau de l’Office national d’assurance vieillesse (ONA).
Le Gouvernement tient à souligner que l’immunité ne couvre pas les infractions de droit commun commises par un parlementaire. Immunité ne signifie pas impunité. C’est pourquoi, le Gouvernement de la République demande à la Chambre des députés de se pencher, toute affaire cessante, sur les demandes de levée d’immunité produite par la justice à la Chambre des députés.
Bureau de communication
de la Primature"
,
.Le secrétaire général de l'OEA, José Miguel Insulza a présenté jeudi au président Michel Martelly un plan d’action visant à appuyer le gouvernement dans ses efforts visant à fournir des documents d’identification aux Haïtiens sans papiers vivant en République Dominicaine.

Ce plan d’action a été élaboré à la demande du président dominicain Danilo Medina récemment félicité par le président haïtien pour sa loi dite de naturalisation. Une position condamnée par le Collectif 4 décembre et des organisations de droits humains dans une lettre conjointe au chef de l'Etat.

Nouvelles du 25 juin 2014

Le gouvernement haïtien présente son rapport 2013 sur les objectifs du millénaire pour le développement: le premier ministre Laurent Lamothe decerne un grand satisfecit à l'équipe gouvernementale


Port-au-Prince, le 25 juin 2014 – (AHP) -  Le gouvernement haïtien a présenté ce mercredi son rapport 2013 sur les objectifs du millénaire pour le développement.

Un exercice qui visait, selon le secrétaire d’Etat à la coopération externe, Robert Labrousse, à montrer les progrès qui ont été réalisés et mettre l’accent sur les efforts à faire en vue d’offrir un meilleur cadre de vie aux citoyens haïtien.

M. Labrousse a indiqué qu’en dépit de la vulnérabilité du pays par rapport aux catastrophes naturelles, les autorités ont consenti de nombreux efforts pour s’attaquer à la problématique de l’extrême pauvreté dans toutes ses dimensions, notamment pour ce qui est du manque de revenus, de la faim, des inégalités entre les sexes et de l’absence des services sociaux de base.

Le premier ministre Laurent Lamothe, également ministre de la planification et de la coopération externe, a décerné à l’équipe gouvernementale un satisfécit pour les efforts accomplis en vue, a-t-il dit, d’améliorer les conditions de vie de la population  notamment des personnes les plus vulnérables.

Il a cité entre autres les mères les plus pauvres, les enfants les plus démunis et les habitants des quartiers les plus précaires.

Laurent Lamothe a présenté le PUSGO comme l’un des programmes les plus ambitieux du pays, qui permet, a-ty-il dit,  à plus d’1.3 million d’enfants de recevoir gratuitement le pain de l’instruction à travers  10 700 écoles reparties sur l’ensemble du territoire.

7 milliards de gourdes sont engagées cette année dans le plan d’action pour la réduction de l’extrême pauvreté, a pour sa part indiqué la ministre chargée de la lutte contre la pauvreté extrême, Marie Carmelle Rose-Anne Auguste qui souligne que pour les deux prochaines années, ce montant devraient passer à 13 milliards de gourdes.

Dès l’entrée en fonction du premier ministre Laurent Lamothe, le gouvernement a affiché ses velléités de combattre l’extrême pauvreté en Haïti, a affirmé madame Auguste qui laisse croire que la proportion de la population vivant dans l’extrême pauvreté est passée de 31% en 2001 à 24% en 2013.

L’Etat des lieux des OMD nous montre les progrès accomplis et les efforts qu’il reste à faire, a pour sa part indiqué la directrice principale du programme des nations unies pour le développement en Haïti, Sophie de Caen.

Elle fait remarquer qu’Haïti est l’un des pays à avoir reçu le plus d’aide publique au développement, soulignant toutefois qu’en 2013, l’insécurité alimentaire s’élevait à 30% dans le pays.

Nous devons travailler davantage pour garantir des emplois productifs, sécurisés et décents en vue d’améliorer les conditions de ceux qui aspirent à un meilleur avenir, a-t-elle indiqué.


Haïti/élections: toujours l'imbroglio: les chances d'avoir des élections en 2014 s'amenuisent, l'opposition continue de réclamer un CEP crédible et digne de confiance

Port-au-Prince, le 25 juin 2014 – (AHP) - Le consortium national des partis politiques a demandé mercredi  au CEP de ne pas fermer le registre d’inscription des partis et regroupements de partis politiques désireux de prendre part aux prochaines élections.

En principe, c’est ce mercredi 25 juin 2014 qu’expire  le délai qui leur a été accordé pour se manifester mais un groupe de 6 partis dont Fanmi Lavalas, Fusion, INITE, MOPOD et KONTRA PEP LA ont fait savoir qu’ils n’entendent se plier à aucun ultimatum d’un CEP dont ils contestent d’ailleurs la légitimité.

"Nous n’allons pas nous faire inscrire tant que le CEP ne sera pas au complet et la loi électorale votée au parlement, a indiqué Dieudonne Saincy, porte-parole de la plateforme INITE qui met en garde ceux qui pensent que les élections peuvent être organisées sans ces organisations de l’opposition.

Le président du consortium (pro-gouvernemental), Jeantel Joseph, dit croire que le CEP devrait au moins prolonger le processus d’inscription jusqu’à l’installation des conseillers qui n’ont pas encore prêté serment.

Il demande au pouvoir judiciaire de jouer sa partition pour débloquer la situation.


M Joseph dont l’organisation est inscrite au CEP dans la perspective de sa participation  aux prochaines joutes électorales, annonce la tenue ce vendredi 27 juin au palais de l’Art de son premier "grand rassemblement" en vue notamment de présenter quelques-uns de ses candidats.

Le vice-président du Sénat Andrice Riché appelle pour sa part le pouvoir judiciaire à procéder à la désignation de son nouveau représentant au Cep en vue de débloquer la situation.

Le parlementaire qui propose M Henri Bazin au poste de conseiller électoral soutient qu’il est impératif que les élections aient lieu cette année pour éviter que le  pays de sombrer ne sombre dans une crise plus profonde.

Il appelle également les partis de l’opposition dont Fanmi Lavalas, Fusion et MOPOD à se regrouper pour déjouer toute tentative de fraudes électorales.


Il faut la participation effective de toutes les forces politiques aux prochaines élections, soutient l’élu de la Grande-Anse.

Situation tendue mercredi dans la region de Martissant: des affrontements entre bandes rivales ont paralysé les activités

Port-au-Prince, le 25 juin 2014 (AHP) – La situation était très tendue ce mercredi matin à Martissant. De la 1ère à la 5e avenue, des rafales d’armes automatiques ont réveillé les habitants et des barricades de pneus enflammés  ont été érigées au petit matin.

Selon le député de la 3e circonscription de Port-au-Prince, Nzou Naya Bellange Jean-Baptiste, cette situation qui, dit-il, persiste depuis plusieurs semaines, est le fait d’affrontements entre groupes rivaux et elle se serait empirée ces derniers jours.

Mercredi matin, les citoyens ont n’ont pu vaquer librement à leurs occupations et plusieurs candidats aux examens de la 9e année fondamentale n’ont pas été en mesure de se rendre dans leurs centres d’examens, a-t-il déploré.

Nzou Naya Bellange Jean-Baptiste appelle les forces de l’ordre à redoubler d’efforts en vue d’assurer la sécurité des habitants de la circonscription auxquels il conseille également d’être prudents.


Nouvelles du 24 juin 2014

Le MSPP boucle la première phase de la reconstruction de l’hôpital de l’Université d’Etat d’Haïti lors d'une cérémonie en présence de la première dame et des ambassadeurs des Etats-Unis et de France

Port-au-Prince, le 24 juin 2014 – (AHP) - Le Ministère de la Santé publique et de la population vient de boucler la première phase de la reconstruction de l’hôpital de l’Université d’Etat d’Haïti (HUEH) détruit lors du tremblement de terre de de janvier 2010.

Une phase qui consistait en l’aménagement de l’hôpital de transition grâce à la réhabilitation temporaire et la construction de bâtiments provisoires.


Désormais, les malades et les bureaux de l’HUEH ont été relogés à l’hôpital de transition situé au local du MSPP à la Rue Saint-Honoré. Les travaux de reconstruction se poursuivent sur l’ancien site de l’HUEH.

C’est le gouvernement haïtien qui, avec 32.3 millions de dollars, constitue le plus grand contributeur du financement de ces travaux dont le cout total s’élève à 83.2 millions. Les gouvernements français et américains ont chacun apporté 25 millions de dollars.

Le nouvel HUEH sera un hôpital de référence de niveau 3 d’une capacité de 534 lits et construit selon les normes parasismiques sur 5.7 hectares, informe Michael de Landsher, directeur exécutif de l’UTE.

La première dame Sophia Martelly ainsi que les ambassadeurs des Etats-Unis et de France se trouvaient sur les lieux  pour s'enquérir de l`état d`avancement des travaux,

La ministre de la santé publique et de la population, Florence Duperval Guillaume estime qu'avec cette visite, les autorités sanitaires haïtiennes ont voulu montrer aux bailleurs de fonds- les gouvernements haïtien, français et américain-, l’évolution des travaux qui sont en train d’être réalisés dans le cadre de la reconstruction de l’HUEH.

Pour sa part, Sophia Martelly a reconnu que les travaux devraient prendre du temps car l’HUEH continue de fonctionner parallèlement. Elle affirme se réjouir de la qualité du travail qui est en train d’être fait.

Le gouvernement haïtien et la délégation de l’UE en Haïti lancent  un nouveau programme d’appui budgétaire de 6.9 milliards de gourdes

Port-au-Prince, le 24 juin 2014 – (AHP) - Le gouvernement haïtien et la délégation de l’Union Européenne en Haïti ont lancé mardi un nouveau programme d’appui budgétaire d’une valeur de 112 millions d’euros soit 6.9 milliards de gourdes devant être octroyés sur une période de 3 ans.

Le programme d’appui de l’UE permet à l’Etat haïtien de réaliser des investissements en vue de mieux exercer ses fonctions et fournir des services de base à la population. Elle aide aussi le pays à réduire sa dépendance à l’aide de l’extérieur.

Le premier ministre Laurent Lamothe informe qu’une première tranche de 34 millions d’euros sera sous peu décaissée en faveur du gouvernement et sera notamment utilisée en vue du renforcement et de la réforme de l’Etat.

Il ne peut y avoir de progrès sans une administration forte, a dit le chef du gouvernement qui se réjouit de l’appui de l’union européenne, soulignant que les fonds seront utilisés dans des projets répondant aux priorités définies par les autorités haïtiennes.

Le directeur général de la coopération de l’Union européenne en Haïti, Fernando Frutuoso de Melo,  a présenté l’UE comme un partenaire fiable pour le gouvernement haïtien.

Ce nouveau programme d’appui va permettre, a-t-il dit, de soutenir les réformes ambitieuses engagées par l’administration du président Martelly dans les domaines des finances publiques, de l’administration publique et de l’éducation.

Des réformes qui sont essentielles, a-t-il dit, pour accroitre l’efficacité de l’Etat et consolider sa capacité à mieux servir la population.


.L'office National d'Identification informeque la fermeture de la liste électorale définitive est prévue le 26 juillet prochain et annonce une série de dispositions visant a renforcer la capacité de production de l`institution afin de permettre a plus de citoyens en âge de voter de pouvoir s`inscrire avant l`expiration de ce délai. Des unités mobiles d`enregistrement seront déployés a travers le pays, a fait savoir Jean Baptiste St-Cyr -directeur général de l'ONI.


.Le CSPJ devrait se réunir demain mercredi afin de se pencher sur la représentation du pouvoir judiciaire au Conseil Électoral Provisoire,  plus précisément sur le remplacement de Marie Floréale Duclervil, décidée par une majorité de conseillers, lors d'un vote le 11 juin dernier.

.Élection ce mardi a l`Institut National d`Administration, de Gestion des Hautes Études Internationales pour renouveler le conseil décanal. 3000 étudiants, 150 membres du personnels, et 100 professeurs ont voté pour élire ce nouveau conseil qui devrait amener un apaisement de la situation au sein de cette entité  qui tente de reprendre son fonctionnement après plus de 6 mois de paralysie des activités académiques.

Première journée  mardi des examens officiels pour les élèves de la 9e année fondamentale dans les dix départements du pays. Les 195 000 candidats ont subi les épreuves de communication française et sciences expérimentales. Les avis sont partagés entre des élèves interrogés par Radio Solidarité  sur le profil des examens.


Lettre ouverte du Collectif 4 Décembre au  président Michel Martelly autour du dossier de la dénationalisation, lettre paraphée par d'autres  organisations de la Société civile

 
Son Excellence Monsieur Michel Joseph Martelly
Président de la République d’Haïti
Port-au-Prince, Haiti
 
 
Monsieur le Président,
 
Le Collectif du 4 Décembre 2013 et les organismes signataires de la présente sont vivement préoccupés par la nouvelle loi dominicaine 169/14, portant sur un « régime spécial » et la naturalisation. Cette nouvelle loi adoptée par le congrès et promulguée par le gouvernement dominicain respectivement les 22 et 23 mai 2014, en réalité, n’apporte pas de réponses pertinentes aux graves violations de droits humains
causées par la décision raciste, inhumaine et dégradante du 23 septembre 2013 de la
Cour Constitutionnelle dominicaine (Arrêt TC 168/13).
 
Cette préoccupation du Collectif du 4 Décembre et des organismes partis à la présente lettre, devient encore plus accrue lors du constat que le président de la République d’Haiti, S.E.M. Michel Joseph Martelly, donne ouvertement dans les médias dominicains un satisfecit à son homologue dominicain par rapport à la nouvelle loi dominicaine 169/14, tout en tenant des propos très élogieux à l’endroit du président et du gouvernement dominicains. 
 
Faut-il vous rappeler que cette nouvelle loi n’est rien d’autre qu’un mécanisme cynique d’application de l’Arrêt raciste TC 168/13 ? Cette nouvelle loi s’inscrit dans la droite ligne de la politique nazie et remet en cause le fondement même de la Charte des Nations Unies dans laquelle les États membres non seulement proclament, au nom de toute l’humanité, leur foi dans le respect de la dignité humaine et des droits humains pour tous sans considération aucune (préambule de la Charte) mais encore s’engagent à agir tant conjointement que séparément en vue de favoriser leur jouissance pleine et effective pour tous (articles 55 et 56). 
 
Pour rappel.- Dans ses deux premiers considérants, la loi dominicaine 169/14 consacre, sans équivoque, et ce de manière expresse, l’Arrêt honteux du 23 septembre 2013, tout en précisant que les décisions de la Cour constitutionnelle, incluant l'Arrêt TC 168/13, sont définitives, irrévocables et s’imposent aux organes de l’État.
 
De plus, en instituant un « régime spécial », cette loi fait un distinguo entre les personnes nées de parents étrangers non-résidents sur le territoire dominicain et qui sont inscrites de façon irrégulière dans le registre civil, d’une part et celles nées de parents étrangers non-résidents sur le territoire dominicain mais qui ne sont pasinscrites dans le registre civil entre 1929 et 18 avril 2007, d’autre part.
 
-- La première catégorie de personnes, aux termes de cette nouvelle loi, devrait se voir restituer la nationalité dominicaine puisque la nationalité dominicaine d’origine doit leur être reconnue automatiquement. Pourtant, toujours aux termes de cette même loi, ces personnes seront mises sous l’égide d’un régime spécial qui prête à équivoque. Ce régime est-il basé sur le Registre des étrangers? Sur la nationalité d’origine ou par naturalisation..? Et ainsi donc commence la ritournelle des dilatoires. 
 
Fait corroborant : la première dénationalisée qui s'était vue refuser le renouvellement de son passeport dominicain et empêcher de quitter le territoire dominicain, Mme Juliana Deguis Pierre, ne peut, à date, obtenir sa carte d’identité dominicaine malgré les démarches de ses avocats. Maintenant, elle doit se soumettre à une procédure spéciale selon le président de la Junte Centrale Dominicaine.
 
-- La deuxième catégorie, qui constitue la grande majorité, soit près de 200,000 personnes touchées par l’Arrêt du 23 septembre 2013 n’ont pas de documents, notamment l’acte de naissance, et ont un délai de 90 jours pour remplir les formalités d’application au Plan National de Régularisation d’Étrangers (PNRE) en vue de produire une demande de naturalisation.
 
Il ne fait aucun doute que les personnes de cette 2ème catégorie ne pourront pas remplir les formalités dans ce délai. Une réalité qui va certainement créer et consolider des milliers de cas d’apatridie. D’ailleurs, l’État dominicain refuse toujours de régulariser leur situation. De plus, les autorités dominicaines insistent et ne cessent de dire qu’il n’y aura aucune considération pour ceux qui n’appliquent pas à temps pour le PNRE. Ce ne sera donc que la pratique systématique, légitimée de la xénophobie et du racisme profond, échelonnée sur le temps.
 
C’est pourquoi, le Haut-Commissariat aux Droits de l’Homme de l’ONU, suite à la promulgation de la loi 169/14, se montrait déjà très inquiet face à cette nouvelle réalité très préoccupante qui annoncait déjà des jours très sombres. En effet, il s'agit de milliers de gens empêchés de jouir de leur droit à la nationalité, tous des gens qui ont automatiquement droit à la nationalité dominicaine, car non seulement ils sont nés sur le territoire dominicain (jus soli) mais ils y ont tissé leurs liens culturels, linguistiques et également contribué à l’émancipation économique de la République Dominicaine… (Nationalité effective).
 
Nous saluons toutes les organisations internationales des droits humains comme Amnesty International et Le Centre Robert F. Kennedy, qui ont sévèrement critiqué et dénoncé l’inefficacité de la loi Medina et ont prôné l’adoption d’une solution permettant le respect inconditionnel des droits fondamentaux des personnes.

Nous sommes consternés par le fait que le président de notre pays congratulait au cours de ce mois de juin son homologue dominicain Danilo Medina pour la promulgation de la loi 169-14 (ref. Le Nouvelliste no.39250 ).

Malgré les contestations
de cette nouvelle loi par la société civile haïtienne et des instances internationales, le président de la République d'Haïti, en marge d'une rencontre avec des investisseurs dominicains, vante la loi 169-14 dite Loi Medina et apporte son appui au processus lancé par son homologue dominicain.
 
Opprobre suprême ! répliquons-nous. 
 
Est-il nécessaire de rappeler que nous sommes concernés à double titre par ce drame humain qui se déroule en République dominicaine ? En premier lieu, à titre de membre fondateur des Nations Unies, Haïti a l'obligation d'agir conjointement ou séparément  pour la défense des droits humains; en second lieu, parce que la majorité des citoyens dominicains affectés par l'arrêt TC 168/13 est d'ascendance haïtienne.
 
Votre comportement dans ce dossier, Monsieur le Président de la République, suscite bien des interrogations  :
 
 Pourquoi le Président de la République approuve-t-il  la nouvelle loi 169-14 dont la pertinence, l’efficacité ou le bien-fondé ont déjà été remis en question par les autres pays et organismes respectueux des droits de l’Homme ?
 
 Le Président de la République sait-il que la Loi Medina n’est que l’application de l’ignoble arrêt TC 168-13 condamné par ces pays et organismes  ? Sait-il que cette loi ne bénéficie qu’à une partie (soit 10 à 12%, et encore selon un régime spécial très équivoque) des candidats à l’apatridie outrageante ?
 
 Le Président de la République mesure-t-il l’ampleur du génocide civil généré par l’Arrêt ? Est-il conscient que de par son appui à la Loi Medina, Haïti fait un manquement grave à ses obligations internationales de défense des droits humains fondamentaux ?
 
 Le Président de la République a-t-il choisi de privilégier les relations d'affaires avec la République dominicaine au détriment de la défense des droits humains fondamentaux des centaines de milliers de citoyens dominicains victimes de l'arrêt xénophobe 168-13, dont la grande majorité est d'ascendance haïtienne ? 
 
 En acceptant de servir de caution à la Loi Médina injuste et dégradante, comment le Président de la République peut-il encore prétendre défendre les intérêts de la nation haïtienne, les droits fondamentaux de la population haïtienne ou des citoyens haïtiens en difficulté à l'étranger ? La voix d'Haïti peut-elle encore être entendue sur la scène internationale en matière de défense des droits humains ? 
 
Votre comportement, Monsieur le Président, doit définitivement pousser chaque citoyen haitien, chaque citoyenne haitienne à se questionner sur le sentiment d’appartenance de ses dirigeants et sur l’avenir d’Haiti, notre  pays.
 
Face à cette réalité doublement préoccupante, le Collectif du 4 Décembre et les organosmes signataires lancent un vibrant appel à toute la société  civile haïtienne, au  Secteur Privé haitien, à la société civile internationale, aux institutions internationales et régionales garantes du respect des droits humains, aux pays qui ont toujours soutenu la cause de la dignité humaine, à tous les hommes et à toutes les femmes en
vue de continuer la lutte en faveur du respect des droits des milliers de dominicains visés par une politique rappelant celle du 3e Reich des Nazis sous couvert d’une nouvelle démarche migratoire.
 
De notre côté, nous autres citoyens haïtiens, nous  devons également prendre la décision et les dispositions nécessaires en vue de promouvoir une croissance inclusive, un développement social, susceptibles  de créer des conditions de vie acceptables pour l'ensemble de notre population de telle sorte qu'aucun fils de la terre
d'Haïti n'ait à subir une semblable avanie sur une terre étrangère.
 
NOUS SOMMES UN PEUPLE FIER ! 
Nous souhaiterions retrouver cette fierté chez nos dirigeants !!!!! 
 
NOUS SOMMES UN PEUPLE FIER DE PAR NOTRE HISTOIRE ET NOTRE
CULTURE !!!! 
 
Recevez, Monsieur le Président, nos meilleures salutations.
 
                                                                   
____________________
Jean-Robert ARGANT,   
Coordonnateur Général
 
______________                          __________________                        _________________
Gedeon JEAN,         Rosny DESROCHES                       Edouard PAULTRE,
CARDH                                       ISC                                                      CONHANE
 
 
_______________________        __________________                       _________________
Philippe JEAN THOMAS,        Pierre ESPERANCE,                       Sylvie W. BAJEUX
GARR                                           RNDDH                                           CEDH  
                                         CEDH


Nouvelles du 23 juin 2014

Le gouvernement presse le CSPJ d'accélérer le processus de confirmation ou de désignation de ses membres au CEP et demande dans le même temps au Sénat de voter les amendements à la loi électorale, mais volée de bois vert pour le president du  CSPJ

Port-au-Prince, le 23 juin 2014 – (AHP) - Le gouvernement haïtien a exhorté lundi le Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ) à accélérer le processus de confirmation ou de désignation de ses membres au conseil électoral provisoire.
 
La conseillère Carole Floréal Duclervil devrait, selon un vote de la majorité des membres du CSPJ le 11 juin dernier, céder sa place à une autre personnalité appelée à représenter le Conseil au CEP mais le président du pouvoir judiciaire, Me Anel Alexis Joseph, refuse d’entériner ce vote.
 
Me Pierre-Michel Brunache, porte-parole du chef du gouvernement Laurent Lamothe appelle le CSPJ à hâter le pas, mais a dans le même temps demande au Sénat de plancher sur le vote des amendements à la loi électorale.
 
Cela nous permettrait d’avancer de manière rapide vers l’organisation les élections (législatives, muniipales et locales) avant la fin de cette année, a dit M. Brunache, faisant savoir que 28 des 73 étapes devant aboutir à l’organisation du scrutin ont déjà été franchies.
 
Le porte-parole a indiqué qu'il reste encore du chemin à parcourir et le temps presse, disant craindre que la date du 26 octobre avancée pour le premier tour des législatives partielles ne puisse être respectée.

Des rumeurs de plus en plus persistantes laissent croire que l'Exécutif pourrait bientôt annoncer  le report des élections à l'année prochaine. Ce qui lui  permettrait d'annoncer la caducité du parlement et de diriger par décret
 
Pour ce qui est du financement du processus électoral, Me Brunache a indiqué qu’actuellement le CEP dispose de 24.6 millions de dollars sur un budget évalué à 34.6 millions. Le trésor public devrait verser 4 millions et le reste serait fourni par gouvernement canada, a indiqué Me Brunache.
 
Il a aussi informé que les autorités haïtiennes ont récemment versé au CEP la somme de 40 millions de gourdes qui, précise-t-il, n’est pas destinée aux opérations électorales, mais au fonctionnement administratif du conseil notamment pour le paiement des arriérés sur les loyers.
 
Ce qui porte à 100 millions de gourdes les fonds débloqués pour le démarrage du processus, a dit Me Brunache.
 
Plusieurs organisations de droits humains critiquent le président du CSPJ, Anel Alexis Joseph qui s’oppose à un vote de la majorité des juges allant dans le sens du remplacement de Carole Floréal Duclairvil au collège électoral provisoire.
 
Le directeur exécutif du Réseau National de Défense de Droits Humains, Pierre Espérance a déploré que le président du CSPJ ne se soit jamais montré, a-t-il dit, à la hauteur de sa mission préférant être la marionnette de l’Exécutif.
 
Plaidant en faveur de la poursuite du processus devant aboutir au choix du remplaçant de madame Duclervil au CEP, Pierre Espérance a aussi condamné l’attitude d'autres juges du CSPJ qui continuent d’appuyer Me Joseph dans ses dérives à la tête du pouvoir judiciaire.
 
De son côté, le secrétaire exécutif de la plateforme des organisations haïtiennes de droits humains, Anthonal Mortimé soutient que Me Joseph a montré qu’il n’a aucune notion de la démocratie et de l’Etat de droit.
 
"Par son attitude, il donne raison à ceux qui affirment que le CSPJ est vassalisé par le pouvoir exécutif", a indiqué Anthonal Mortimé qui réclame une fois de plus, la démission de Me Anel Alexis Joseph pour  libérer le CSPJ.

Mais pour beaucoup d'autres secteurs, la décision du  président du CSPJ de traîner des pieds avant  d'avaliser le vote du 11 juin  fait partie  de manoeuvres visant à decourager l'opposition,  particulièrement le groupe des 6 (sénateurs) dans ses démarches pour obtenir  le changement  de 3 des 7 membres du CEP actuellement en fonction.

Le CSPJ devrait se réunir a l`extraordinaire ce mercredi en vue de statuer sur les changement à opérer au niveau de sa représentation au CEP, a fait savoir Me Jaques Letang- représentant de la fédération des barreaux d`Haïti au conseil.

Assassinat Jean Dominique:  le gouvernement confirme avoir sollicité  l’extradition de Markenton Philippe : les organisations de droits humains se felicitent de cette action: Me Nweton Saint-Juste met en garde contre toute utilisation du dossier  à ds fins politiques
Port-au-Prince, le 23 juin 2014 – (AHP) – Depuis samedi, le nommé Markenton Philippe se trouve en Haïti, après  son extradition de l'Argentine où il avait fui après son évasion du pénitencier national. Il est accusé d’implication dans le double assassinat du PDG de radio Haïti Inter  Jean L. Dominique et du gardien de la station Jean-Claude Louissaint.
 
Ce lundi, le porte-parole de la premier ministre Laurent Lamothe,  Pierre Michel Brunache, a confirmé que c’est le gouvernement haïtien qui avait sollicité  l’extradition de M. Philippe dans le cadre de l’enquête sur le drame ,du  3 avril 2000
 
"Nous avions fait une demande formelle et le gouvernement argentin a répondu de manière positive, a dit Pierre Michel Brunache qui informe que cela fait partie de la collaboration qui existe entre les deux gouvernements.
 
Plusieurs organisations haïtiennes de droits humains saluent l’arrestation suivie de l’extradition samedi de Markenton Philippe.
 
Pour Anthonal Mortimé, secrétaire exécutif de la Plateforme des organisations haïtiennes de droits humains, il s’agit d’une bonne nouvelle.
 
Il a du coup sexprimé le souhait que des dispositions soient adoptées pour garantir la sécurité du prévenu qui, rappelle-t-il, s’est déjà évadé à deux reprises des prisons haïtiennes. Nul ne devrait faire obstruction à l’enquête, a ajouté M. Mortimé.
 
Pierre Espérance du Réseau National de Défense des Droits Humains qui se réjouit lui aussi de l’extradition de Markenton Philippe, s’est dit pour le moins sceptique quant à l’aboutissement du dossier.
 
Il a déploré que les gouvernements antérieurs n’aient jamais prouvé leur volonté de faire la lumière sur le double meurtre du 3 avril 2000.
 
Le militant de droits humains a  appelé les pays dits amis d’Haïti à procéder à l’extradition de tout citoyen haïtien vivant sur leur territoire et pour lequel la justice aurait des indices clairs quant à son implication dans le meurtre du journaliste et du gardien de sa station.

Quant à Me Newton Saint-Juste, tout en se félicitant de l'extradition de Markenton Philippe, il a mis en garde le gouvernement haitien contre toute utilisation du dossier à des fins politiques,   dans le cadre de la tenue des élections annnoncées pour le 26 octobre, ou pour detourner l'attention de la population de graves scandales de corruption.

La cour d’appel de Port-au-Prince ne n’est pas prononcé ce lundi sur le dossier relatif aux accusations de corruption contre des membres de la famille présidentielle

Port-au-Prince, le 23 juin 2014 – (AHP) - La cour d’appel de Port-au-Prince ne n’est pas prononcé ce lundi sur le dossier relatif aux accusations de corruption contre des membres de la famille présidentielle estimant que l’affaire n’est pas en mesure d’être entendue à l’audience de ce lundi.
 
Les juges devraient statuer sur l’appel des avocats de Sophia et d’Olivier Martelly suite à l’ordonnance du tribunal de première instance exigeant la comparution du premier ministre Laurent Lamothe et de plusieurs autres membres du gouvernement.
 
Me Eddy Darang, juge à la cour d’appel, a demandé à la partie diligente de se conformer à la loi.
 
Les avocats André Michel et Newton Saint-Juste qui défendent les frères Florestal qui avaient endossé la plainte contre les membres de la famille présidentielle saluent la décision du juge Darang estimant qu’il s’agit là d’un coup porté au clan Martelly.
 
C’est une bataille difficile mais nous sommes confiants que nous allons l’emporter, ont-ils dit.
 
Ils demandent aux juges de la cour d’appel de faire preuve de prudence pour ne pas subir le même sort que le juge Jean Serge Joseph, décédé, ont-ils dit, dans des circonstances troublantes .

Le président Michel Martelly lance le programme de stage des futurs leaders d’Haïti


Port-au-Prince, le 23 juin 2014 – (AHP) - Les autorités haïtiennes ont lancé officiellement ce lundi 23 juin 2014 le programme de stage des futurs leaders d’Haïti.
 
C’est le président Michel Martelly qui a présidé au palais nationale, la cérémonie déroulée en présence notamment de l’ambassadeur d’Haïti à Washington, Paul Altidor.
 
Ce dernier a indiqué que le programme vise à favoriser de nouveaux liens entre les Etats-Unis et Haïti, soulignant que les stagiaires ont été choisis sur la base de leur parcours académique.
 
Les stagiaires, membres de la classe Anténor Firmin, sont appelés, rappelle M. Altidor, à mettre leurs connaissances et leurs compétences au service de l’administration publique haïtienne.
 
7 jeunes haïtiens devront se rendre aux Etats-Unis pour travailler dans un premier temps à l’ambassade d’Haïti à Washington puis dans des dinstitutions internationales dont le FMI et la Banque Mondiale, alors que 6 ressortissants haïtiens vivant aux Etats-Unis devront intégrer des  institutions étatiques en Haïti, dans le cadre de ce programme d’échange.
 
Le président Michel Martelly affirme qu’il s’agit de jeunes préparés et disposés à servir leur pays et à contribuer au renforcement de l’administration publique.

..
.Dans une déclaration conjointe, des partis  et regroupements politiques de l`opposition dont  FANMI LAVALAS, INITE et FUSION dénoncent des <manœuvres déloyales de l`exécutif> en vue de renforcer sa main mise sur l`appareil électoral. Ces organisations continuent de réclamer la formation d`un CEP crédible et équilibré en vue de l`organisation des élections prévues cette année.

"COMMUNIQUÉ CONJOINT

Les partis et regroupements de partis politiques de l’opposition démocratique et de la résistance patriotique

Face à la crise politique créée par la mauvaise gouvernance qui a pour conséquence un déficit croissant de légitimité de l’administration Martelly/Lamothe soutenue par une fraction de la communauté internationale ;

Préoccupés par les manœuvres du pouvoir dans le traitement du dossier électoral, lesquelles menacent le bon fonctionnement des institutions démocratiques et la stabilité politique du pays ;

Convaincus de la nécessité pour les démocrates haïtiens d’utiliser tous les moyens pacifiques afin de contrecarrer le projet  antidémocratique du pouvoir en place ;

Ont décidé d’unir leur voix pour :
  1.  Réaffirmer leur attachement aux valeurs de la démocratie et de l’État de droit ;
  2.  Confirmer leur volonté de participer à des élections libres, honnêtes, démocratiques et souveraines pour le renouvellement des élus tant au niveau national que local, comme moyen de garantir une stabilité politique durable dans le pays ;
  3.  Dénoncer les manœuvres déloyales du pouvoir exécutif qui cherche par tous les moyens à renforcer sa main mise sur l’appareil électoral et la machine administrative ;
  4.  Rejeter la politique de violation systématique de la constitution et des lois  et ne pas accepter de telles violation comme un fait accompli indiscutable et irréversible ;
  5.  Démasquer les menées du Conseil Électoral Provisoire illégal et inconstitutionnel de sept (7) membres qui, sans attendre la fin du processus de constitution de l’institution et le vote des amendements indispensables de la loi électorale, tente de mettre en place un appareil électoral au service du pouvoir ;
  6.  Dire à la nation toute entière qu’ils n’entendent pas accepter et de fait n’acceptent aucun ultimatum ni aucune date butoir de la part de ce soi-disant Conseil Électoral Provisoire ;
  7.  Rappeler que la loi électorale du 27 novembre 2013 comporte plusieurs dispositions qui ne permettent pas de l’utiliser sans amendement pour l’organisation des élections pour les deux tiers du Sénat, la Chambre des Députés et l’ensemble des collectivités locales ;
  8.  Mettre en garde tous ceux, nationaux ou étrangers qui veulent maintenir notre pays dans une instabilité politique permanente et croient pouvoir commettre l’absurdité  d’organiser des élections dans le pays sans la participation des partis politiques représentatifs de l’opposition démocratique et de la résistance patriotique.

Port-au-Prince, le 22 juin 2014.

Signataires:
Jonas COFFY/Ayisyen Pou Ayiti
Joel VORBE/ Fanmi Lavalas
Rosemond PRADEL/Fusion
Levaillant LOUIS JEUNE/INITE
Rudolph PRUDENT/KONTRAPEPLA   
Jean André VICTOR/Regroupement politique MOPOD."

.Début ce  mardi des examens officiels pour les élèves de la 9e année fondamentale dans les 10 départements du pays. 195 000 candidats devraient participer à ces épreuves
.

Nouvelles du 18 juin 2014
Manifestation anti-gouvernementale annoncée pour ce jeudi à Port-au-Prince

 
Port-au-Prince, le 18 juin 2014 – (AHP)- Plusieurs organisations populaires de l’opposition dont la FOPARK et le MONOP maintiennent la  manifestation annoncée pour ce jeudi 19 juin en vue de continuer d’exiger le départ anticipé de l’équipe au pouvoir.

Le porte-parole de la Force patriotique pour le rspect de la Constitution (FOPARK) Rony Timothée, réclame également la libération, sans condition d'un groupe de militants considérés, par l'opposition, comme des prisonniers politiques et la formation d’un conseil électoral crédible pour organiser des élections générales avant la fin de l’année.
 
De son côté, le coordonnateur du MONOP, André Fadot, informe que la marche de ce jeudi  partira du Pont rouge pour ensuite longer l’autoroute de Delmas avant d'arriver à Pétion ville et redescendre sur la rue panaméricaine pour  prendre fin devant le mausolée du Perpétuel secours dans le quartier populaire  du Bel-Air.

pouvoir exécutif
Port-au-Prince, le 18 juin 2014 – (AHP)- Le sénateur  John Joel Joseph Joseph  s'est declaré mercredi persuadé que le  président du CSPJ est une marionnette aux mains du pouvoir exécutif.

Le parlementaire intervenait dans le cadre du conflit créé par le refus du président  du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire, Arnel Alexis Joseph,  de valider une décison prise à la majorité des membres du conseil , de remplacer un de ses  representants  au conseil electoral provisoire, Marie Cluny Dumay Miracle

Interrogé sur le choix de Max Mathurin comme représentant du parlement, le sénateur dit n'avoir aucune objection, mais il déplore  le procédé utilisé par le président Desras dans le cadre de ce choix.

Simon Dieuseul Desras est accusé d'avoir endossé cette décision seul avec le président de la chambre basse, en dehors de l'esprit de l'article 289 de la constitution qui prévoit que ce choix devrait être fait par des secteurs
de la societé

L'élu de l'ouest continue par ailleurs de réclamer la formation d'un conseil électoral conformément au vœu de la constitution.
 
Le sénateur Jean Baptiste Bien-aimé fustige lui aussi le comportement de Me Arnel Alexis Joseph qu'il accuse de faire le jeu de l'exécutif.

Le membre du groupe de 6 pose comme condition, la formation d'un conseil électoral dans l'esprit de l'article 289 de la constitution au vote des amendements a la loi électorale.

Le parlementaire exprime des doutes quant au  choix de Max Mathurin comme représentant du parlement car , ce dernier a été proposée par le président de la chambre basse Stevenson Jaques Timoléon, a dit jean batiste bien-aimé qui y voit la main de l'exécutif. .


le sénateur Jean Baptiste Bien-Aimé affirme par ailleurs que le groupe des  6 est en train de consulter ses alliés afin de savoir quel comportement adopter au sujet des travaux d’amendements de la loi electorale.


Le parlementaire appelle par ailleurs a la poursuite du dialogue entre les acteurs concernées trouver une issue à la crise politique.


Le notaire public Jean Henri Céant dénonce les démolitions aveugles au centre-ville de Port-au-Price et appelle les autorites à surseoir aux opérations pour pouvoir definir de meilleures stratégies

Port-au-Prince, le 18 juin 2014 – (AHP)-Le notaire public Jean Henri Céant a critiqué mercredi la façon dont le gouvernement a entamé la phase de démolition des maisons au centre ville de Port-au-Prince  dans le cadre du projet de  construction de la cité administrative.

Les expropriations sont realisé sur la base de declaration d'utilité pour la construction de ladite cité
 
Le notaire dont l'étude est engagée   dans le processus d'expropriation, affirme n'a voir rien à voir avec ce qui se passe actuellement dans le centre-ville.

Au contraire, il a dit croire que les autorités n'ont aucune raison de précipiter les operations de démolition, d'autant que la plupart des propriétaires dont les maisons ont été démolies, n'ont pas reçu d'indemnités .

Me Céant exhorte le gouvernement à surseoir a l'exécution des démolitions pour pouvoir définir de  meilleures stratégies.


Plusieurs organisations de droits humains ont dénoncé ce qu'elles appellent l'arbitraire des autorites qui auraient poussé de nombreuses familles à la rue, faisant aussi démolir des églises et  des écoles, sans croire devoir attendre la fin de l'année scolaire.

Cependant, les autorités qui rejettent les accusations portées contre elles, soutiennent agir en toute légalité dans le cadre de ce dossier , tout en promettant de
dédommager tous les proprietaires des maisons  démolies, moyennant la présenataion de pièces authentiques.

.Le sénateur Wetzner Polycarpe dénonce ce qu'il appelle les 4  mensonges de l'état haïtien dans la gestion de la fièvre CHIKUNGUNIA.

Le président de la commission santé du sénat estime que le MSSP cache le vrai bilan des personnes touchees par la maladie et appelle les autorités compétentes a  dire la vérité a la population pour mieux prendre en main la situation. 

Nouvelles du 17 juin 2014
Le CSPJ devrait bientôt se réunir pour finaliser le dossier  du remplacement  de Marie Carole Florestal Duclervil au CEP:  cela se fera même en l'absence du président du Conseil, selon l'un de ses membres

Port-au-Prince, le 17 juin 2014 – (AHP)- L'un des membres du Conseil supérieur du Pouvoir judiciaire (CSPJ), Me Jacques Letang, a informé mardi que  le Conseil prévoit de se réunir dans les prochains jours pour finaliser le dossier du remplacement de l'un de ses representants au  Conseil électoral provisoire,  Marie Carole Florestal Duclervil.

Lors d'un vote, le 11 juin dernier, 5 sur 7 des conseilers actuellement en fonction sur un effectif de 9, avaient voté en faveur du départ de Mme Duclervil.

Mais après avoir voté, le président du Conseil aurait fait savoir aux conseillers qu'ils devraient oublier les résultats du vote.

Me Letang, tout en condamnant une nouvelle fois le comportement du président du CSPJ, a fait savoir que ce dernier n'a ni le droit ni le pouvoir  de remettre en question une décision prise par la majorité du Conseil.

Il informe que les membres du CSPJ vont se réunir très bientôt pour finaliser le remplacement de Marie Carole  Florestal Duclervil, et cela même en l'absence  de Arnel Alexis Joseph accusé de vouloir plutôt le départ du conseiller électoral Léopold Berlanger, un autre représentant du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire.

"Le président du CSPJ n'est pas le CSPJ ", a-t-il lancé.


Le Conseil Haïtien des Acteurs Non Etatiques (CONHANE) a dénoncé également ce mardi la décision  du président du CSPJ.

Le responsable du CONHANE, Edouard Paultre, croit savoir que le président du CSPJ agit sous le diktat de l’exécutif qui selon lui, veut contrôler l’appareil électoral.

Edouard Paultre qui exprime son pessimisme quant à la tenue du premier tour des élections le 26 octobre prochain, appelle les autorités à trouver une entente afin que le scrutin ait lieu à la fin de l’année.

M. Paultre estime, par ailleurs, que les démarches entamées par le CEP dans le cadre du processus électoral sont inconstitutionnelles.

Le Conseil électoral incomplet a en effet déjà entre autres, élu un bureau et publié un calenrier électoral, bien que les amendements à la loi électorale n'aient pas encore éte votés au senat de la République.

 
 L’Initiative de la société civile (ISC) presse elle aussi  les différents acteurs de trouver un terrain d’entente pour  l’organisation des élections à la fin de l’année, afin d’éviter une crise encore plus profonde.

Le directeur exécutif de l’ISC Rony Desroches exhorte les sénateurs à  plancher, dans le plus bref délai, sur le vote de l’amendement à la loi électorale.

Il plaide en faveur  de la constitution complète du CEP, afin d’accélérer le processus électoral.

M. Desroches   se dit  par ailleurs favorable à l'arrivée de l’ancien conseiller Max Mathurin au conseil électoral. Il dit croire que l'expérience  de cet ancien président de de CEP sera utile aux nouveaux conseillers électoraux.

C'est en effet M. Mathurin qui devrait remplacer 
Marie Clunie Dumé Miracle  au Conseil électoral provisoire, une décison qui ne   correspondrait pas  à l'esprit de l'article  289 de la constitution qui prevoit que ce sont des institutions de la societé civile qui choissisent les membres d'un tel conseil , selon le secrétaire général de la FUSION des Sociaux-démocrates, Rosemond PRADEL.

Il qualifie de honteuse la décision unilatérale du président du CSPJ de s’opposer au vote de la majorité des membres dudit conseil.

Nouvel échec d'une séance au Sénat pour statuer sur les amendements à la loi électorale: le president du Grand Corps appelle  ses collègues à être proactifs et à assumer leurs responsabilités
Port-au-Prince, le 17 juin 2014 – (AHP) – La séance  prévue  mardi au Sénat de la République pour statuer sur la loi électorale n’a pu avoir lieu, faute de quorum.

Le président du Sénat, Simon Dieuseul Desras, a déplore l'absence de plusieurs de ses collègues et reporté la séance à ce mercredi.


"La tâche du parlementaire c’est d’abord de participer aux séances indépendamment du sujet à l’ordre du jour", a souligné le parlementaire.

Faisant savoir que les législatives,  municipales et locales doivent être organisées cette année, Simon Dieuseul Desras a demandé à ses collègues d’être proactifs et d’assumer leurs responsabilités pour ce qui est du vote de la loi électorale.

Le président du Sénat avait auparavant conditionné le vote des amendements à  la loi électorale au respect par le président du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), Me Arnel Alexis Joseph, du vote de la  majorité des conseillers en faveur du remplacement de Marie  Florestale Duclervil au Conseil électoral provisoire.


Cependant, le sénateur Moise Jean Charles s'est élevé contre la décision du président de son assemblée Simon Dieuseul Desras d'écrire  a l`exécutif pour confirmer le maintien de Me Néhémy Joseph au CEP et le remplacement de Marie Clunie Dumé Miracle par Max Mathurin.

Le parlementaire continue de réclamer la formation d`un conseil électoral conformément a l`esprit de l`article 289 de la constitution. Il dénonce dans le même temps le manque de volonté politique du pouvoir  d`organiser les élections cette année.

Elections: l'ONI affirme avoir renforcé ses capacités d’accueil, de traitement et de livraison, en vue de faire face à l’augmentation des demandes de cins

Port-au-Prince, le 17 juin 2014 – (AHP) – L’Office National d’Identification ONI informe avoir renforcé ses capacités d’accueil, de traitement et de livraison, en vue de faire face à l’augmentation des demandes de cartes d’identification nationale, qui sert aussi de carte d’électeurs à l’approche de la date retenue pour le premier tour des prochaines élections, soit le dimanche 26 octobre.

Nous avons augmenté nos personnels, formé de nouveaux opérateurs et agrandi notre flotte de véhicules, a dit Jean-Baptiste St-Cyr, directeur général de l’ONI qui donne la garantie que tout citoyen qui  sollicite sa carte d’électeur avant le 26 juillet pourront prendre part au scrutin.

Il a démenti les accusations selon lesquelles une firme mexicaine serait en train d’orchestrer des fraudes électorales à partir des données figurant sur les cartes d’électeurs. "Il s’agit d’une firme technologique qui nous fournit des équipements modernes, a-t-il dit.

Ils sont chaque jour très nombreux à affluer  vers les bureaux de l’ONI en vue de demander leur carte d’identification nationale, a indiqué Jean-Baptiste St-Cyr,.

Toutefois, si bon nombre d’entre eux affirment vouloir participer au scrutin annoncé pour la fin de cette année, d’autres font savoir qu’ils veulent avoir leur carte parque c’est une pièce exigée pour effectuer toutes sortes de transactions, notamment au niveau de l’administration publique.

Un nouveau bloc de parlementaires pro-gouvernementaux formé au Sénat de la République: son chef de file, le sénateur Wencesclas Lambert

Port-au-Prince, le 17 juin 2014 – (AHP) – Un nouveau bloc de parlementaires pro-gouvernementaux a été formé ce mardi au Sénat de la République.

Il s’agit du G5 et alliés formé de 5 sénateurs pro-gouvernementaux et est composé de Wencesclas Lambert, président, Lucas St-Vil vice-président ainsi que les membres Edwin Zenny, Dereks Pierre-Louis et Willy Jean-Baptiste.

Nous avons 5 sénateurs connus et 5 inconnus, a-t-il dit, préférant taire l’identité des autres membres du groupe.

Le sénateur Lambert, qui avait affirmé, il y a quelques mois, sa volonté de défendre par tous les moyens l’Exécutif au sein du Sénat, a indiqué que le G5 et alliés a pour objectif de soutenir le programme et les actions du gouvernement et tout ce qui ne met pas en péril le fonctionnement et l’existence des institutions républicaine.

Tous les membres du G5 et alliés sont des sénateurs convaincus qui croient en la politique de développement implémenté par le gouvernement, a –t-il ajouté.

Début des examens  de la 6e année fondamentale: des responsables de centres d’examens se sont félicités du bon déroulement dans l’ensemble, de la première journée

Port-au-Prince, le 17 juin 2014 – (AHP) – Début ce mardi 17 juin 2014, des examens officiels avec ceux  de la 6e année fondamentales.

Pour le premier jour, les candidats ont composé en communication française et sciences expérimentales.


Dans l’ensemble, la première journée s’est bien déroulée, ont indiqué des responsables de centres d’examens qui ont salué la décision du ministère de l’éducation nationale de suggérer le port de l’uniforme.

C’est une mesure qui permet aux candidats de se libérer du stress et de certains soucis, ont-ils dit, émettant le souhait que la prochaine journée se passe bien.

Des candidats se sont eux aussi déclarés satisfaits et confiants dans leurs chances de réussite.

Nous avions été évalués sur la base de ce que nous avons vu en classe tout au long de l’année, ont-ils dit, ajoutant que les examens ne peuvent pas être difficiles pour les candidats qui  ont pris le temps de bien se préparer.

D'autres par contre se sont plaints que des notions sur lesquelles ils ont été évalués, n`aient pas été abordées en classe, en raison  des jours de grèves observés par les enseignants au cours de l'année pour reclamer des augmentatons de salaires.

.Le parlement uruguayen aurait adopté  une résolution exigeant le retrait  immédiat des troupes de ce pays de la Minustah, à en croire  le sénateur Moise Jean Charles qui revient "satisfait" d'un voyage effectué dans ce pays du 8 au 13 juin .

Moise Jean Charles affirme avoir rencontré des officiels uruguayens autour de la situation en Haïti et discuté du retrait des troupes onusiennes.
 
.La coordination communale de Port-au-Prince  de l'OPL organise son 5ème congrès ce jeudi 19 juin sous le thème: ann mete men ansanm pou rebati eta nasyon an (conjuguons nos efforts pour rebâtir l'Etat-nation).

Nouvelles du
16 juin 2014
Le barreau de Port-au-Prince forme une commission pour vérifier la régularité de la procédure utilisée dans le cadre des expropriations et demolitions au centre-ville


Port-au-Prince, le 16 juin 2014 – (AHP)- Le barreau de Port-au-Prince informe avoir mis sur pied une commission chargée de vérifier la régularité de la procédure utilisée dans le cadre des expropriations qui ont conduit à la démolition de nombreuses bâtisses au Centre-ville.

C’est le secrétaire du conseil de l’ordre des avocats de Port-au-Prince, Me Stanley Gaston qui préside ladite commission qui comprend également les conseillers Pierre Marie Michel et Jean Th Lindor.

Ils ont un délai de 15 jours, à partir du 13 juin, pour produire leur rapport suivant les termes de référence, a indiqué le bâtonnier Carlos Hercules qui enjoint également le président de la république à prendre des dispositions pour suspendre les opérations de démolition le temps de contrôler la conformité de ces actes aux dispositions de la loi régissant l’expropriation, notamment celles de la loi de septembre 1979.

Me Hercules a indiqué que l’ensemble des institutions et personnes concernées par ce processus d’expropriation seront consultés de même que les victimes et les avocats ayant une expertise dans le domaine.

Se disant préoccupé par les informations selon lesquelles, sur plus de 400 propriétaires concernés, seuls 17 d’entre eux auraient été indemnisés, Me Hercules rappelle que les travaux d’intérêts publics n’ont de vertu que lorsqu’ils sont réalisées pour le bien-être de la collectivité et dans les forces et conditions exigées par la loi.

La commission devra également se pencher sur le dossier du pénitencier national qui se trouve dans la zone concernée par ce processus.

"Nous devons savoir le nombre exact de prisonniers qui se trouvent au pénitencier ainsi que les endroits qui ont été retenus pour les reloger, a dit Carlos Hercules.


 Le bâtonnier de l’ordre des avocats de Port-au-Prince dénonce la décision du president du CSPJ de bloquer les résultats d'un vote majoritaire: d'autres secteurs croient que  Arnel Alexis Joseph fait de la surenchère


Port-au-Prince, le 16 juin 2014 – (AHP) –
Le bâtonnier de l’ordre des avocats de Port-au-Prince  a  dénoncé lundi la décision  du président du conseil supérieur du pouvoir judiciaire Anel Alexis Joseph de bloquer le processus devant aboutir au remplacement d’un des membres du CSPJ au CEP.

5 des 7 membres du conseil electoral a 7 membres ont voté le 11 juin dernier le remplacement de Marie Carole Florestal Duclervil. Mais  ce dernier a prétendu pouvoir annuler le vote majoritaire

Une attitude suspecte et un comprtement arbitraire, a dit Me Hercules qui rappelle les relations de proximité qui existent entre l’Exécutif et le CSPJ. Pourquoi aujourd’hui le CSPJ a pris une position diamétralement opposée à celle de l’Exécutif, s’est-il interrogé se demandant si Me Joseph n’est pas un pion utilisé à dessein.


De fait, pour beaucoup de secteurs  la position de Anel Alexis Joseph participe de maneouvres pour porter les opposants qui exigent  le retrait de 3 des membres  du CEP à 7 membres  à ne lutter aujourd'hui que pour obtenir l'imposition du résultat du vote  majoritaire des conseillers du CSPJ, à savoir le remplacement de Marie Carole Florestal Duclervil.

la position  du president du CSPJ est egalement denoncée par de nombreuses autres autres instituions qui se disent persuadées qui croient que Anel Alexis Joseph fait du dilatoire et de la surenchère
.

Le dossier de corruption preesumée dans lequel des membres de la famille presidentielle sont accusés d'imlication reporté à huitaine

Port-au-Prince, le 16 juin 2014 – (AHP) – L’affaire opposant les frères, Enol et Josué, Florestal à des membres de la famille présidentielle, n’a pas été entendue, conrairement à ce qui avait  prévu, ce lundi à la cour d’appel.

Le dossier a été reporté à huitaine, informent les avocats des frères Florestal, André Michel et Newton Saint-Juste.

Ils se sont toutefois’interrogés sur les raisons ayant poussé le doyen du tribunal à redistribuer le dossier .

La cour doit d’abord statuer sur la capacité des avocats de la famille présidentielle à faire appel de la décision du juge Jean-Serge Joseph d’ordonner la comparution du premier ministre Laurent Lamothe et de plusieurs membres de son gouvernement à titre de témoins.

Enol Florestal est le  militant politique qui a endossé la plainte contre la famille présidentielle pour corruption présumée.

Dans la ligne de mire des avocats, Sophia et Olivier Martelly qui ont été nommés, ont-ils dit, à la tête de commissions présidentielles avec la possibilité de disposer de fonds publics.

Le juge Jean Serge Joseph avait ordonné leur comparution avant de décéder dans des conditions non encore élucidées, selon les avocats qui ont fait savoir.

qu'il aurait succombé aux pressions psychologiques du chef de l’Etat et du premier ministre qui, de leur côté, ont toujours nié avoir rencontré le juge avant son décès.

100 mille dollars US de dons de Taiwan face à la progression du chikungunya: les autorités sanitaires haïtiennes  reconnaissent le risque de propagation de la maladie pendant le carnaval des fleurs

Port-au-Prince, le 16 juin 2014- (AHP) – Le gouvernement haïtien informe avoir reçu de Taïwan un don de 100 mille dollars US dans le cadre de la lutte contre le Cikungunya en Haïti.

Il s’agit, selon l’ambassadeur de Taïwan, Hwang Tsai-Chui, d’un geste qui participe de la coopération bilatérale .

Le diplomate affirme que la situation est critique et c’est ce qui, a-t-il dit, a poussé son   pays à apporter son appui aux autorités haïtiennes.

De son côté, la ministre de la santé publique, Florence Duperval Guillaume, a affirmee que plusieurs activités seront organisées pour faire face à la progression de l’épidémie.

Des messages seront diffusés à travers les médias et dans les églises, a-t-elle dit, appelant la population à jouer sa partition pour stopper l’élan de la maladie.

La ministre Florence Duperval Guillaume a indiqué que plusieurs partenaires nationaux et internationaux ont déjà apporté leur soutien aux autorités sanitaires haïtiennes.

Elle a cité entre autres l’organisation Zanmi la Santé qui s’est engagée à couvrir en médicaments tout le département du centre en vue d’assurer la prise en charge des personnes infectées par la maladie et l’OPS/OMS a offert 3 millions de capsules d’acétaminophène 500 milligrammes, toujours dans le cadre de la lutte contre la maladie.
Les autorités sanitaires haïtiennes disent par ailleurs reconnaitre le risque de propagation du Chikungunya pendant le carnaval des fleurs prévu à la fin du mois de juillet au Champ-de-Mars, sans se prononcer sur l'opportunité ou non de maintenir ce 2ème carnaval pour l'anneee.

La titulaire du MSPP, Dr Florence Duperval Guillaume annonce plutôt une campagne de fumigation et d’assainissement en vue de réduire les risques, rappelant que déjà, lors du carnaval national aux Gonaïves, des mesures identiques ( pour d'autres épidémies) avaient été adoptées. 

. Les  examens  officiels  pour  l'année  académique  2013-2014  débutent ce mardi dans les 10 départements du pays. 299 227 candidats sont attendus aux épreuves de la  6eme année fondamentale, selon le MENFP.

. 13 morts et une dizaine de blessés dans un accident de la circulation  samedi dernier impliquant le véhicule du député de l`Estere Jules Lionel Anelus. Ce dernier  serait  dans  un  état stable
. Lancement ce lundi par la Unibank et le Journal Le nouvelliste de la 20eme édition de la foire "Livres en folie" qui  aura lieu les 19 et 20 juin au parc historique de la canne a sucre. 161 auteurs seront en signature pour environ 1800 ouvrages, selon Max Chauvet directeur du nouvelliste.
.Manifestation  de  l'opposition  prévue  ce  19  juin.  La  plateforme  des organisations de Solino apporte son soutien a cette marche qui partira du Bel- air pour aboutir a Petion-ville. le porte-parole de cette plaforme, Josnel civil appelle  la population a ne pas se laisser détourner par la coupe du monde de football.


Nouvelles du 11 juin 2014

Expropriations et démolitions: le gouvernement   agit conformément à  la loi,  selon le porte-parole du premier Ministre

Port-au-Prince, 11 juin 2014- (AHP)-  Le porte-parole du premier Ministre, Pierre Michel Brunache,  a estimé mercredi que le gouvernement  a agi conformément à  la loi dans le cadre des operations d'expropriation au centre-vile de Pot-au-Prince.

Selon  M. Bunache, l'expropriation est prévue par la loi et  est une prerogative de l'Etat. " Mais le gouvernement va indemniser  tous les propriétaires de maisons démolies, a promis l'ancien minitsre de a justice.

Le porte-parle du premier minisre Laurent Lamothe, a souligné  par ailleurs que la constructon de la "Cité administrative" est un projet d'interêt général qui prime les interêts paticuliers.

Mais il affirme dans le même dans le même temps que le gouvernement partage les soufrances des familes touchées.

Les opératons de démolition provoquent la grogne des habitants de plusieurs quartiers du Centre-ville, propprietaires et locataires , qui délarents avoir perdu leurs biens, en plus du fait qu'ils n'aient pas éte dédommagés. Une situation denoncée par de nombreuses organisations de droits humains, et de partis poltiques dont la POHDH, le RNDDH, JILAP, le GARRR, la Fusion, le MOPOD et Fanmi Lavalas.

Selon ces secteurs, les autorités font preuve d'une grande insensibilité dans le cadre de ce dossier, dénonçant le fait que même des écoles ont été démolies, alors qu'il ne reste plus que quelques jours pour la fin de l'année scolaire.

Ls organisations relèvent que beaucoup de familles dorment dans la la rue depuis le début des opérations. Et le fait que le gouverment ne participe pas au relogement des personnes touchées, va créer de graves problèmes avec la création notamment de nouveaux bidonvilles dont on voudra déguerpir les occupants dans quelques mois ou quelques années.

L'oppositon populaire annonce une nouvelle manifestation en solidarité avec les habitants victimes d'expropriation et de démolitions dans le centre-ville de Port-au-Prince

Port-au-Prince, 11 juin 2014- (AHP)- L'opposition populaire a annncé mercredi une nouvelle manifestation  en solidarité  avec les habitants du centre-ville de Port-au-Prince dont les maisons ont eté detruites selon elle, de manière illegale.

La manifstation annoncée pour le 19 juin, partira du centre-ville  pour se rendre à Pétion-Ville (banlieue aisée de l'Est de la capitale), a fait savoir le coordonnateur de la FOPARK, Biron Odigé.

Deux sit-in sont annoncés par ailleurs les 16 et 18 juin pour continuer de réclamer la libération de militants politiques incarcerés, consideres comme des prisonniers politiques.

Les militants Assad Volcy  (OTAN), Biron Odigé et Rony Timothée (FOPARK) ont été auditionnés  ce mercredi par le juge Sonel Jean François, dans le cadre  de violences enregistrées après la dispersion  le 14 mai, par la police, d'une maifestation ani-gouvernementale.

Les 3 hommes resteront disponibles dans le cadre de toute nouvelle convocation de la  justice , a fait savoir l'un de leurs avocats, Newton Saint-Juste.

Rony Timothée avait été arrêté, le 17 mai dernier et molesté avant d'être incarcéré 19 jours sans être entendu, à la prison civile de l'Arcahaie (ouest).

Le premier ministre Laurent Lamothe salue la publication de l'arrêté présidentiel convoquant le peuple en ses comices: l'opposition dénonce une fuite en avant, une tentative de coup d'Etat électoral et des manoeuvres de manipulation

Port-au-Prince, 11 juin 2014- (AHP)- Le premier minisre Laurent lamothe  a salue ce meredi  la publication de l'arrêté présidentiel convoquant le peuple en ses comices.

Le porte-parole
du premier ministre , Pierre-Michel Brunache qui parlait au nom de ce dernier a estimé que par cet acte, le processus electoral est definitivement lancé, en depit du fait que  le Conseil electoral devant organiser lesw elections n'est pas encore complet et les amendements à la loi electoral non encore votés au Senat.

Mais Pierre Michel Brunache se dit confiant que le vote sera obtenu jeudi, malgré l'opposition de ceux qu'ils noment les irré
ductibles du Grand corps

Il a renouvelé par  la volonte du gouvernement de doter le CEP des moyens devant lui permetre d'organiser ls élections avant la fin de l'année.

Toutefois, la publication de l'arrêté présidentiel continue de susciter des réactions.

Pour la présidente de la Fusion ds Sociaux démocrates, Edmonde Supplice Bauzile..

Un des principaux responsables de la Platefome politique Inite, Paul Denis, a fait savoir que le president Michel Martelly tente de perpetrer un coup d'Etat électoral. Il s'apuis sur la position des sénateurs et d'autres secteurs qui reclame la formaion d'un conseil électoral credible et équilibré susceptible de mettre tout le monde en confiance.

Quant à la coordonnatrice du Comite exécutif de Fanmi Lavalas, le Docteur Maryse Narcisse
, elle indique que le pouvoir est en train de manoeuvrer pour diriger et manipuler les prochaines élections.

"Fanmi Lavalas se solidarise des personnes  victimes lors des dernières manifestations anti-gouvernementales ainsi que de celles dont les maisons ont été injustement démolies", a encore fait savoir le Docteur Narcissse .

Nouvelles du 10 juin 2014

Milliers de manifestants dans les rues de Port-au-Prince pour réclamer la démision de l'équipe au pouvoir  et la libération de militants politiques

Port-au-Prince, 10 juin 2014- (AHP)- A l’initiative de la Force Patriotique pour le Respect de la Constitution (FOPARC), du Mouvement National de l’Opposition Populaire (MONOP) et du Mouvement Patriotique de l’Opposition Démocratique (MOPOD), des milliers de personnes ont manifesté ce mardi à Port-au-Prince pour continuer de réclamer la démission de l’équipe au pouvoir et la libération de plusieurs militants politiques incarcérés.

Partis du Bel Air, les manifestants ont parcouru plusieurs secteurs de la capitale en lancant ds slogans hostiles au président Michel Matelly et au premier ministre Laurent lamothe accusés de dilapider les fonds du trésor public et de conduire le pays vers le chaos.

" Il n'y aura pas d'élections sans le départ préalable de Michel Martelly" ont  également chanté les manifstants avant de s’arrêter devant le parlement où ils ont exprimé leur solidarité avec le groupe des six sénateurs de l’opposition, tout en lancant dees fglèches `za l'endroit  du bloc majoritaire pro-gouvernementale de la chambre basse (PSP).

La marche s’est, par la suite, poursuivie vers le Champs de Mars mais les manifestants ont été bloqués dispersés à lcoups de gaz lacrymogènes et des tirs en l'air, à la Rue St Honoré par des agents de la PNH qui les ont empêché ainsi d’atteindre les abords du palais national.


En effet, la police a crée une situation de grande panique avec les rafales d'armes. Cette intervention jugée brutale et abusive de la PNH est sévèrement critiquée par les militants et les leaders de l’opposition et aussi par des journalistes qui ont reçu des chocs en tentant de se mettre à l'abri.

Le coordonnateur du comité de pilotage du Mouvement Patriotique de l’Opposition Démocratique,  Turneb Delpé a dénoncé cette opération jugée inappropriée puisque, selon lui, les manifestants s’exprimaient pacifiquement et les manifstants ne s;étaient rendus responsables d'aucun acte répréhensibles .

Estimant que ce sont des policiers qui créent le désordre lors des manifestations, il rappelle que la police a la responsabilité de sécuriser les manifestations publiques et déplore les graves dommages collatéraux qu’entraine l’usage abusif de gaz lacrymogène.


Dr Delpé renouvelle la détermination des organisations de l’opposition à poursuivre la mobilisation anti-gouvernementale jusqu’ à obtenir la chute de l’équipe au pouvoir 

Entente annoncée entre  les  3 pouvoirs pour finaliser le CEP: le Groupe des  6 affirme n'être pas concerné

Port-au-Prince, le 10 juin 2014 – Le président Michel Martelly a convoqué le peuple en ses comices. L’arrêté, daté du 9 juin, a été rendu public ce mardi. Les assemblées primaires doivent élire 20 sénateurs, soit 2/3 du grand corps et 112 députés, le 26 octobre 2014.

Le cas échéant, un second tour est fixé au 28 décembre, date à laquelle doivent également se tenir les municipales et locales, suivant l’arrêté daté du 9 juin.

Les dates d’ouverture et de fermeture de la campagne électorale devraient être fixées par le conseil électoral.
Lors d’une rencontre avec la presse à la mi-journée, le porte-parole de la présidence, Lucien Jurat, a renouvelé la volonté du chef de l’Etat de continuer à accompagner le conseil électoral auquel il demande de prendre des mesures pour l’organisation d’élections libres, honnêtes et transparentes en vue d’éviter tout vide au parlement au 2e lundi de janvier 2015.

Il s'en est  également pris au groupe des six sénateurs de l’opposition qui, dit-il, prennent le pays en otage en refusant de voter les amendements à la loi électorale, mais il a fait savoir que les prochaines élections seront organisées sous l’égide de la loi qui a été amendée à la chambre basse, pressant le Sénat d'emboiter le pas.

M. Jurat a confirmé la rencontre tenue récemment entre le chef de l’Etat, le président du CSPJ (Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire) et les présidents des deux branches du parlement, Dieuseul Simon Desras pour le Sénat et Stevenson Jacques Thimoléon pour la Chambre des députés.

Selon le porte-parole de la présidence, au cours de cette  rencontre au cours de laquelle, les présidents des deux chambres auraient procédé au remplacement d’un de ses représentants,  Cluny Joseph par  Max Mathurin, président du CEP de 2006.

M. Jurat affirme que l’Exécutif attend toujours la confirmation officielle de ce changement.

 Le pouvoir judiciaire devrait également remplacer un de ses représentants au CEP, a indiqué Lucien Jurat.

Le vice-président du Sénat, Andrice Riché (OPL) a dit voir d’un bon œil le retour de Max Mathurin au CEP. Il a fait savoir que la situation actuelle demande que des hommes d’une certaine expérience en matière d’organisation d’élection, intègrent le CEP.

Il s’est aussi dit confiant que le pouvoir judiciaire procédera  incessamment au remplacement d’un de ses représentants au CEP.

Pour ce qui est du vote des amendements à la loi électorale au Sénat de la République, M Riché a dit croire que cette mesure interviendra cette semaine.

"Jeudi on va voter la loi électorale, a-t-il dit, appelant ses collègues du groupe des six à montrer leur capacité politique à affronter le débat.

Mais tout ne serait pas joué. Le président de l'assemblée nationale n'a toujours pas reagi sur cette entente qui aurait été trouvée lu8ndi soir au palais national.

Au niveau du groupe des 6, les sénateurs, on ne serait pas concerné par cette entente

Le sénateur Jean-Baptiste Bien-Aimé a fait savoir que le groupe n'avait pas été prévenu de cette rencontre. " Le Sénat a fait une proposition au chef de l'Etat qui n'a toujours pas fait de réponse", a indiqué le Sénateur, faisant savoir que toute entente qui aurait été trouvée, ne concerne que le président du Sénat.

Ce qu’il nous faut, a-t-il dit, c’est un conseil équilibré capable de mettre en confiance les acteurs politiques qui veulent participer à des élections  libres, honnêtes, crédibles et transparentes. Et pour cela,  a dit le Sénateur, il faut remplacer 3 des 7 membres du CEP déjà installés par des conseillers issus de secteurs de la Société. A ce moment, a-t-il dit, les conseillers Leopold Berlanger et Néhemy Joseph prêteraient serment et intègreraient le CEP.

Sortie officielle d'une nouvelle  plateforme politique: Rassemblement des nationaux démocrates volontaires affirme vouloir participer aux prochaines élections à tous les niveaux
Port-au-Prince, le 10 juin 2014 – (AHP) - Une nouvelle plateforme politique a vu officiellement le jour ce mardi . Il s’agit du rassemblement des nationaux démocrates volontaires pour l’unité salvatrice, également connu sous le nom de RANDEVOU A et dont l’objectif déclaré est de participer au renforcement de l’Etat.

Son président Philippe Philius informe que cette plateforme compte actuellement plus de 300 organisations sociaux politiques et est en pourparler  avec une dizaine de partis politique et 3 autres plateformes.

RANDEVOU A affirme vouloir participer aux prochaines élections à tous les niveaux, pourvu, a-t-il dit, que ces élections soient organisées dans de bonnes conditions.

Le responsable des relations publiques de la plateforme, Wilson Jeudy, actuel agent intérimaire de l’Exécutif à Delmas, a plaidé en faveur d’une trêve politique en vue de permettre l’organisation des prochains scrutins avant la fin de cette année.

Les élections constituent le meilleur moyen démocratique pour accéder au pouvoir, a dit l'ancien candidat malheureux à la présidentielle de 2010, faisant savoir que si des élections doivent être organisées dans de bonnes conditions, il faut que la paix règne sur le pays.

M. Jeudy s’est déclaré prêt à participer aux prochaines municipales.

Le porte-parole de la présidence, Lucien Jurat a lui aussi confirmé son intention d’être candidat à la députation pour la circonscription de l’Arcahaie.

 Je me garde de dire pour l'instant sous la banière de quel parti politique je serai candidat, a dit M. Jurat qui affiche une certaine confiance en ses chances de l’emporter.


Démolition des maisons au Centre-ville : Des familles jetées à la rue sans dédommagement
[GARR Haïti]

La démolition des maisons se poursuit au centre-ville, précisément dans la périphérie des rues de Champs de Mars, la Réunion et de l’Enterrement, sous le regard impuissant des familles victimes.

Le GARR, tout en sachant que le gouvernement est en plein droit de recourir à l’expropriation quand la nécessité l’exige, condamne ces opérations teintées de  violations de droits humains. Car la Législation haïtienne indique les procédures à suivre pour que la déclaration d’utilité publique soit effective.


Désespoir et frustrations se lisent sur les visages des femmes, des enfants, rencontrés lors d’une visite, le 7 juin 2014, à la rue de la Réunion. L’air distrait, ils/elles regardent les emplacements de ce qui furent autrefois leurs maisons. Entre temps, des jeunes hommes munis de marteaux et de burins s’acharnent à détruire, sans la moindre attention aux passants. D’autres s’empressent à extraire des masses de béton du fer devant leur permettre de gagner un peu d’argent.
 
« Ils ne sont pas du quartier. Ils sont payés par le gouvernement pour détruire nos maisons. Nous prenons note de la façon dont des agents du Ministère des Travaux Publics, Transport et Communication (MTPTC), de la Mairie de Port-au-Prince, des unités de la Police Nationale d’Haïti (PNH), s’accordent avec des bandits pour nous expulser de nos quartiers. », s’insurge une dame qui dit habiter la zone depuis une vingtaine d’années avec ses quatre enfants.
 
Selon les avis de plusieurs juristes et urbanistes, ces opérations de démolition initiées depuis le 31 mai 2014, présentent des irrégularités. Le processus d’expropriation n’a pas abouti puisque tous les concernés, pour des raisons multiples, n’ont pas reçu leur indemnité. Or, la législation haïtienne fait mention d’une juste et préalable indemnité.
 
Les informations officielles laissent comprendre qu’un certain nombre de citoyens/citoyennes qui avaient déjà déposé leurs titres de propriété ont reçu leur dédommagement. Mais la grande question demeure : Comment les autorités vont-elles procéder pour indemniser les propriétaires dont les maisons n’ont pas été évaluées alors qu’elles sont déjà détruites ?
 
Signalons que des victimes déclarent avoir fait depuis plusieurs mois le dépôt de leurs titres de propriété. Pourtant, elles n’ont été ni contactées ni averties de la démolition.
 
Le GARR estime que les familles qui ne sont pas en mesure de soumettre leurs titres de propriété ne devraient pas être écartées de manière précipitée. Se basant sur la réalité du cadastre national et la complexité des modes d’accès aux titres de propriétés, il croit qu’il serait préférable de prioriser d’abord des mécanismes de régularisation des titres de propriété avant de procéder au déguerpissement.
 
En agissant de façon contraire à cette démarche, le gouvernement ne fait que jouir de son incapacité et de sa négligence à identifier les parcelles qui n’ont pas été enregistrées dans les registres de l’Etat. Or, en absence de contestation, toute personne qui a plus de vingt ans sur un espace à titre de propriétaire peut acquérir la propriété par prescription.
 
De plus, l’Etat, en tant que détenteur des obligations, ne peut décider de déguerpir des familles sans les orienter.  N’est-il pas de sa responsabilité de leur offrir un endroit décent pour se loger ?
 
Le GARR croit que c’est l’occasion favorable pour les autorités haïtiennes de guider ces familles dans des espaces planifiés au lieu de les encourager à aller grossir les quartiers périphériques dépourvus d’infrastructures et de services nécessaires
 
Il estime que le projet de réaménagement du Centre-ville pour construire la «Cité administrative » qui n’offre pas d’autres possibilités de logements aux résidents/résidentes de cette zone, renforcera le problème de logement dans le pays. Il revient aux autorités haïtiennes d’intégrer ce projet dans un plan d’aménagement global du territoire. Ce sera alors une opportunité de poser les bases de la Politique nationale du logement et de l’Habitat lancée par le chef du gouvernement, Laurent Salvador Lamothe, en octobre 2013.
 
L’Etat haïtien évitera ainsi de jouer le rôle de pompier face à l’émergence des quartiers sans planification et anticipera  sur l’expansion des villes intégrées dans des plans d’urbanisme adaptés à la réalité haïtienne.